Accéder au contenu principal

Et toi, t'as écouté quoi en 2016 ?

L'année 2015 ne fut pas des plus réjouissantes. On s'attendait donc à une amélioration. Forcément. Il n'en fût rien. Les nouvelles du monde ne donnent toujours pas à rire. En plus, cette année, on a vécu d'immenses pertes : David Bowie et Leonard Cohen, notamment. Deux monstres sacrés. Deux icônes inaccessibles. Deux témoins d'une époque révolue. Ma liste, cette année, est peut-être à cause de cela, encore plus resserrée : 42 disques seulement. Je compte sur vous pour me glisser quelques disques omis ou oubliés, en commentaire de ce post, sur Facebook, Twitter ou par mail. En attendant, voici ce qui a passé le plus de temps entre mes oreilles ces 12 derniers mois :


Commentaires

  1. Creeping Pink - mirror Woods et glass castle, comme du Eno moderne bricolé à la maison.
    La pop majestueuse de Radiation City - Synesthetica. Les héritiers de Foxygen Lemon Twigs avec Do Hollywood. Lionlimb Shoo, vu que tu aimes Owens et Whitney tu vas adorer.
    Je suis moins sur que tu aimes mais il y a aussi Soft Hair - soft hair, Blood Orange - Freetown Sounds, Frank Océan - Blonde, Junior Boys - Big Black Coat, Still Parade - Concrète Vision, Céu - Tropix, Bibio - À Minéral Love, Wild Nothing - Life Of Pause, Katherine - Le Film, Bon Iver - 22 à million, Cellars - Phases (produit par Ariel Pink), Diiv - is The is are, le Last Shadow puppets, paradis - recto-verso et plein d'autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. navré pour les accents et le h à Katerine mon auto correct de portable est insupportablement têtu.

      Supprimer
    2. Merci pour les propositions. Je ne connais pas tout mais tu as l'air d'avoir bien ciblé mes goûts :-)

      Supprimer
  2. Dans mon top de l'année, j'aurais mis sans aucun doute Car Seat Headrest - Teens of Denial (tous ses albums sont épatants, que ce soit Twin fantasy, How to leave town, Monomania ou Nervous young man). Sinon, pour 2016, j'aurais également cité :
    Lemon Twings - Do Hollywood (je conseille également l'écoute de leur album précédent What we Know, qu'on peut trouver sur YouTube, et qui rappelle effectivement les belles heures de Foxygen) ;
    Mitski - Puberty 2 ;
    Weyes Blood - From row seat to Earth ;
    Angel Olsen - My woman ;
    Nick Cave - Skeleton tree

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connais tout ça. C'est plutôt bien, mais ça ne m'a pas transcendé non plus. Lemon Twigs ? C'est quand même pas mal d'esbroufe pour moi, beaucoup d'effets de manches pour masquer des chansons pas renversantes. Car Seat Headrest, ça sonne trop rock US des années 90 tendance Nirvana. Pas fan de Cobain.

      Supprimer
    2. La qualité du lemon twigs tient avant tout aux chansons justement pour moi ;) et puis il y a de l'énergie juvénile et ça c'est devenu rare

      Supprimer
  3. Outre Kevin Morby et Woods qui font partie de mes favoris de cette année, voici quelques albums qui m'ont accompagné cette année.

    M. Craft - Blood Moon : aussi beau que mystérieux.
    Meilyr Jones - 2013 : Morrissey meets Divine Comedy.
    Cass Mc Combs - Mangy Love : la régularité dans l'excellence.
    Lambchop - Flotus : Pas parfait, mais 3,4 titres exceptionnels.
    Teleman - Brilliant Sanity : une usine à tubes géniale !
    Teenage Fanclub - Here : groupe dont j'ai enfin découvert l'oeuvre cette année, une vraie révélation.
    Bon Iver - 22, a million : Après ses deux premiers albums qui m'avaient poliment ennuyés, grosse surprise avec cet album incroyable qui m'a scotché. Mon disque de l'année.

    Sylvain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord pour Kevin Morby et Woods, deux des plus grands disques de 2016 aussi pour moi. Pour le Bon Iver, oui, c'est sans doute son meilleur. Par contre, ça ne m'a pas plus touché que ça. Faudrait que je m'y repenche...

      Supprimer
  4. Bon article, je suis Pierre et je propose mes services sur www.audionomie.com, n'hésitez pas a me contacter.

    RépondreSupprimer
  5. À cette liste déjà bien fournie, je me permettrais d'ajouter l'album de Christophe "Les Vestiges du chaos" encore une pépite de cet artiste culte à juste titre. La chanson hommage à Lou Reed "Lou" m'a hanté toute l'année.
    Merci pour les si bons articles de ce site.
    Alain M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, dans le dernier Christophe, il y a comme toujours à boire et à manger, du bon et du moins bon. J'ai du mal à tenir sur la longueur.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas encore pris le temps d'écouter le Cate Le Bon 2016 mais il à l'air excellent. Les Bowie et Animal Co sont aussi dans mes bons moments de cette année.

    Autres coups de coeur :

    Roald Van Oosten - Oh Dark Hundred
    https://www.youtube.com/watch?v=JXINhJ-KGi8
    (type : Flotation Toy Warning, Blonde Redhead...)

    Monkeys In Love - Live In New Stoke Newington
    https://soundcloud.com/monkeysinlove/live-in-new-stoke-newington
    (type : alt-punk, stereolab...)

    Silver Pools - Memoirs Of An Oblong Sphere
    https://soundcloud.com/silverpools/ice-cube-in-a-plastic-cup
    (type : dream-pop, mandoline...)

    RépondreSupprimer
  7. Tu pourrais (ré)écouter les albums de Traams "Modern Dancing" (surtout la face B) et de Doug Tuttle "It Calls On Me". Et aussi l'album de Yann Tiersen.

    RépondreSupprimer
  8. WOODS est largement au-dessus de la mêlée, découverte 2016 et groupe ultra précieux: merci à LMAP pour cette révélation. J'ajouterais simplement l'album de Suuns, groupe majeur...Sympathie particulière aussi pour l'album de Robert Forster, mais je ne suis pas objectif..

    RépondreSupprimer
  9. Au moins il y a Franckie Cosmos et John Cunningham !
    Il y a une bonne moitié de ces 42 que j'ai pas mal écouté, même s'ils ne sont pas dans mon top 20 https://disquesobscurs.fr/2016/12/top-20-albums-2016/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…