Accéder au contenu principal

Television Personalities - If I Could Write Poetry (1982)

Voici l'une des personnalités les plus atypiques et passionnantes du rock indépendant anglais, révérée par une poignée de fidèles et non des moindres - de Kurt Cobain à MGMT ("Song For Dan Treacy") en passant par les Pastels. Dan Treacy est un de ces êtres tellement en marge et à côté de la plaque qu'il en devient touchant. Un de ceux qui ont érigé l'amateurisme en art de vivre. Loser éternel jusqu'à passer par les cases drogue, SDF, vol et prison. Les disques de Television Personalities pourtant régulièrement excellents, paraissent tous comme inachevés, inaboutis, comme des "work in progress". Peu importe que ces chansons et ces disques soient bancals, ils ont le parfum du vrai, de la spontanéité, jusqu'à en paraître d'une confondante naïveté. Treacy fait partie de ces gens qui semblent incapables de tricherie et de distance. La vie est trop courte pour jouer à un jeu, semble-t-il nous dire. Si tout le monde avait cette franchise-là, la vie serait tellement plus simple. Si tout le monde avait cette simplicité-là, Treacy serait un génie mondialement connu et "If I Could Write Poetry", une des plus belles chansons d'amour de l'univers. Si seulement...

All those times we spent together
All the love I had I gave to you
Sitting on a park bench in the autumn
Holding hands under a cloudless sky
Happiness is knowing you care for someone
And never having to give a reasons why
For love is never having to say anything
My love is yours to keep till the day you die

If I could write poetry
I would write a thousand poems
To tell the world that I love you

Dreaming we would always be together
Chasing rainbows in a happy sky
Thinking we would always be together
But now I find there's no tears left to cry
If I could catch a falling star I'd give it to you
Even though it's never been done before
And now I'm on a park bench in the autumn
I watch the rainbow disappear from view

If I could write poetry
I would write a thousand poems
To tell the world that I love you

Thinking all the time we spent together
All the love I had I gave to you
Sitting on a park bench in the autumn
Holding hands under a cloudless sky
Dreaming we would always be together
Thinking we would always be together
Hoping we would always be together
But the rainbow disappeared from view

If I could write poetry
I would write a thousand poems
To tell the world that I love you

Commentaires

  1. Je suis un inconditionnel des TVP, les premiers albums et d'autres tout au long de leur carrière sont des albums de chevet (écoute l'excellent et plutôt récent A Memory Is Better Than Nothing). Je partage donc ton avis à 100%

    J'en profite pour te dire tout le bien que je pense des disques de Literature, The Coral, Baxter Dury, Kevin Morby, du single de XTC... que tu as abordés récemment.

    RépondreSupprimer
  2. Tout cela (l'extrait, ton article, ceux qui les citent en influence) me donne envie de découvrir ces TVP dont je ne connais rien du tout.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…