Accéder au contenu principal

Top albums 1970

10- Syd Barrett - The Madcap Laughs
Cas rare de l'histoire du rock : le leader charismatique d'un groupe se fait dégager par les autres membres. Cause : abus de drogues et comportement imprévisible et ingérable. Syd Barrett se réfugie chez lui avec sa mère et enregistre ce premier disque solo produit par David Gilmour, celui qui l'a remplacé au sein des Pink Floyd. "The Madcap Laughs", ce sont les mêmes chansons tordues qu'avec son ex-formation, mais à nu, sans artifice. Sans Barrett, Pink Floyd ne sera plus jamais le même. Malgré son influence importante, son style reste aujourd'hui encore inimitable.

9- The Stooges - Fun House
Les Stooges n'ont enregistré que trois disques, mais quels disques ! (je ne compte pas celui ressorti plus récemment, juste avant la mort des frères Asheton). Après un premier album enregistré avec John Cale, l'ex Velvet, le groupe de Iggy Pop, cet éternel jeune homme, durcit le ton et part tout azimut, flirtant allègrement avec l'expérimentation. "Fun House", c'est le mariage avant l'heure des White Stripes et de Sonic Youth. Une décharge électrique salutaire, même si la promenade n'est pas de tout repos.

8- Simon & Garfunkel - Bridge Over Troubled Water
On pourra toujours dire qu'on les a trop entendues, ces ritournelles pour boy scouts ("Cecilia", "The Boxer", le titre éponyme, etc). N'empêche que ce disque en est tellement rempli, qu'il en reste toujours une, qu'on se complaît encore à écouter sans lassitude. Tant pis si nos parents en sont aussi fans. Simon & Garfunkel demeure un de ces rares groupes capables de réconcilier les générations. Rien que pour ça, ce duo est essentiel.

7- Bill Fay - Bill Fay
Bill Fay est un songwriter anglais étonnant et essentiel. Longtemps cantonné à l'anonymat, il a refait parler de lui dernièrement, en ressortant de nouveaux albums, après plusieurs décennies d'absence des circuits. Son style était assez inclassable, sorte de chaînon manquant entre des univers réputés pourtant incompatibles, quelque part entre la fantaisie d'un Ray Davies et l'intégrité d'un Bob Dylan. Aujourd'hui, sa musique est plus sobre, se rapprochant d'un Nick Drake qui se serait mis au piano.

6- Neil Young - After The Gold Rush
Tout Neil Young est déjà là : les sublimes ballades au piano, les morceaux plus électriques, les mélodies lunaires et cette voix d'éternel adolescent. Le reste de sa carrière est une longue déclinaison de cet album incontournable. "After The Gold Rush" ? Non, la ruée vers l'or, c'était ici et maintenant.




5- Can - Soundtracks
Ceux qui persistent à penser que Can n'est pas un groupe novateur mais une formation teutonne prétentieuse et ennuyeuse, n'ont qu'à écouter un titre comme "Mother Sky". Cette chanson, c'est plus de dix minutes de transe, de pur plaisir. Un truc qui a rendu jaloux plus d'un Thom Yorke ou Geoff Barrow. Cet album est une compilation rassemblant plusieurs titres utilisés sur des bandes originales de films de l'époque. S'il peut paraître anecdotique au regard de la carrière de Can, il n'en reste pas moins un de leurs plus abordables, et donc un de mes préférés.

4- The Velvet Underground - Loaded
John Cale est parti depuis 2 ans, Lou Reed est devenu seul maître à bord et pourtant on sent déjà qu'il veut passer à autre chose, laissant plus la main à Doug Yule, le remplaçant attitré du gallois. Si "Loaded" est sans doute le disque le moins essentiel des 4 disques essentiels du Velvet Underground, le fait qu'il contienne "Sweet Jane" - sans doute, la plus belle intro du rock - et quelques autres titres cultes en font un album qui a sa place dans toute discothèque qui se respecte.

3- Van Morrison - Moondance
Voici un homme à la carrière assez vertigineuse et qui aura abordé des styles tellement différents qu'il est souvent oublié des palmarès des meilleurs disques en tout genre : folk, jazz, pop, rock ? Un peu tout ça à la fois, comme sur ce "Moondance", un de ses albums les plus accessibles, pour tous les fans de musique avec un grand M.



2- Nick Drake - Bryter Layter
Le baladin anglais égaie un peu sa folk romantique et mélancolique en lui adjoignant un zest de cordes supplémentaires, cette fois-ci en mode majeur. Des groupes comme Belle & Sebastian viendront évidemment s'abreuver à cette inépuisable source. Mécontent du résultat - il est bien le seul - il décidera, avant de tirer définitivement sa révérence, de produire un troisième et dernier disque, seul avec sa seule guitare pour accompagnement. Comme s'il était besoin de justifier que ses chansons demeurent belles à pleurer, avec ou sans artifice.

1- Vashti Bunyan - Just Another Diamond Day
On a rarement entendu voix aussi pure que celle-là. Ce disque, dans l'esprit de son "cousin" Nick Drake, est d'une beauté intemporelle. Un de ces disques qui vous fait chavirer de bonheur, un disque d'île déserte. Pourtant, à l'époque, peu s'enthousiasment vraiment. Il aura fallu plusieurs décennies pour que la belle Vashti sorte du bois et revienne aux affaires avec deux nouveaux disques exemplaires, avant de repartir une nouvelle fois ? - Elle passe en concert prochainement à Paris dans la cadre des concerts Magic -  Il y a des gens, comme ça, qui ne peuvent rien rater, encore faut-il se donner la peine de les écouter.

Commentaires

  1. Encore une fois, merci pour ce top très intéressant.

    Pour ma part j'aurai mis :

    - Soft Machine - Third
    Un des sommets du jazz/rock !

    - Deep Purple - In Rock
    Un des disques fondateurs du hard rock

    - Led Zeppelin - III
    Si on est pas fan du genre, c'est leur album folk

    - Amon Düül II - Yeti
    Chef d'oeuvre du krautrock psyché halluciné

    - Pink Floyd - Atom Heart Mother
    Je sais que vous n'êtes pas client du Floyd post-Barrett, mais ce disque contient les plus belles ballades solo des membres du groupe.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le compliment. Je connais déjà plus ou moins bien les disques de votre liste. Mais désolé, je ne suis effectivement pas très client.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent top (comme d'habitude) pour une très grande année riche en classiques !
    J'aurais probablement mis Fun House premier, mais c'est une affaire de goûts.

    RépondreSupprimer
  4. J'arrive tard mais c'est pour ajouter mes compliments! Surtout que c'est une liste (relativement) plein d'Anglais - 5 sur 10. Mais, comme je hais "Bridge over..." et que vous n'acceptez pas le 3eme de Soft, je suggere The Band: Stage Fright. Pas forcement leur meilleur mais il contient "The shape I'm in".

    Mark (un Anglais...)

    RépondreSupprimer
  5. Je suis toujours avec plaisir votre blog. Autant pour les découvertes que, comme là, les choses du passé. Mais je trouve dommage que vous ayiez baissé les bras face à la musique actuelle (voir vos articles récents). Ne vieillissez pas ! la musique est toujours là, même si elle a pris d'autres formes... merci en tout cas pour ce blog. On s'y est habitué !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…