Accéder au contenu principal

Top albums 2016

10- King Creosote - Astronaut Meets Appleman
J'étais jusqu'à présent complètement passé à côté de la carrière de cet écossais pourtant éminemment productif (plus d'une trentaine d'albums à son actif). Cette pop est facilement identifiable. Elle s'installe dans une tradition anglo-saxonne, assez proche de celle des charmants The Leisure Society par exemple. "Astronaut meets the Appleman" est un de ces rares disques qui vous persuade que la pop d'outre Manche n'est pas morte. Un de ces rares disques qui vous ferait même apprécier le son de la cornemuse - enfin, presque, faut pas déconner quand même. Dans tous les cas, de la belle ouvrage.



9- David Bowie - Blackstar
Bien sûr, il y a un peu de mégalomanie à se considérer soi-même comme une étoile, ou se comparer à Lazare, l'homme revenu d'entre les morts. Mais quand c'est Bowie qui le dit, tout le monde trouve ça normal. L'artiste et sa carrière en imposent. Cet album est son dernier mot laissé au monde orphelin. Un dernier mot savamment préparé et orchestré, une semaine avant de tirer sa révérence. Pour de bon. Pour sûr qu'il nous accompagnera encore. Jusqu'au bout. Alors, oui, une étoile noire, Lazare, tout ce qu'il veut. Bowie est éternel.



8- Alex Cameron - Jumping The Shark
Découvert un peu par hasard, en première partie de Unknown Mortal Orchestra, l'australien m'a immédiatement intrigué puis séduit. Ce crooner kitsch et rétro impose un univers à nul autre pareil, fait de petits claviers synthétiques et de simples mélodies qui, mine de rien, vous trottent durablement dans la tête. Comme l'improbable rencontre entre Ariel Pink et Nick Cave. "Jumping the shark" est paru en 2014 de manière auto-produite mais ce n'est seulement qu'en 2016 qu'il a connu une sortie plus large. Délicieusement décalé, Alex Cameron est l'ovni de l'année.



7- The Avalanches - Wildflower
Contrairement à beaucoup, je n'attendais rien du second disque des australiens de The Avalanches, paru quinze ans après le désormais mythique "Since I Left You". La surprise n'en fut que plus agréable. Bien sûr, comme son prédécesseur, "Wildflower" est trop long, comporte trop de morceaux et a tendance à nous perdre un peu en cours de route, avant de nous ré-embarquer in extremis en fin de parcours. Car ce disque est une vraie montagne russe. Un disque joyeux, chamarré, déluré, qui n'a peur d'aucun carambolage des genres. Une musique qui a dû se tromper d'époque. Tant mieux.



6- Iggy Pop - Post Pop Depression
L'iguane a la peau dure. Lou et David sont désormais partis. Il reste donc l'ultime représentant d'un rock d'un autre temps, celui où le mot "rock" n'était pas encore galvaudé. "Post Pop Depression" est un retour aux sources, les meilleures de l'ancien chanteur des Stooges, celles de la fameuse année 1977, de "Lust for Life" et de "The Idiot", disques réalisés avec la collaboration de Bowie. Cette fois-ci, c'est Josh Homme, le leader des Queens of the Stone Age qui est aux manettes, pour un disque sobre, efficace et direct. Comme un inconscient et brillant hommage à son ami disparu. 



5- Radiohead - A Moon Shaped Pool

Non, Radiohead n'est pas mort. L'ex-meilleur groupe de rock au monde est de retour aux affaires. Ok, ce n'est plus révolutionnaire, mais "A Moon Shaped Pool" est leur meilleure production depuis leur chef d'oeuvre de 2007, "In Rainbows". Les titres n'ont plus l'évidence d'autrefois, les mélodies sont moins immédiates, reste l'impressionnant travail sur le son qui place une fois de plus le groupe d'Oxford bien au-dessus de la mêlée. Même moins percutante, la musique de Radiohead demeure un précieux refuge.


4- Tindersticks - The Waiting Room
Les Tindersticks vont de plus en plus vers l'épure. Vers l'essentiel. On peut le regretter par certains aspects. Mais "The Waiting Room" est un album d'une beauté troublante qui avance lentement et sûrement. La musique des Tindersticks est plus que jamais celle des fins de soirée, des afters, quand l'engouement est retombé, quand tout est joué, perdu ou gagné, seul ou à deux - de préférence à deux. Quand l'alcool distille encore ces effets. Une musique de chambre, qui prépare au sommeil en finissant par le somptueux "Like Only Lovers Can"... tout est dit. 


3- Chevalrex - Futurisme
Mon disque français de l'année. Haut la main. Chevalrex est le chef de file d'une pop made in France différente, en marge, faite avec les moyens du bord, mais érudite. Le label Objet Disque, c'est lui - on y trouve aussi les excellents Eddy Crampes et Rémi Parson. On entend sur "Futurisme", le meilleur de la musique d'ici, d'Arnaud Fleurent-Didier à Dominique A, le tout arrangé avec une impressionnante précision et concision. Si le futur ressemble à ce disque, tout n'est pas perdu.


2- Kevin Morby - Singing Saw
Longtemps, "Singing Saw" est resté pour moi dans l'ombre du dernier disque de Woods, l'ancienne formation de Kevin Morby. Parce que j'en voyais, à tort, qu'une copie  plus basique. Mais la musique de Morby, sous des abords plus répétitifs et évidents, n'en demeure pas moins inventive. Les références sont solides et admirablement bien digérées - le nouvellement nobélisé Dylan bien sûr. Et puis, tout ça a l'air d'être réalisé avec tellement de facilité. Un classique en puissance. 


1- Woods - City Sun Eater In The River Of Light
Je l'avais prédit : ces américains n'étaient qu'à un chouia de produire LEUR disque, celui qui fera date, celui qui restera encore plus que les autres. "City Sun Eater In The River Of Light" est un disque de folk intelligent, moderne, impeccablement arrangé, aux influences diverses et variées, tellement imbriquées qu'elles n'en sont plus perceptibles. Woods ou la politique de la liberté.

Commentaires

  1. D'accord pour le Bowie, le Iggy, le Woods, le Morby, le radiohead !
    J'ai pas autant accroché aux king créosote, tindersticks et Avalanches que toi mais ce sont de vrais bon disques.
    Par contre chevalrex, et Cameron ça m'a laissé de marbre, j'ai essayé pourtant (sur tes conseils). Je reconnais la qualité mais c'est pas mon truc.

    Joli top ! Bonne année à toi et merci pour tous ces beaux papier et ces découvertes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, merci à toi de rester fidèle :-) Bowie, Iggy, Woods, Morby ou Radiohead, ce sont effectivement des valeurs sûres. Les autres ont sans doute des styles plus clivants. Chevalrex et Cameron sont mes deux révélations de l'année, mais je comprends qu'on puisse y être insensible. La voix et la pop miniature un peu affectée du premier, le côté crooner kitsch assumé du second peuvent effectivement "laissé de marbre". Mais ce sont aussi les raisons pour lesquelles j'ai aimé ;-) Bonne fin d'année à toi !
      A l'année prochaine ?

      Supprimer
    2. À l'annee prochaine ! Je suis à fond dans mon propre top c'est long à mettre en page j'ai encore pondu un truc trop long

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d