17 décembre 2014

Top albums 2014

Voilà, nous y sommes, mes 10 disques préférés de 2014. Peut-être pas une grande année, peut-être pas si forte que la précédente. Encore que. Les 4 disques qui se bataillent en tête de mon classement se sont détachés du reste, mais tous, à force d'écoute. Ils ont fini par devenir d'agréables compagnons de vie. De ceux qu'on aiment retrouver peu importe notre état d'esprit. Et déjà, rien que pour eux, 2014 aura été une belle année musicale. Deux disques de chanson française : l'un pop, l'autre folk. Deux disques aux arrangements soignés. "Bambi Galaxy" et ses sons de synthés vintages loin d'être si évident qu'il en a l'air de prime abord. "Babel" et son incroyable foisonnement sonore. Entre Auvergnats, on se comprend. Et puis, deux disques étrangers complètement différents, l'un, "Hot Dreams", n'a rien qui dépasse, l'autre, "Pom Pom", part dans tous les sens. Les deux ont en commun d'être des disques dont on ne sépare pas si facilement. Le premier, pour sa sobre perfection. le second pour sa parfaite démesure.

10- East India Youth - Total Strife Fever
Un jeune anglais descendant du Brian Eno bidouilleur de la fin des années 70 propose sa version moderne d'une pop électronique aventureuse. C'est parfois étouffant mais le plus souvent réjouissant. Assez inclassable, en somme. Vivement la suite... 


9- François and the Atlas Mountains - Piano Ombre
François Marry et ses acolytes sont en train de devenir des références dans le paysage musical français voire même international (signature chez Domino Records oblige). Ce "Piano Ombre" le voit chanter pourtant davantage en français. En plus, cela correspond aux meilleurs morceaux. Un mélange improbable entre Dominique A et Vampire Weekend. Les voilà avec leur son bien à eux. Bravo!

8- Future Islands - Singles
Les Future Islands sont sortis de l'anonymat le jour où ils sont passés chez David Letterman et que les Américains puis le monde entier sont tombés raides dingues du petit déhanché de leur chanteur, Samuel Herring. Bien sûr, c'est réducteur, car Future Islands, c'est plus que ça. C'est bien sûr, l'imparable "Seasons" mais aussi une électro pop kitsch aux mélodies diablement accrocheuses.

7- Baxter Dury - It's a Pleasure
Baxter Dury a inventé l'improbable prototype du crooner cockney. Un accent et style désormais facilement identifiable. Les fans de la première heure lui reprocheront un côté dillettante de plus en plus accentué au profit de titres faciles. Les autres, comme moi, seront heureux d'avoir trouvé un "ami" digne de confiance. De ceux qui ne déçoivent pas - déjà son deuxième album classé dans mon top 10 annuel. J'ai toujours eu un faible pour les chansons remplies de "ouhouh", "ahaha". Alors quand il y a des "oula haha", je craque...

6- Metronomy - Love Letters
Le groupe préféré de mes loulous. Bon, en tant que parents, on y est forcément pour quelque chose, hein. "Love Letters", la chanson surtout n'est pas loin derrière "The Bay" (papa, tu peux mettre "take you back one day" ?) dans leur panthéon personnel. C'est dire l'incroyable pouvoir d'enchantement des mélodies de Joseph Mount. Les magiciens, ça parle à tout le monde.


5- Dean Wareham - Dean Wareham
Dean Wareham, c'est le type parfait : une carrière exemplaire de Galaxy 500 aux indispensables Luna en passant par son duo avec sa femme, la très jolie Britta Phillips, des goûts très sûrs, une apparition au cinéma dans l'excellent "Frances Ha" et donc ce premier disque solo encore impeccable, moins rock et plus en retenue qu'à l'accoutumée. Et cette voix caressante... Bref, c'est la classe. 

4- Florent Marchet - Bambi Galaxy
Alors que Houellebecq s'apprête à refaire parler de lui avec un nouveau livre pour janvier 2015 dont le thème s'avère être l'arrivée au pouvoir en France des Islamistes - difficile de trouver plus polémique -, Florent Marchet en est resté à "La Possibilité d'une île", son roman d'anticipation sur les sectes et le devenir de l'humanité. Si le concept peut paraître fumeux à priori, comme le nouveau look de jeune premier qu'il arbore désormais, ce disque m'a plus que convaincu sur la durée, faisant de "Bambi Galaxy", sa plus belle odyssée. Un superbe travail sur le son !

3- Murat & The Delano Orchestra - Babel
La plus belle rencontre de l'année. Si on pouvait reprocher à Murat une trop grande sobriété dans les arrangements et aux Delano Orchestra un manque d'accroche mélodique et un choix contestable de la langue de Shakespeare, le mariage des deux a condensé le meilleur des forces en présence. "Babel" est double, triple, quadruple. C'est un tour, un pic, une péninsule. L'Auvergne n'a jamais semblé si haut perchée. Murat peut désormais toiser le reste de la chanson française du haut de sa tour. Il va falloir être costaud pour aller l'y déloger.

2- Ariel Pink - Pom, Pom
Il aura fallu "Pom Pom" pour que je devienne enfin accro à ce gars-là. Quand je réécoute aujourd'hui "Mature Themes" ou "Before Today", je me demande comment j'ai pu passer à côté. N'empêche que c'est bien "Pom Pom" qui impressionne le plus, un incroyable condensé de toute l'histoire de la pop music, qui n'a peur de rien, ne se refuse rien et pourrait bien être le genre de disques à durée de vie infinie. Au passage, les trois derniers titres sont de toute beauté. Et ce disque étant sorti tard dans l'année, qui sait si dans deux mois, il n'aurait pas été une marche plus haut...


1- Timber Timbre - Hot Dreams
Comme pour Ariel Pink, jusqu'ici la musique de Timber Timbre m'avait laissé assez indifférent. Il a suffit d'un titre, "Hot Dreams", puis de ce disque du même nom, où il n'y a pour ainsi dire, rien à jeter. Chaque minute, chaque seconde compte. Pas d'effet de manches, pas de superflu. La voix de crooner en impose, sans en rajouter. La musique est dosée par petites touches. Le saxo de Colin Stetson est sublime. On pense au meilleur Tindersticks, au meilleur Portishead. Bref, on voudrait ne jamais sortir de ce "Hot Dreams"...

14 commentaires:

  1. Très fan de la pochette d'East India Youth qui m'évoque les dessins de Schiele. Mais à part un ou deux titres, je n'accroche pas à l'album.
    Après E Volo Love, Frànçois Atlas réussi l'exploit d'enchainer avec un album encore meilleur.
    Baxter Dury me distrait, sans +... Je trouve le Murat beaucoup trop dense, mais quelques titres me flingue (J'ai fréquenté la beauté évidemment)
    Florent Marchet m'a séduit, Ariel Pink je suis fan du titre Not Enough Violence. Mais je préférais Before Today (que jai aussi découvert sur le tard). Timber Timbre je ne connais pas assez... Des albums à découvrir donc :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de voir que tu connais pas tout dans ma sélection.
      Mon préféré sur le dernier Murat, c'est "dans la direction du Crest".

      Supprimer
  2. C'est marrant, ma fille de bientôt 5 ans est totalement fana de Love Letters (tout l'album !). Et elle aimait déjà beaucoup certains morceaux d'English Riviera ... alors qu'elle n'avait qu'un peu plus d'un an !
    Elle kiff aussi Baxter Dury, le précédant et celui ci.
    Des compos pop plutôt minimalistes (bien que plus complexes en ce qui concerne Jo Mount), avec des lignes mélodiques qui entrent bien dans la cervelle et une instrumentation colorées sans être trop flashy.
    Le charme enfantin peut aussi opérer avec certains morceaux de l'excellent Murat (je suis un vieux fan du bonhomme et à la première écoute, j'ai trouvé ce Babel bien gris, parfois un peu pataud. Depuis, au fil du temps, le charme buriné a une nouvelle fois opéré. Oui, Babel est grand !).
    J'aime bien Timber Timbre, mais je le trouve un peu monolithique, voire coincé du luc (ou du col de chemise), et ultra référence (Lynch pour l'ambiance, Lee Hazlewood et Tindersticks entre autres pour la musique). Mais bon disque.
    Ariel Pink me donne un peu la nausée. Par contre merci d'évoquer Dean Wareham, un de mes héros.

    Je rajouterai en cette fin d'année le bel ouvrage pop Ballroom, de Tahiti 80, coproduit par l'excellent Richard Swift. Derrière le côté évident - voire easy - de ces chansons se planquent pas mal d'aspérités et de bizarreries psyché. Bon, là aussi, c'est bien référencé (Beach Boys, Prefab Sprout ...), mais c'est mélodieusement et harmoniquement supérieur (à mon avis, que je partage). Tahiti 80, qui existe depuis la fin des 90's et marche bien à l'export (Japon ...), mérite un petit coup de projecteur par ici. Pis, c'est une musique qui réchauffe en cette période hivernale et, contrairement au dernier Phoenix (desquels on peut par moment les rapprocher), eux ne sont pas en pilotage automatique ...

    Enfin, juste signaler le fulgurant et marquant deuxième album de Run The Jewels. Bon, c'est assez suffocant et roboratif, mais El-P et Killer Mike sont au sommet de l'expérimentation, cohérente et géniale ; une musique à l'imagination débridée qui tend un miroir sans concession à notre époque, violente et délétère (aux USA comme chez nous).
    Bien à vous,
    lu.lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce long commentaire. Baxter Dury aussi a du succès auprès de ma marmaille mais pas tant que Metronomy.
      Tahiti 80, désolé, mais comme Phoenix (même leurs premiers disques), ça n'est pas trop mon truc.
      Run The Jewels, connais pas. Je vais écouter.

      Supprimer
  3. Je retiens essentiellement le Baxter Dury, le Timber Timbre et le Murat de tes choix. J'ai pas réussi à rentrer dans le Florent Marchet (ça fait deux albums consécutifs où c'est le cas après l'excellent Rio Baril). François & The Atlas Mountain c'est pas pour moi par contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Marchet, on peut ne pas aimer ce qu'il fait depuis Rio Baril, mais le gars a le mérite de se réinventer à chaque nouvel album. C'est rare.

      Supprimer
  4. Comme d'habitude, je suis à la rue... Je découvre généralement l'actualité musicale avec un an ou deux dans les médiathèques. Mais je sais que dans ta sélection, il y a déjà une bonne moitié dont je connais les artistes et dont je veux écouter le disque. Donc je note dans un coin de ma tête les quelques noms que tu as rajoutés (et leurs pochettes pour les repérer) pour y jeter une oreille dès que j'aurais l'occasion. Je voulais aussi découvrir Ty Segall qui, à force de sortir des disques à toute vitesse, commence à piquer ma curiosité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, je ne trouve pas ma sélection très pointue... Ty Segall, malgré la quantité de disques qu'il a déjà sorti, je n'accroche toujours pas.

      Supprimer
    2. Non, je ne dis pas ça. Au contraire, pour une fois, j'étais pas trop larguée (Timber Timbre, Murat Metronomy, Baxter Dury, je connais; Florent Marchet; François and The Atlas Mountain, j'ai entendu un titre dans une compil des inrock'). Seulement, ils ne font pas encore partie des disques que j'ai écoutés... Et Ty Segall, toujours pas écouté...

      C'est pourquoi je trouve ta sélection sympathique, elle me parle en même temps qu'elle me donne des pistes à explorer.

      Supprimer
  5. Parmi cette sélecta, pas mal de disques que j'ai aimé :
    Timber Timbre : J'ai adoré, UN de mes disques de l'année !!
    Murat : toujours au top, et en duo.
    François And The Atlas Mountain : Perso, ma grosse révélation made in France. Poétique, Afro, Pop onirique et rêveuse, chant élégiaque, planant....Magnifique !!!
    Baxter Dury : énorme songwriter, tout ses albums sont divins. Et je m'étais déjà gavé de son "Happy Soup" en 2011 !!!
    Metronomy : Sympathique, plus psyché et moins "pop".
    Dean Wareham : malgré que j'adore sa carrière, surtout Galaxie 500 (Un de mes best groupes 80's) et son "Sonic Souvenirs" (avec Britta Phillips), je n'ai hélas pas écouté son dernier LP éponyme.
    Future Islands ; pas écouté leur dernier, tout comme celui d'Ariel Pink et de Florent Marchet (pour lui, j'suis moins emballé).
    East India Youth : je ne connais absolument pas mais l'ai vu dans de nombreux top 2014.

    Perso, j'ajouterai aussi (par ordre alphabétique) :
    Aidan Baker – Hypnotannenbaumdronefuzz
    Angus & Julia Stone - Angus & Julia Stone
    Arthur H - Soleil dedans
    Barzin - To Live Alone In That Long Sum
    Ben Watt – Hendra
    Damien Jurado - Brothers & Sisters Of The Eternal Son
    Damien Rice - My Favourite Faded Fantasy
    Damon Albarn - Everyday Robots
    Eels - The Cautionary Tales Of Mark Oliver Everett
    Jon Allen - Deep River
    Luluc – Passerby
    Michel Cloup Duo - Minuit Dans Tes Bras
    Miossec - Ici-Bas, Ici Même
    Sharon Van Etten - Are We There
    Sinkane - Mean Love
    Spain - Sargent Place
    The Desoto Caucus - The Desoto Caucus
    The War on Drugs - Lost in the Dream
    Winter By lake - Wooden Spirits
    Woods - With Light & With Love
    ..........
    A +

    RépondreSupprimer
  6. Beau top 2014 qui me rappel que je fois écouter le Baxter Dury et le Florent Marchais ( j'aime vraiment son style musical ). Et je me retrouve très bien dans tes deux premier choix qui ont vraiment été des grands disques pour moi. De la même façon, le disque d'Ariel Pink m'a permis de comprendre et d'adhérer pleinement à son univers. C'est une révélation ! Et que dire de Timber Timbre et de son fantasmatique hot dreams. Alors je dis bravo et à l'année prochaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et j'oubliais : le metronomy est un chef d'oeuvre. Après leur très reconnu English Riviera mettant la barre très haute, ils ont tout de même réussi à surpasser en différent leur précédent album. Ce groupe est entré dans la cours des très grands et ça fait plaisir à voir lorsqu'on les suit depuis déjà plusieurs années.

      Supprimer
  7. Un bien beau Top même si tout n'est pas forcément ma came.

    Et ça me rappelle qu'il faut vraiment que j'essaye le Wareham même si je ne suis pas trop fan de ce qu'il a fait après Galaxie 500.

    RépondreSupprimer
  8. Tiens? Comme Chris. Une relance parallèle sur le Timber. Pour le reste que je connais en survol, j'y reviendrai dans deux ans, mon retard assumé moi aussi du fait des médiathèques, je me place 2 ans plus jeune, ça fait illusion. Je copie ta chronique pour l'année 2016... A suivre, restons en contact ;-)

    RépondreSupprimer