Accéder au contenu principal

Articles

The Goon Sax - We're Not Talking

The Goon Sax, c'est une jeunesse - ils n'ont pas vingt ans - de plus en plus rare, une jeunesse qui aime encore l'indie rock, devenue au fil du temps un repère de trentenaires voire quadragénaires un peu aigris. Certains pour rester jeunes s'obligent à écouter de la musique de la génération suivante : le rap, le r'n'b, Pro Tools et les voix passées au vocoder, persuadés que l'époque a forcément raison. A l'inverse, il y a bien sûr ceux qui pensent, adeptes indécrottables du "c'était mieux avant", qu'elle a tort, en éternels nostalgiques de leur jeunesse. Et puis, il y a ceux qui s'en moquent - les plus nombreux ? - parce qu'ils ont juste envie d'écouter ce qui leur plaît et tant pis si ça sonne vieux ou jeune. The Goon Sax ont été biberonnés au rock indépendant australien, surtout aux Go-Betweens - un des membres est d'ailleurs le fils de Robert Forster - et au "Dunedin Sound" des voisins néo-zélandais et pou…
Articles récents

Michael Nau - Michael Nau & The Mighty Thread

Voilà ce qu'on pourrait appeler communément un disque d'été, de la sunshine pop, légère, mélodieuse et qui n'oublie pas pour autant d'être intelligente. Le nouvel album de l'américain Michael Nau a été enregistré à la maison, plus précisément dans le deux pièces d'un des membres de son groupe, The Mighty Thread. Tel instrument a été joué dans la salle de bains, l'autre dans la cuisine, le troisième dans le salon - l'histoire ne dit pas s'ils ont utilisé les toilettes. Pas étonnant donc que cette musique pénètre, mine de rien, aussi facilement notre quotidien, constituant comme une bande son idéal de nos activités estivales. Essayez donc ce disque comme fond sonore lors d'un barbecue ou un apéro, en famille ou entre amis. Il devient rapidement aussi indispensable que le bon petit verre de rosé ou les chips qui accompagnent. Celui dont vos invités vous demanderont le nom, où vous l'avez trouvé et qu'ils exigeront à nouveau la prochaine fo…

Spiritualized - And Nothing Hurt

Je suis peut-être le seul à le penser mais je trouve que la musique de Spiritualized se bonifie au fil des disques. Je ne considère pas, comme beaucoup, que "Ladies and gentlemen, we are floating in space" sorti en 1997, soit le chef d'oeuvre indépassable de Jason Pierce. Je le trouve trop touffu, trop long, assez indigeste au final. Il a pour moi fait bien mieux depuis. Son précédent "Sweet Heart, Sweet Light" avait par exemple frôlé la première place de mon top albums 2012. Depuis vingt ans, le groupe a sorti peu d'albums - il a fallu attendre 6 ans pour ce dernier - mais ils semblent de plus en plus sereins, apaisés, ramassés - toute proportion gardée, la plupart des morceaux faisant encore plus de cinq minutes. Avec l'âge, on arrive à se contenter de l'essentiel. Certains pourront le regretter. Mais c'est avant tout, ce que j'aime dans cette musique : ces délicates ballades pop psychédéliques avec orchestre à cordes. Il faut attendre &q…

Her's - Invitation to Her's

Ils sont deux : l'un anglais, Stephen Fitzpatrick, l'autre norvégien, Audun Laading. Ils se sont rencontrés en faisant leurs études à Liverpool, la ville des Beatles. Ils ont potassé depuis de nombreux mois les chansons de ce premier disque et ça se ressent car il n'y a pour ainsi rien à jeter dessus. Leur nom de groupe fait référence à la gente féminine, un peu comme Girls, avec qui ils partagent le même goût pour la pop lo-fi aux sonorités eighties. Mais plus qu'à l'ex-formation de Christopher Owens, c'est à la musique d'Ariel Pink et de Mac Demarco que cette "Invitation to Her's" fait surtout penser : les mélodies du premier avec les guitares et la nonchalance du second.
Cela ressemble donc à la fusion idéale pour profiter à plein des derniers jours d'été et ne pas penser encore à cette rentrée pourtant si présente. Impossible, par exemple, de se débarrasser facilement d'évidences telles que "Harvey" ou de "Love On T…

Patti Smith, Ariel Pink, Josh T. Pearson, Jonathan Bree & Cut Worms - Festival de la Route du Rock - Le Fort Saint-Père, 18 août 2018

Voilà un rendez-vous qu'on ne manque que rarement, maman et moi, depuis 2009 - eh, oui, nous avons commencé à fréquenter ce festival que depuis que nous sommes parents, étonnant, non ? A part les éditions 2011 et 2016. Chaque année, je scrute la programmation plusieurs mois à l'avance, pour savoir si au moins une soirée proposerait des artistes ou groupes aptes à nous faire déplacer. En 2018, j'ai longuement hésité entre le vendredi et le samedi. Jusqu'à l'annonce de Patti Smith. Daho et Grizzly Bear face à Ariel Pink et Josh T. Pearson : pas facile de choisir. C'est donc une des pionnières du rock féminin qui a fait basculer mon choix. Je ne l'avais jamais vue en concert. Cette année, nous sommes arrivés tôt, même avant l'ouverture du site, pour être sûrs de ne pas rater le premier groupe, Cut Worms. D'autant que la fin de soirée nous branchait moins. Les américains de Cut Worms livrèrent une prestation fidèle à leur unique album : soignée, mélodi…

Barbara Carlotti - Showcase à Lafayette Anticipations - 16 juillet 2018

Décidément, Barbara Carlotti est en train de devenir la compagne idéale de notre été. Après avoir été la voir reprendre des chansons de l'année 1966 aux Trois Baudets, nous sommes retournés cette fois-ci à Lafayette Anticipations, un lieu dédié à l'art contemporain, où la chanteuse prêtait sa voix à l'audioguide de l'exposition. Mais c'est bien sûr surtout pour assister à son showcase que nous étions venus. Elle y jouait ses propres morceaux et essentiellement son dernier et excellent album "Magnétique". Elle et ses musiciens affichent d'emblée une certaine décontraction - celle de récents champions du monde ? Le public est presque à l'opposé de celui des Trois Baudets : très bobo Parisiens. Il faut dire que le lieu lui-même respire cet élitisme assez prétentieux - désolé, je suis assez hermétique à l'art contemporain - avec son bar qui ne propose que jus et alcool bio évidemment. On reconnaît O, alias Olivier Marguerit, venu en famille parmi…

The Innocence Mission - Sun On The Square

Les années passent et Karen Peris conserve ce timbre de voix si doux, si suave, qu'il semble que le temps n'ait aucun impact sur elle. La musique de The Innocence Mission reste à ce titre, d'une beauté immuable. Simon Raymonde, ex-Cocteau Twins et patron du label Bella Union, a fini par les signer, lui pour qui leur disque "Birds of my Neighborhoods" fait partie de ses trois albums préférés toute période confondue. Et pourtant, on s'imagine la quantité de musique étant passé entre ses oreilles. Un autre grand fan du groupe est Sufjan Stevens, auteur avec "Illinois", d'un des plus grands albums de pop raffinée de ces deux dernières décennies. S'il fallait maintenant parler d'influences pour le couple Peris - puisque la musique est pour eux une affaire de famille, les rejetons encore adolescents participent même sur ce nouveau "Sun on The Square" - on citerait la folk anglaise produite lors de la charnière entre les années 60 et…