Accéder au contenu principal

Wampire - Curiosity

Vampire, vous avez dit, Vampire ? Non, Wampire, avec un W, comme les deux canines supérieures démesurément longues des vampires, aptes à vous sucer le sang jusqu'à la moelle. Et ce nouveau groupe au look vintage assez improbable, au kitsch semble-t-il revendiqué, est bien composé de deux étonnants lascars. Pas d'accointance avec les vampires du week-end - dont, hasard du calendrier le troisième album au demeurant bien décevant sort la même semaine - , la folie chez eux semble permanente. Ils ont été signés chez Polyvinyl Records, repère de formations barrées (of Montreal ou Xiu Xiu) à souhait pratiquant souvent une pop synthétique bien azimutée. Le premier titre de "Curiosity" - qui en est évidemment une - et aussi single, "The Hearse", est une vraie réussite du genre. On est immédiatement dans le ton, pas de refrain bien identifié, des mélodies qui partent joyeusement dans tous les sens, des synthés mis bien avant - parfois un peu lourds - et ce côté délicieusement régressif qui souvent, emporte tout, comme sur "Giants". On pense à du MGMT, en moins maîtrisé, plus foufou, au premier disque de Foxygen sans les aspirations blues façon Rolling Stones, à John Maus ou Ariel Pink, surtout. 
A la production, on retrouve le bassiste de Unknown Mortal Orchestra, dont ils font la première partie. Wampire s'inscrit dans cette lignée d'une pop aventureuse, où la mélodie a gardé son importance, mais qui veut bousculer les barrières classiques du songwriting à papa. Vampirisant.

Album en écoute intégrale pour une durée limitée sur Pitchfork Advance.

Commentaires

  1. J'avais déjà un peu écouté, ça me paraît très bon, il y a un côté ludique qui me plaît beaucoup, comme chez MGMT et Foxygen surtout, comme tu le dis. Et puis ils ont repris The Model de Kraftwerk, et ça ça fait plaisir ! :)
    Par contre, personnellement j'aime beaucoup le Vampire Weekend, il m'a fallu plusieurs écoutes pour bien rentrer dedans, mais je le trouve vraiment excellent, il se bonifie à chaque fois qu'il passe sur la platine. Et il offre un beau renouvellement sans trahir leur identité. Ce n'est que mon avis, mais je le recommande très très vivement !
    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le Vampire Weekend, je suis plus que sceptique. J'ai beau eu le réécouter plusieurs fois, pas de bonification chez moi. Les voix sont plus que quelconques, les arrangements assez cheaps et mise à part quelques titres, les mélodies ne cassent pas deux pattes à un canard, ça me fait régulièrement penser à du Phoenix...
      Je préfère donc largement le Wampire, ces deux là ont l'air de se prendre nettement moins au sérieux et leur musique d'être plus naturelle et instinctive. Après, ce n'est que mon avis et je sais que peu semble le partager :-(

      Supprimer
    2. Et c'est un avis tout à fait respectable ! :) Tu l'as écouté, et tu juges la musique et pas ce qu'il y a autour, tu as tout à fait le droit de le dire. Peut être que c'est moi qui suis moins difficile que toi (j'aime bien Phoenix, sans être fan non plus). Je ne pense pas toujours comme toi, toutes les découvertes grâce à tes chroniques ne me touchent pas de la même façon, et j'ai vraiment bien aimé le dernier Bowie par exemple, mais c'est cette diversité de points de vue qui est importante. Et ce n'est pas parce que tu trouves fades ou mauvaises certaines choses que j'aime que je regarderais moins ton blog. Au contraire ! Tant qu'il y a du respect mais pas trop de relativisme non plus (tout ne se vaut pas, il ne faut pas exagérer dans ce sens), la discussion est très intéressante ! Ce qui serait triste c'est que nous ayions les mêmes goûts sur tout.
      Alexandre

      Supprimer
    3. Voilà. Merci pour ta fidélité ;-)

      Supprimer
  2. je le trouve tres interessant votre blog et surtout cet article :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…