Accéder au contenu principal

Articles

Suburban Lawns - Janitor

J'avoue que "La musique à papa" fonctionne actuellement au ralenti. Et pourtant, ce n'est pas faute d'écouter de la musique. Non, c'est juste que traquer la moindre nouveauté intéressante finit parfois par me lasser, comme en ce moment : j'ai du mal à y trouver mon compte, du mal à m'enthousiasmer. Il faut parfois laisser un peu de temps au temps, comme on dit. J'en ai donc profité pour partir à la recherche de musiques plus anciennes et un peu obscures. Des trucs que l'époque a oublié. Comme les Californiens de Suburban Lawns, responsables d'un unique album et dont un des clips a été réalisé par le cinéaste Jonathan Demme ("Le silence des agneaux", "Philadelphia"). Ce dernier était encore méconnu à l'époque mais son amour du rock lui a valu ensuite de collaborer avec nombre de groupes du genre, notamment les Talking Heads pour le film "Stop making sense" ou New Order pour le clip de "The Perfect Kis…
Articles récents

No Age - Goons Be Gone

Non, il n'y a pas d'âge. Pas d'âge pour se replonger dans les trois premiers disques de Wire par exemple et tout ce passionnant mouvement qu'on a appelé et appelle toujours le post-punk - bah ouais, on est encore dans l'après punk, non ? Alors, quand je suis retourné vers les nouveautés, c'est surtout ce style qui m'a intéressé en premier lieu, de manière plus ou moins consciente. Le duo californien No Age fait déjà des disques depuis plus de quinze ans mais j'étais jusque là resté assez indifférent à leur musique, trouvant à tort peut-être qu'elle n'inventait rien et que cela restait somme toute assez basique. "Goons Be Gone" est donc arrivé à point nommé. Parce qu'il faisait la parfaite jonction avec les vieux albums que je me mettais subrepticement à réécouter. Parce qu'il venait en même temps montrer que je m'étais trompé sur le compte de ce groupe.  Leur musique n'est pas une simple ligne droite d'autoroute, e…

Deerhoof - Future Teenage Cave Artists

On se dit que s'il y a un groupe pour qui le confinement n'a pas dû être un obstacle pour réaliser un nouveau disque, c'est bien Deerhoof. On a l'impression que le quatuor de San Francisco ne joue jamais ensemble, que chacun arrive en studio avec des mélodies différentes et que la musique n'est au final qu'un collage plus ou moins heureux selon l'album, des productions individuelles. Ce "Future Teenage Cave Artists" n'échappe pas à la règle mais il semble pour moi faire partie de leurs plus belles réussites - même si j'avoue ne pas connaître toute la pléthorique discographie du groupe. Chaque morceau en contient plusieurs, ce qui fait qu'on ne s'aperçoit même pas vraiment lorsqu'on change de chansons. Comme le dernier Kim Gordon avec qui il partage aussi la même constante volonté d'expérimentations, il est ici question de politique, de penser en dehors du système, comme de "futurs hommes des cavernes". La pochett…

Woods - Strange to explain

Revoilà les formidables Woods, déjà responsables de mon disque de l'année 2016 avec l'inusable "City Sun Eater In The River Of Light". Ils m'avaient manqué, même s'ils n'ont pas été improductifs depuis quatre ans. D'abord, il y avait eu ce très bel EP, "Love is love" sorti en 2017, puis le disque, "Myths 03", en compagnie du groupe de folk suédois Dungen l'année suivante dans le cadre des très belles collaborations organisées par le label Mexican Summer. "Myths 01", c'était Connan Mockasin et Devonté Hynes (Lightspeed Champion, Blood Orange), "Myths 02", la rencontre géniale entre Ariel Pink - mon disque de l'année 2017 - et Weyes Blood, "Myths 04", celle de Cate Le Bon - mon disque de l'année 2019 - et Bradford Cox. Bref, que de l'excellent. Quel sera le duo de 2020 ? Enfin, Woods a aussi participé activement à l'unique album de David Berman sous le pseudonyme de Purple Mounta…

Ezéchiel Pailhès - Oh!

Il y a ceux qui, malgré l'absence de don évident en la matière, s'y essaient quand même avec un résultat forcément mitigé et puis il y a ceux qui préfèrent utiliser ce qui existe déjà car ils savent que cela aura toujours plus de valeur que n'importe quel texte qu'ils pourraient écrire. Le prénommé, Ezéchiel Pailhès est de cette deuxième catégorie. "Oh!" est son troisième solo, après "Divine" en 2012 et "Tout va bien" en 2017, Ezéchiel Pailhès est aussi la moitié du duo électro parisien Nôze. Les paroles de ce nouveau disque, comme le précédent sont en grande partie tirées de poèmes d'auteurs "classiques", Shakespeare pour "Bien certain", Pablo Neruda pour "Tu te rappelleras", Victor Hugo pour "Oh! Pourquoi te cacher?" et enfin la trop méconnue Marceline Desbordes-Valmore pour la triplette "Sans l'oublier", "La sincère" et "J'avais froid". Cette dernière, in…

Sparks - A Steady Drip Drip Drip

Les concerts de l'automne ne sont pas encore annulés et on espère pouvoir bientôt sortir à nouveau écouter de la musique live. Celui des Sparks à Paris doit se dérouler le 20 octobre prochain, c'est-à-dire le même jour que celui de Suede, à la Salle Pleyel. Par nostalgie pour nos années adolescentes - la bande de Brett Anderson doit rejouer l'intégralité de "Coming Up", son disque de 1996 et premier sans Bernard Butler - nous avons choisi avec maman d'aller voir les anglais plutôt que les américains. Si les dates avaient été décalées, nous aurions sans doute fait coup double. Mais ça, c'est une autre histoire. Les frères Maël viennent de sortir un nouvel album, "A Steady Drip Drip Drip" et c'est toujours un peu le même disque que le précédent et ça fait 50 ans que ça dure, avec une légère incartade plus électro dans les années quatre-vingt, un peu moins de flamboyance qu'à leurs débuts mais un talent intact pour les mélodies. Si Russell…

Modern Studies - The Weight Of The Sun

Modernes, ils ne le sont pas vraiment. Leur pop-folk n'a, en apparence, rien de révolutionnaire. Elle est même de facture de plutôt classique. Studieux par contre, ça oui, car on sent que le groupe peaufine ses chansons. "The Weight Of The Sun" est déjà le troisième album de ce quatuor écossais et je m'en veux de ne pas les avoir repéré plus tôt. Il y a d'abord ces voix, masculine et féminine qui se complètent admirablement. On serait capable de les suivre n'importe où, surtout en ces temps de déconfinement où nous n'avons plus besoin d'autorisation de sortie. Il y a ensuite ces arrangements discrets, variés, qui habillent délicatement et fonctionnent par petites touches, subtils. Enfin, il y a ces mélodies qui avancent masquées, fuyantes, dont on ne goûte tout le sel, qu'après plusieurs écoutes. Modern Studies continuera d'oeuvrer en marge, sans faire de bruit, sur l'impeccable label Fire Records, maison connue pour accompagner ce genre …