Accéder au contenu principal

Articles

Andrew Bird - My Finest Work Yet

On en a connu d'autres, d'anciens musiciens de studio, artistes de l'ombre, qui sont passés ainsi à la lumière. Parce qu'au final, ils ne se sentaient pas moins bons que ceux habitués d'apparaître en lettres capitales sur les pochettes de disques. Andrew Bird fait du violon depuis le plus jeune âge, ses qualités de musicien lui ont valu d'être beaucoup demandé par ses pairs. Il s'est ensuite découvert un vrai talent de compositeur et de chanteur. De plus, il porte bien son nom, étant connu pour siffler (presque) aussi bien qu'un oiseau. Son nouvel album, "My finest work yet" annonce la couleur : voilà donc, de son propre aveu, son oeuvre la plus aboutie, après plus de vingt ans de carrière sous son propre nom. On retrouve son style habituel, cette pop-folk lumineuse, divinement arrangée avec bien sûr violons et sifflements. Il arrivait qu'on s'ennuie un peu à l'écoute d'un disque d'Andrew Bird au-delà de titres enjoués et…
Articles récents

Stephen Malkmus - Groove Denied

Pavement est incontestablement le groupe de rock indépendant le plus emblématique des années 90 avec cinq albums impeccables au compteur - c'est bien simple, mon préféré change régulièrement. La carrière solo de leur leader Stephen Malkmus, entamée à l'orée du vingt-et-unième siècle, vivotait pourtant jusque là, reprenant plus ou moins les mêmes ingrédients, la surprise en moins. Ce style n'est aussi plus à la mode qu'il y a vingt ans et il paraît compliqué de faire adhérer de nouveaux fans au projet, quand les anciens démissionnent progressivement. Bref, le chanteur a donc eu l'idée de changer de cap, histoire de casser une certaine forme de routine, paradoxal quand on sait que Pavement était justement considéré comme des empêcheurs experts de tourner en rond. Voilà donc qu'avec ce "Groove Denied", Malkmus se remet en danger, ne délaissant pas complètement son sens inné des mélodies tordues, mais en y intégrant pour la première fois de gros sons syn…

Nick Waterhouse - Nick Waterhouse

Nick Waterhouse est un chanteur dont la carrière m'avait jusqu'à présent laissé plutôt indifférent. Il faut dire qu'il pratique un style musical mélangeant le rythm'n'blues, le jazz ou la soul des années 50-60, pas vraiment mon genre de prédilection. Pourtant, derrière son look rétro et un poil ringard - raccord avec la musique, même si sa coiffure soignée et les petites lunettes font plus penser à Buddy Holly - se cache un sacré songwriter et arrangeur. Les plus que recommandables Allah-Las avaient fait appel à lui pour produire leur premier album. Il a aussi évolué avec Ty Segall, White Fence ou les regrettés The Strange Boys - bref, que du bon. Quand on veut du vieux qui fait classe, son nom est régulièrement cité. Ce quatrième disque sans nom ne déroge pas à la règle et reste en terrain connu mais il était temps de parler un peu de ce bonhomme qui outre un nom pas banal - à priori, ce n'est même pas un pseudo -, a un son et une voix bien à lui, ce qui, en …

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Anna Calvi (+Drahla) - La Route du Rock collection Hiver - Saint-Malo - 23 février 2019

La vie est affaire de circonstances. On était en Bretagne, dans la région rennaise, au moment de la Route du Rock collection hiver. L'occasion était donc idéale pour aller y faire un tour. Surtout qu'il y avait la venue de la divine Anna Calvi - dont j'ai honteusement passé sous silence ici son dernier et excellent album "Hunter" paru l'an passé. Il y avait aussi les américains de BC Camplight mais on apprit une fois arrivés sur place que leur concert avait été annulé pour cause de retard de vol. Pas cool. On a donc attendu l'ouverture des festivités une heure plus tard, l'organisation eut la bonne idée d'avancer chaque concert de trente minutes. La soirée débuta donc avec les anglais de Drahla. Les ayant écouté un peu avant de venir les voir, j'étais resté sur une impression très mitigée : la musique post-punk du groupe me paraissait pas mélodique pour un sou et surtout assez lourdaude. J'en eus vite la confirmation en live. La présence …

Martin Frawley - Undone at 31

Martin Frawley est l'ancien leader du groupe d'indie pop australien Twerps, dont j'avais parlé ici. Les prometteurs Twerps n'existent malheureusement plus. Mais avec cette première tentative solo de Frawley, on se dit qu'on n'a pas forcément perdu au change. La voix rappelle celle de Dylan pour le timbre ou celle de Lou Reed pour la nonchalance. La musique est plus subtile qu'il n'y paraît avec deci delà quelques pointes de piano, de violon, permettant d'aérer l'ensemble. L'excellent premier morceau "You want me?" est une sorte de version modeste de "Walk on a wild side". Le disque "Undone at 31" a été écrit suite à une rupture amoureuse, douloureuse situation qui incite souvent à la création. Frawley a alors connu, comme beaucoup, ce sentiment de devoir tout recommencer et repartir à zéro. Comme si, à 31 ans, tout était à refaire.  Ce disque, ce n'est rien que cela, la reconstruction d'un homme meurtri…

Tullycraft - The Railway Prince Hotel

La twee pop est un genre que j'ai beaucoup écouté et apprécié, durant les années 90 surtout, avec Belle and Sebastian ou Hefner. Depuis, je suis passé à autre chose, même si je garde une profonde nostalgie pour cette musique-là. Parce que c'est ma musique de jeune adulte - celle de la fin de l'innocence ? Tullycraft est un groupe américain de twee pop originaire de Seattle - pas vraiment l'endroit approprié pour ce style de musique. Il s'est formé aussi dans les années 90. Ils sont adeptes, comme le veut leur genre musical, du "do it yourself", car on n'est jamais mieux servi que par soi-même. De toute façon, ont-ils le choix, ce n'est pas l'époque qui viendra leur prêter main forte avec leur faible volume de ventes ? "The Railway Prince Hotel" - en référence au "Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson, équivalent cinématographique en tant que twee movie ? - n'est que leur septième disque, en près de vingt cinq ans d'…