Accéder au contenu principal

Deerhunter - Monomania

Oui, je sais, ce blog est un peu en jachère en ce moment, vacances obligent. C'est aussi dû, je dois l'avouer, à une baisse de motivation passagère. Comme je l'ai déjà dit, difficile d'écouter des disques après la claque du dernier Flaming Lips. Heureusement, voici un album qui devrait mettre tout le monde d'accord dans le petit monde du rock indépendant. Bradford Cox est en train d'élaborer depuis plusieurs années une carrière exemplaire. Que cela soit en solo avec Atlas Sound ou en groupe avec Deerhunter, chaque nouveau disque s'avère à première écoute supérieur au précédent. Ce "Monomania" ne semble pas échapper à la règle et ressemble au bréviaire du parfait indie rockeur, aussi à l'aise dans les mélodies pop irrésistibles ("The Missing"), que dans le punk le plus abrasif ("Leather Jacket II") ou les jolies ballades langoureuses ("T.H.M."). 
Bref, ce nouvel album de Deerhunter est déjà promis aux plus hautes marches de beaucoup de bilans 2013. Pourtant - et oui, il y a un pourtant - il ne gagne pas spécialement en saveur après plusieurs passages. C'est finalement ce que je reprocherais à Cox, de ne rester qu'un éternel outsider, toujours placé, jamais gagnant de mes classements personnels. "Monomania" risque de connaître le même sort que ces prédécesseurs, c'est-à-dire resté cantonné aux portes de mon panthéon. 

"Monomania" :

Album en écoute intégrale sur Grooveshark.

Commentaires

  1. Deerhunter pour moi c'est surtout "Cryptograms", "Fluorescent Grey" et "Microcastle".
    "Halcyon Digest" était sympa mais comportait son lot de morceau faiblards, et surtout son meilleur titre( "Desire Lines") était une repompe éhontée d'un morceau d'Arcade Fire.
    Quant à ce dernier, il est plombé par un début d'album que je me garderai même de qualifier pour rester poli. Et là encore, le meilleur morceau "T.H.M" n'est que du Married Monk en beaucoup moins bien.
    Je passerai aussi sous silence les tentatives solos du sieur Cox par pure bonté d'âme et ne cesserai d'être étonné par la mansuétude de tous vis à vis de ce mec. Il pisserait dans un bocal que beaucoup en boiraient, persuadés de déguster un Monbazillac...

    Dale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Du Married Monk en beaucoup moins bien", comme tu y vas fort ! Je trouve ce "Monomania" admirablement bien foutu, même si, comme je le dis, je ne suis pas sûr d'y revenir très souvent. Quant à Atlas Sound, j'avais adoré le dernier disque. C'est vrai que le meilleur de Deerhunter reste peut-être à ce jour, "Microcastle". Il y avait dans ce disque un petit côté Mercury Rev pas désagréable.
      Pour ce qui est de le quasi unanimité que le bonhomme fait dans le milieu du rock indé, j'avoue, je ne sais pas. Ce n'est pas révolutionnaire, c'est sûr, mais c'est plutôt bien torché.

      Supprimer
  2. Mon cher Vincent, je comprends parfois aisement ta baisse de motivation. Moi meme aujourdh'hui, je ne sais pas ce qui me retient de baisser les grilles du store (j'en ai pas de grilles, mais j'aime bien l'image, et surtout le son). Mais la je m'egare...Bon sang mais pourquoi bouder son plaisir, cet album est d'une telle densite qu'on pourrait presqu'en toucher la chair et les tripes (je vous conseille la version vinyle dont le mix est une pure merveille...). En fait ce qui m'embete ici, c'est surtout la diatribe precedante et ce mal francais du lynchage visceral. Married Monk, bon sang, je vois meme pas bien le rapport...Enfin bon, j'imagine que c'est a force d'epancher ma soif d'ivresse sonore avec du jus de latrine du sieur Cox...moins sirupeux que le vin blanc pre-cite...A chacun son calice mais moi je prefere de loin le payasage musical d'ici a celui du pays du pessimisme institutionalise. Bien a toi Vincent et ne lache pas surtout. Gwen/Melody Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce gentil commentaire d'encouragement. Je sais que venant de toi, c'est sincère. (je me rappelle encore tes remarques lapidaires d'il y a quelques temps, une éternité ?) Oui, le Deerhunter est un excellent disque, le genre de choses qu'aucun groupe français n'est capable d'approcher un tant soit peu. Non, c'est une autre musique que j'aime ici, qui n'existe nulle part ailleurs et qu'on retrouve dans les derniers albums de Aline, Babx, Albin de la Simone, Arman Méliès ou Bertrand Belin, dont le très prochain opus s'annonce une fois de plus merveilleux. Je ne suis pas pessimiste, je suis juste un peu las. Mais promis, dès la semaine, je m'y remets... parce qu'avec tous ces jours fériés et les premiers beaux jours...Merci encore de ta fidélité. A bientôt.

      Supprimer
  3. Me revoilou,

    Point de lynchage ici, juste une mise au point comme dirait l'autre: non le dernier Deerhunter n'est pas une crotte, c'est juste un disque que beaucoup encensent avant même de l'avoir écouté (le syndrome Radiohead dix ans après...).
    Et oui, mille fois oui je préfère cette scène française bouillonnante (Aline, la Femme, Poni Hoax, Gratuit, Cheveu, Frustration, Lonely Walk, 69, Rubin Steiner, La Chatte, Hypnolove- et même cette vieille ganache de Murat!) à ces américains dont les disques sont de moins en moins bons, et de plus en plus loués.

    Dale, ministre du redressement musical productif...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…