Accéder au contenu principal

Articles

66 Revolution Pop - Paris, les Trois Baudets - 12 juillet 2018

C'est la première fois qu'on allait, maman et moi, aux Trois Baudets, une de ces nombreuses salles situées dans le quartier touristique de Pigalle. La configuration de la salle est assez étrange avec deux gros poteaux central et des banquettes inoccupées sur les côtés. Le public qui arrive petit à petit nous étonne un peu. Nous constatons rapidement que nous sommes presque les plus jeunes et que l'audience ressemble plus à celle d'un théâtre voire d'un concert classique. C'est d'ailleurs la première remarque que fera Jean-Pierre Petit, l'impression que l'ambiance sera d'emblée plutôt pépère (et mémère ?). Et cette question qui nous vient donc : pourquoi ? Tout simplement, parce que ce concept, cette musique n'intéresse pas les plus jeunes. Un concert de reprises de chansons, françaises pour la plupart, de l'année 66, sous la forme d'une émission de variétés façon Gilbert et Maritie Carpentier, voilà une idée pour fans nostalgiques d…
Articles récents

MGMT (+ Cola Boyy) - festival Days Off - Philharmonie de Paris - 4 juillet 2018

Deuxième concert de la semaine : même endroit, même heure, même festival. Cette fois-ci, la première partie est un peu plus fun. Normal, vous me direz : la musique est souvent à l'image de celle de la tête d'affiche. C'est une sorte d'électro pop avec un zeste de soul. Le chanteur est un drôle de petit bonhomme et si ce n'est pas inoubliable (là encore beaucoup de sons semblent enregistrés), ça reste plutôt plaisant à l'oreille. Pas sûr que ça suffira pour que dans quelques années, on retienne encore le nom de ce Cola Boyy. Pour MGMT, la donne n'est évidemment pas la même, n'en déplaisent à leur nombreux détracteurs. Le duo new-yorkais a montré depuis longtemps qu'il n'était pas qu'une simple hype passagère. Les voilà avec un quatrième disque qui est sans doute leur plus immédiat et accessible. En live, c'est un show incroyablement rodé. Le chanteur débarque avec un maquillage façon "Aladdin Sane". J'avais entendu que sur …

David Byrne (+Laura Mvula) - festival Days Off - Philharmonie de Paris - 3 juillet 2018

Les vacances approchent et arrive souvent avec, la possibilité de sorties pour les parents, confiant leur progéniture à des personnes tierces, comme les grands parents, par exemple. Merci à eux de nous avoir permis d'assister à deux excellents concerts. Le premier est celui d'un certain David B. Non, pas l'idole partie il y a 2 ans déjà, mais un autre artiste majeur, autrefois chanteur des indispensables têtes parlantes, et dont la carrière exemplaire et toujours en mouvement, reste un modèle à suivre pour les jeunes générations. Je passe sur la première partie, Laura Mvula qui, c'est vrai a une belle voix, mais sa musique est trop en force pour que surgisse une quelconque émotion. Surtout que la plupart des sons étaient enregistrés. Dommage quand on est dans une salle ayant l'accoustique de la Philharmonie de Paris. La première chose qui frappe dans le concert de David Byrne est l'absence de câbles et fils en tous genres sur scène. Comme un rêve de chambres d…

Cabbage - Nihilistic Glamour Shots

La pochette fait penser à un disque de heavy metal satanique - pas franchement le genre de la maison. Le titre contient pourtant un mot intrus : glamour. Généralement, on ne parle pas de glamour dans ce style de musique qui, de plus, ne manie que rarement le second degré. Il faut donc aller plus loin et se décider à poser le casque sur les oreilles. Ils sont jeunes, ils viennent de Manchester. Ils ont une vision très noire de notre société - mais plus nihiliste que sataniste donc - , leur post-punk n'est pas si sombre et univoque (écoutez donc le morceau pop "Exhibit A") qu'il pourrait paraître.C'est un ami qui vient juste de les voir en concert à Paris le 28 juin dernier qui m'a donné envie de m'y replonger. J'avais déjà écouté "Nihilistic Glamour Shots" et si j'en gardais plutôt un bon à priori, je n'y étais pas revenu depuis plusieurs semaines : pas assez fort pour que j'en parle ici. J'ai finalement changé d'avis tel…

Rolling Blackouts C.F. - Hope Downs

Après Boy Azooga, voilà un autre disque de nouveaux venus qui m'a gentiment été envoyé sans que j'en fasse la demande expresse (l'avantage de tenir un blog ayant de l'influence, non, je déconne évidemment). Et pour une fois, je dois dire que l'envoyeur(se) connaît mes goûts, car il(elle) a visé on ne peut plus juste. La musique des jeunes Australiens de Rolling Blackouts C.F. - CF pour Coastal Fever, comme ça faisait trop long, ils ont dû réduire. Au passage, quelqu'un sait d'où vient ce nom de groupe à rallonge ? - est pile dans celle que j'aime : des guitares cristallines qui virevoltent, une indie pop radieuse, mélodieuse et un brin jemenfoutiste. On pense aux Feelies, à Mac De Marco, REM, ainsi qu'aux Go-Betweens, aux magnifiques Blank Realm ou au label Flying Nun pour rester plus proches géographiquement parlant.  Leur premier album "Hope Downs" aligne les excellents morceaux voire quelques uns quasi parfaits comme l'imparable si…

Cosmo Sheldrake - The Much Much How How and I

Il a un nom de magicien voire de super-héros et à l'écoute de ce premier album à nul autre pareil, on se dit que ça lui va plutôt bien. Ce jeune anglais issu d'une famille d'artistes et d'intellectuels, avait sans doute toutes les cartes en main pour tracer sa voix en dehors des sentiers battus. N'empêche, malgré un milieu favorable, peu y arrivent de manière aussi magistrale. Sa musique ne ressemble à de rien connu. Comme si Robert Wyatt avait rencontré Alt-J et Django Django. Et encore, on n'y est pas tout à fait. Ce mot est aujourd'hui souvent galvaudé, mais pour une fois, avec Cosmo Sheldrake, ce n'est pas le cas : on a bien affaire à un artiste, un vrai. Chaque morceau recèle des trésors d'harmonies complexes avec pléthore d'instruments, qui fait que même les amateurs de musique classique peuvent aussi s'y retrouver. Voici donc un disque oecuménique qui devrait réussir à transcender les chapelles, sans que cela paraisse pour autant com…

Boy Azooga - 1 2 Kung Fu!

L'été approche et l'envie d'écrire ici se fait de moins en moins pressante. Mais il suffit d'un déclic pour que ça revienne. Un album reçu sans l'avoir demandé telle une bouteille à la mer. Une divine surprise. Une musique qui sort du lot, différente, qui redonne le goût. Souvent, parce qu'on n'en attendait rien. Boy Azooga répond parfaitement à ces critères. Le groupe est en grande partie l'œuvre d'un jeune gallois, Davey Newington. La musique avec un grand M fait partie de son pedigree puisque ses parents se sont rencontrés à l'orchestre national du Pays de Galles de la BBC - oui, ça existe ! Le résultat est un premier disque qui mélange efficacement une culture musicale de plus de vingt ans (garage rock américain, électro pop anglaise, funk nigérian, krautrock, etc) où jamais les influences n'apparaissent franchement. Si le NME n'existe plus en version papier et même si de toute façon, ça faisait bien longtemps qu'il ne permettai…