27 octobre 2017

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nelson", notamment sur le titre éponyme. 
On entend aussi sur un titre, James Williamson, alias monsieur Sleaford Mods, autre particularité locale, encore plus difficilement transposable chez nous. On sait que la musique de Baxter Dury n'est pas celle d'une époque, elle est trop maligne pour ça, mais c'est une de celles qui fait et fera toujours mouche. Hier, aujourd'hui comme demain.

2 commentaires:

  1. Clairement influencé par le Melody Nelson. Les cordes vont si bien à Baxter...

    RépondreSupprimer
  2. J'avais adoré les débuts jusqu'à l'apothéose Happy Soup. Mais Pleasure m'avait un peu déçu. Celui-là a l'air pas mal, à voir avec les écoutes !
    Bien vu pour les réfs Gainsbourg !
    Et belle productivité en ce moment :)
    A+

    RépondreSupprimer