Accéder au contenu principal

Freeze Puppy - The Night Attendant

Il y a des injustices qui se justifieraient par le fait d'être né trop tôt ou tard. Bref, de ne pas être de son époque. Tom Wilson, leader et unique membre permanent de Freeze Puppy, aurait dû officié comme son homonyme Brian, dans les années soixante. Il n'aurait probablement pas connu cet anonymat honteux. Pourtant, combien de personnes aujourd'hui à écouter encore les Beatles, les Beach Boys ou les Kinks ? Mais combien en retour à s'intéresser aux groupes actuels qui continuent à perpétuer cette pop-là? Comme si chaque époque avait son style et que le mélange était impossible, anachronique et mal considéré. Même les Zombies un poil négligés en leur temps ont accédé depuis à un statut de groupes sixties qui comptent. Pas sûr qu'il en serait de même s'ils étaient apparus quelques décennies plus tard. Merci en tout cas à Pierre de With A Messy Head pour m'avoir fait découvrir "The Night Attendant", ce très bel album de "chamber pop", aux arrangements classiques et classieux. Qui n'est donc pas de son temps. Mais qui voudrait l'être aujourd'hui ? Et puis, d'abord, c'est quoi, la musique à la mode ?
"Living in the movies", "Jocelyn", "Emily & Joseph" et quelques autres sont autant de petites perles mélodiques à enfiler à ces colliers qu'on se transmet discrètement de générations en générations, persuadés à raison qu'ils ne vielleront jamais.

Clip de "The Same Parts" :

Commentaires

  1. Des compositions pop assez classique mais bon, Tom ne perd rien de sa fraîcheur, un opus plein de créativité

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …