Accéder au contenu principal

Aztec Camera - Oblivious (1983)

Parmi la pléthore de rééditions qui sortent chaque année, certaines font plus parler que d'autres. Aztec Camera fait partie de ces nombreux groupes oubliés des années 80. Leur premier disque, l'excellent "High Land, Hard Land" était l'oeuvre d'un gamin d'à peine vingt ans. A l'écoute d'une chanson comme "Oblivious", qui aurait mérité de devenir un tube, on est immédiatement subjugué. Roddy Frame est un génie, ce gars-là est promis à un grand avenir. Malheureusement, la suite sera décevante, à tous points de vue, artistique comme commercial. Il faut dire que dès le deuxième disque, c'est Mark Knopfler, le célèbre guitariste des Dire Straits qui est à la production. Aztec Camera est tout de suite sortie du giron rock indépendant made in Scotland et tel Icare, en voulant voler au-dessus de la mêlée, s'est brûlé les ailes. Sa folk délicate n'était pas faite pour se marier avec le country-rock FM de Knopfler. Qui sait ce qui serait advenu si Frame s'était plutôt rapproché d'un Edwyn Collins, alors alter ego et chantre écossais d'une pop brillante et différente. Trente ans après, c'est à peu près tout ce qu'on retiendra de ce groupe et de son chanteur. Dommage...


From the mountain tops down to the sunny street,
A different drum is playing a different kind of beat.
It's like a mystery that never ends,
I see you crying and I want to kill your friends.

I hear your footsteps in the street,
It won't be long before we meet,
It's obvious.
Just count me in and count me out and
I'll be waiting for the shout,
Oblivious...

Met Mo and she's okay, said no one really changed,
Got different badges but they wear them just the same.
But down by the ballroom I recognized that flaming fountain
In those kindred caring eyes.

Chorus

I hope it haunts me 'til I'm hopeless,
I hope it hits you when you go,
And sometimes on the edge of sleeping
It rises up to let me know it's not so deep,
I'm not so slow.

Chorus

They're calling all the shots, they'll call and say they phoned,
They'll call us lonely when we're really just alone.
And like a funny film, it's kinda cute
They've bought the bullets and there's no one left to shoot.

Chorus

Commentaires

  1. Tu as un peu raison pour KNIFE qui m'avait désapointé, mais c'était mon premier Aztec, d'où ma bonne surprise récente à la découverte de "High Land.." (D'abod par un best of puis l'album) Je me dis que nous aimons découvrir des pépites ignorées en leur temps (année 60, 70) avec ce plaisir de mettre sous les projecteurs des albums oubliés, peut-être celui ci ressortira dans quelques années avec encore davantage d'auditeurs, mais il avait plu à l'époque je crois?
    Pour l'actualité (piqué dans le dico assayas 2014) Frame a sorti un disque "North Star" jugé comme enfin une écriture non noyé pas une "'autre" musique. Alors, info ou intox... Je me renseigne A+

    RépondreSupprimer
  2. Ça ne se fait peut-être pas sur ton blog de mettre des liens, tu pourras supprimer ce commentaire, mais grâce à toi je suis tombé sous le charme de son "The North Star", à mi chemin entre les SMITH et les CROWDED HOUSE, je fonds et je te fais profiter de quatre chansons, je suis au bord de le propose dans mon blog, l'album .. en tout cas ce fut une belle découverte, que tu as déclenché, comme quoi:

    001. Roddy Frame - The North Star - Reason For Living.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/28812785/file.html
    002. Roddy Frame - The North Star - Sister Shadow.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/58908587/file.html
    003. Roddy Frame - The North Star - River Of Brightness.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/73973973/file.html
    004. Roddy Frame - The North Star - Bigger Brighter Better.mp3
    http://www59.zippyshare.com/v/39373039/file.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…