Accéder au contenu principal

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple, chez moi, plusieurs centaines de CDs, près d'un demi-millier en fait, rangés compulsivement par ordre alphabétique sur des étagères. Mais vous aurez pourtant remarqué qu'il n'y a sur mon blog, que très peu de tops, même si, et c'est plus fort que moi – et certains se reconnaîtront sûrement – je me demande déjà dès le mois de juin, quel sera l'album de l'année dans mon top 2009. Comme si, ce top 2009 était l'unique finalité de mon blog pour cette année.
Alors, oui, cet article m'a fait quand même réfléchir – ça doit être le côté féminin qui est en moi ;-) - et je me suis dit que « La musique à papa » était un peu trop sérieux à mon goût et qu'il fallait mettre un peu de légèreté dans tout ça. A partir d'aujourd'hui et toutes les semaines, j'essaierai de me lancer dans une chronique qui se fiche bien mal de savoir si le dernier Grizzly Bear est un chef d'oeuvre ou non. Cela sera « la chronique honteuse du vendredi ». Il y aura un thème bien sûr, ça parlera aussi bien sûr de musique, mais pas seulement.
Mais trêve de bavardage, à tout bébé, tout honneur, cette première chronique aura pour thème Lucie, ma petite fille ... (oh, que c'est mignon). Lucie, c'est la plus vieille femme au monde. Lucie, c'est aussi beaucoup de chansons et c'est ce dont je vais vous parler ici.
Mais commençons par le début – c'est souvent préférable - « Lucie », ça évoque forcément, pour toute une génération de décérébrés que nous sommes ou avons été par la dictature de la variétoche à deux balles imposée par une grande partie des médias français, LE tube du chauve - même si, à l'époque, il lui en restait encore - préféré des ménagères de moins de cinquante ans, j'ai nommé Pascal Obispo. Un de ses trucs qui pourrait faire un bon sujet de philo d'ailleurs en ces périodes d'examen : et oui, « le temps, c'est de l'amour », ma p'tite dame ! Aux dernières nouvelles, le chanteur se ferait désormais appelé « Captain Samourai Flower » - non ce n'est même pas une blague. Référence au Sergent Pepper ? Nouveau look à la Chris Martin ? Abus de drogues ? Ceux qui veulent trouver une réponse à ces questions de la plus haute importance, pourront aller faire un tour ici.
<a href="http://www.joost.com/135dlnv/t/Pascal-Obispo-Lucie">Lucie</a>
Et la transition est toute trouvée avec une autre Lucie célèbre, celle qui se ballade dans le ciel avec des diamants, celle des Fab Four bien sûr. Là encore, pas très rassurant pour ma petite puce, d'avoir son nom associé à une drogue, puisque tout le monde aura deviné que derrière les initiales de la chanson, se cachait le fameux LSD. N'empêche, quelle canaille ce John Lennon ! Le Nouvel Obs a d'ailleurs donné, il n'y a pas très longtemps des nouvelles pas très rassurantes, il faut bien l'avouer, de cette fameuse Lucy.

« Lucie », pour nous Français, c'est aussi un succès d'un autre chanteur de chez nous bien connu : Daniel Balavoine, le "rebelle" chevelu à la voix de jeune premier. Dans sa chanson, Lucie semble évoquer une prostituée : pas encore très reluisant tout ça ...

L'improbable Frédéric Chateau ne fera pas mieux avec « Stop Lucie ! » et on se demande cette fois si ce n'est pas lui qui est allé trop loin (ou moi dans cette chronique, il fallait le sortir celui-là, hein ?)

« Lucy », ce sont aussi des chansons un peu plus en phase avec ce blog. Comme celle de Nick Cave, qu'il reprendra en duo avec ce vieux débris de Shane McGowan. Ou encore, celle de Neil Hannon, sur le premier et meilleur album de sa Divine Comedy.


Sinon, comment ne pas parler de « The Ballad Of Lucy Jordan », ce formidable poème, dont la version musicale la plus connue et la plus émouvante reste celle de Marianne Faithfull ? Pas très gai quand même tout ça !

Enfin, il y a eu aussi un très bon groupe de pop française qui s'est appelé Autour de Lucie dans le milieu des années 90. Leur chanteuse, Valérie Leulliot continue d'ailleurs une carrière solo assez respectable.

Voilà, c'est tout pour cette première chronique honteuse du vendredi. Mais peut-être avez-vous d'autres idées de Lucie ?

Commentaires

  1. J'adore ce concept. Je ne sais pas si ma réflexion n'a été possible que parce que je suis une fille, je trouve cela un peu prétentieux de croire à ça mais je crois que si j'ai réfléchi à tout ça c'est parce que ça fait trois ans que je blogue et que finalement un jour je me suis demandée pourquoi ? pour qui ? dans quel but ? Dans le fond c'est peut être féminin c'est vrai ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que le jour où je me poserai cette question, c'est qu'il sera temps pour moi d'arrêter ce blog ...

    RépondreSupprimer
  3. tape z'en cinq, vincent
    moi aussi, je suis le papa d'une petite Lucie
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Félicitations shoplifter !
    Elle a quelle âge ?

    RépondreSupprimer
  5. Ma Lucie a 7 ans
    j'ai aussi une petite Margaux de 4 ans mais pour les chansons c'est plus difficile (Hugues Auffray et Georges Brassens)

    puis-je profiter de l'aubaine pour obtenir un tuyau totalement technique ?
    parfois, pas toujours, lorsque je blogue une playlist Deezer, le lecteur exporté vers le forum ne joue que des extraits de 30 secondes,
    as-tu une explication à ce phénomène étrange ?

    RépondreSupprimer
  6. Pour ton problème deezer, je pense que cela dépend des accords qu'ils ont passé avec la maison de disque.

    RépondreSupprimer
  7. ha parfait, mes compétences ne sont donc pas en cause. Ouf !
    d'ailleurs, chez toi aussi parfois, ça ne fait que des extraits (ex : patrick wolf dans la playlist)
    merci en tout cas
    a+

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour ce blog, je suis maman d'une Lucy de 4 ans. Ca fait plaisir de lire ceci, je connaissais pas tout :oP
    Bonne journée
    V-ro

    RépondreSupprimer
  9. c'est en cherchant des chansons sur ce magnifique prénom que je suis tombée ici !!!

    pour vous réconcilier avec la magnifique chanson des beatles voici un lien qui devrait aidée :

    http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/09/28/la-lucy-des-beatles-s-est-eteinte_1246471_3246.html


    Et oui Lucy et LSD n'ont rien à voir ensemble !!! c'est une camarade de classe d'un de ses fils qui à inspirer John Lennon

    RépondreSupprimer
  10. Il y aussi Lucy de Juliette

    RépondreSupprimer
  11. Oh quel bonheur de tomber sur cette article et j'aime cette façon d'écrire !
    Ma petite Lucie aura 10 ans en juillet . . . Je recherchais donc toutes les chansons où son prénom apparaissait, alors merci pour le travail lol !

    Juste pour l'anecdote, j'étais fan de obispo . . . Et pourtant ce n'est pas sa chanson qui m'a donné envie de nommer ma fille ainsi, c'est Lucie Aubrac et Lucie Soboul journaliste à TF1.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah , toi je te reconnais ma fille. mais n oublie pas que Lucie vient de luz e que ça veut dire lumière et que notre petite Lucie, presque grande, est la lumière de ta vie, de notre vie. alors, un gros bisous à notre eclat de soleil

      Supprimer
  12. Merci pour ce post. Je ne savais pas qu'il y avait autant de chansons avec mon prénom. :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…