Accéder au contenu principal

Aztec Camera - Oblivious (1983)

Parmi la pléthore de rééditions qui sortent chaque année, certaines font plus parler que d'autres. Aztec Camera fait partie de ces nombreux groupes oubliés des années 80. Leur premier disque, l'excellent "High Land, Hard Land" était l'oeuvre d'un gamin d'à peine vingt ans. A l'écoute d'une chanson comme "Oblivious", qui aurait mérité de devenir un tube, on est immédiatement subjugué. Roddy Frame est un génie, ce gars-là est promis à un grand avenir. Malheureusement, la suite sera décevante, à tous points de vue, artistique comme commercial. Il faut dire que dès le deuxième disque, c'est Mark Knopfler, le célèbre guitariste des Dire Straits qui est à la production. Aztec Camera est tout de suite sortie du giron rock indépendant made in Scotland et tel Icare, en voulant voler au-dessus de la mêlée, s'est brûlé les ailes. Sa folk délicate n'était pas faite pour se marier avec le country-rock FM de Knopfler. Qui sait ce qui serait advenu si Frame s'était plutôt rapproché d'un Edwyn Collins, alors alter ego et chantre écossais d'une pop brillante et différente. Trente ans après, c'est à peu près tout ce qu'on retiendra de ce groupe et de son chanteur. Dommage...


From the mountain tops down to the sunny street,
A different drum is playing a different kind of beat.
It's like a mystery that never ends,
I see you crying and I want to kill your friends.

I hear your footsteps in the street,
It won't be long before we meet,
It's obvious.
Just count me in and count me out and
I'll be waiting for the shout,
Oblivious...

Met Mo and she's okay, said no one really changed,
Got different badges but they wear them just the same.
But down by the ballroom I recognized that flaming fountain
In those kindred caring eyes.

Chorus

I hope it haunts me 'til I'm hopeless,
I hope it hits you when you go,
And sometimes on the edge of sleeping
It rises up to let me know it's not so deep,
I'm not so slow.

Chorus

They're calling all the shots, they'll call and say they phoned,
They'll call us lonely when we're really just alone.
And like a funny film, it's kinda cute
They've bought the bullets and there's no one left to shoot.

Chorus

Commentaires

  1. Tu as un peu raison pour KNIFE qui m'avait désapointé, mais c'était mon premier Aztec, d'où ma bonne surprise récente à la découverte de "High Land.." (D'abod par un best of puis l'album) Je me dis que nous aimons découvrir des pépites ignorées en leur temps (année 60, 70) avec ce plaisir de mettre sous les projecteurs des albums oubliés, peut-être celui ci ressortira dans quelques années avec encore davantage d'auditeurs, mais il avait plu à l'époque je crois?
    Pour l'actualité (piqué dans le dico assayas 2014) Frame a sorti un disque "North Star" jugé comme enfin une écriture non noyé pas une "'autre" musique. Alors, info ou intox... Je me renseigne A+

    RépondreSupprimer
  2. Ça ne se fait peut-être pas sur ton blog de mettre des liens, tu pourras supprimer ce commentaire, mais grâce à toi je suis tombé sous le charme de son "The North Star", à mi chemin entre les SMITH et les CROWDED HOUSE, je fonds et je te fais profiter de quatre chansons, je suis au bord de le propose dans mon blog, l'album .. en tout cas ce fut une belle découverte, que tu as déclenché, comme quoi:

    001. Roddy Frame - The North Star - Reason For Living.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/28812785/file.html
    002. Roddy Frame - The North Star - Sister Shadow.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/58908587/file.html
    003. Roddy Frame - The North Star - River Of Brightness.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/73973973/file.html
    004. Roddy Frame - The North Star - Bigger Brighter Better.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/39373039/file.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…