Accéder au contenu principal

Hey! Ho! Let's Go ! : Ramones and the Birth of Punk - Queens Museum, New-York - 20 juillet 2016

Bon, je vous parle d'une expo dont je sais d'avance que peu d'entre vous auront vue. Et oui, je suis un privilégié. En plus, je ne pourrai même pas vous inciter à aller la voir puisqu'elle est terminée et que de toute façon, il fallait vraiment être un fan absolu du groupe pour venir jusqu'à New-York la voir. Le groupe en question, ce sont les Ramones. Pour ceux qui veulent savoir, je n'ai pas traversé l'Atlantique exprès pour ça. C'est une autre formation du coin qui m'intéressait davantage et dont j'ai déjà parlé . Les Ramones sont une curiosité dans l'histoire du rock. Tout le monde s'accorde à dire que leur musique était simple, voire simplette - leur célèbre "Hey! Ho! Let's Go!" -, qu'ils ont plus ou moins toujours écrit la même chanson. Les Ramones, c'était aussi avant tout un état d'esprit : t-shirt, jean troué, Converse, Perfecto, taille mince et cette attitude à la cool, éternel look de l'adolescent rebelle en manque de repères. Car voilà le défaut et la qualité principal des Ramones, celui de ne jamais avoir grandi, de n'avoir jamais vieilli. Ils ne feront ainsi jamais aussi bien, aussi spontané que leur premier album. C'est le quarantième anniversaire de sa parution que cette exposition au Queens Museum de New-York a célébré. Bien sûr, d'emblée, on est accueilli par la musique des faux frères Ramone, Joey, Dee Dee, Tommy et Johnny, les quatre membres historiques, tous disparus aujourd'hui. L'accent est mis sur l'enfance, les débuts dans la salle mythique du CBGB et ce mouvement punk new-yorkais qu'ils ont initié avec entre autres Television, Blondie, Talking Heads ou Patti Smith. La salle a maintenant été remplacée par une boutique de fringues luxueuses. Quelques vestiges comme les murs témoignent encore de la tumultueuse activité qui régnait à l'époque. Et puis, juste à côté une place a pris pour nom Joey Ramone, le chanteur et leader naturel des Ramones, atteint comme Bradford Cox de la maladie de Marfan, responsable de sa grande taille et de sa maigreur.
Une salle est ensuite consacrée aux très nombreux concerts du groupe dont quelques uns participeront à la légende, comme celui où planifiés dans un festival mainstream à Toronto, ils recevront une pluie de tomates du public qui se demandait bien qui pouvait jouer si mal. Les Ramones quitteront alors la scène en plein milieu du set, faisant des doigts à l'assistance.
Plus loin, difficile de ne pas mentionner l'iconographie réalisée par le designer Arturo Vega avec le fameux logo du groupe, présent sur nombre de t-shirts d'adolescents du monde entier aujourd'hui encore. Car plus que la musique, les Ramones ont inventé (malgré eux ?) une esthétique facilement identifiable. A l'inverse des Sex Pistols, ils n'ont jamais joué un jeu, pris une posture, c'est peut-être pour cela que leur jeunesse est éternelle. Bonne rentrée à tous !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…