Accéder au contenu principal

Luna - Slash Your Tires (1992)

Cette année, à la faveur de son excellent dernier disque, je redécouvre la carrière de Dean Wareham. Preuve que j'étais passé à côté du monsieur, je ne l'avais même pas remarqué dans le film "Frances Ha" sorti l'année dernière où il apparaît en compagnie de sa compagne de bassiste Britta Philips. Je me suis alors décidé à rattraper mon retard, combler les manques et puis me rappeler aussi les bons souvenirs. Comme celui de cette ancienne collègue de bureau - grand merci à elle - aussi timide que moi, qui, il y a plus de dix ans de cela me faisait découvrir en même temps Galaxie 500, Luna, Felt ou The Field Mice. Bah oui, j'étais presque vierge musicalement parlant. Elle avait surtout insisté sur une chanson "Slash your tires". Parce qu'elle l'adorait plus que les autres. Peut-être qu'elle en pinçait pour ce beau dandy de Dean. J'avais gravé un grand nombre de disques qu'elle m'avait prêté. A la place, je n'avais pas grand chose à proposer, même si Belle and Sebastian et Hefner n'étaient déjà pas si mal comme contreparties. Je crois qu'elle m'aimait rien que pour le fait de pouvoir partager enfin sa musique. Je n'étais pas amoureux. On en est resté là et ayant changé d'entreprise, je n'ai pas cherché à la revoir. Qui sait ce qu'elle est devenue et ce qu'elle écoute aujourd'hui. En tout cas, pour moi, ce "Slash Your Tires", c'est elle. J'en avais même fait un temps ma sonnerie de portable. Il y a des chansons comme ça...


No point in screaming
Cause I'm only dreaming
That you came to pieces
And I came in peace
You're always loaded
Your life has imploded
Nine weeks of hell, man
But I'm feeling swell

And in my dreams I slash your tires
And in my dreams I set these fires
And all your fears, it's nothing new
And all your tears, they won't help you

You're always posin
And I was imposin
But I turned the tables
And I'm feeling fine
You're always loaded
Your life has imploded
Nine weeks of hell, man
But I'm feelin swell

And in my dreams I slash your tires
And in my dreams I set these fires
And all your fears, it's nothing new
And all your tears, they won't help you
And all your fears, it's nothing new
And all your tears, they won't help you

Commentaires

  1. Coup de coeur pour cette musique, merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  2. Au passage, je viens de créer un groupe sur Facebook "Les blogueurs culturels" pour faire la promotion de nos articles et de nos blogs, si vous avez envie de le rejoindre et si vous connaissez d'autres blogueurs musique, cinéma ou littéraire n’hésitez pas à les y inviter !
    https://www.facebook.com/groups/921362527879527/?fref=ts
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai eu la chance de discuter avec Dean à Indietracks, il a bien vieilli, le bougre.

    Excellent set en plus, 7 morceaux de Galaxie 500, malheureusement aucun de Luna, groupe que je préfère à G500 (que j'adore quand même)

    RépondreSupprimer
  4. Comment ça, Bien vieilli ?
    Tu veux dire physiquement ?
    Parce que je trouve que sa musique vieillit très bien. J'adore son dernier disque. Je trouve que contrairement à d'autres, il n'essaie pas de "faire jeune". Il continue à faire "son truc". Disons que je vieillis avec lui, quoi ;-)

    C'est vrai que Luna, c'est excellent aussi. J'ai du mal à avoir une préférence entre les deux.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…