19 novembre 2010

Florent Marchet - Black session - 15 novembre 2010

Florent Marchet est un artiste qui se cherche, en témoigne son nouveau look de beauf réac' (très tendance paraît-il) avec petite moustache, pull jacquard, cravate, pantalon de toile trop court et grosses chaussettes rouges. La musique de son dernier album "Courchevel" est à cette image : elle a des envies d'excentricité, d'ouverture sur la forme, tout en restant un poil austère (rien à voir avec l'auteur de "Moon Palace") sur le fond. Auparavant, c'est tout son univers qui était froid, rude, comme cette campagne française désaffectée dont il s'était fait le chantre ("Gargilesse", "Rio Baril"). Aujourd'hui, le son s'est donc quelque peu arrondi, laissant envisager un  possible succès commercial. De villages isolés, il est aussi passé aux stations de sports d'hiver ("Courchevel") ou stations balnéaires ("Narbonne Plage") voire même aux aéroports ("Roissy"). De la solitude à la foule. (de l'ombre à la lumière ?) Alors, oui, les fans de la première heure pourront rester sur leur faim, même si le changement n'est pas encore radical. Il s'effectue dans la douceur, car les textes sont toujours aussi sombres, seul l'enrobage est plus sucré. Mais Marchet se trouve donc maintenant dans une position inconfortable d'entre-deux : plus assez marginal pour plaire aux fans de musique exigeante, pas encore assez évident pour plaire au plus grand nombre. En concert, chez Lenoir, lundi dernier, il laissait d'ailleurs cette impression-là, navigant entre un brutal "Notre Jeunesse", très Dominique A dans le style, jusque dans le jeu de scène particulièrement physique et heurté et un "Courchevel" plus amical avec ses choeurs façon "yéyé". Mais l'hôte d'un soir a su malgré tout satisfaire ses invités qui en ont redemandé, allant - chose assez rare pour le public plutôt calme et apathique des black sessions - jusqu'à la standing-ovation.
Clip de "Rio Baril" :

Car le chanteur ne manque assurément pas de charisme et d'humour - noir, bien souvent - et aime rien tant qu'à plaisanter avec l'assistance. Si, un jour, la chanson ne marchait plus pour lui, on imagine très bien une reconversion dans le milieu du cinéma ou du théâtre. Un artiste talentueux et sympathique dont on est curieux de savoir quelle trajectoire sa carrière va désormais suivre. Et s'il n'a pas encore envie de se désavouer en chantant des bleuettes mielleuses (comme il le dit dans "La famille Kinder"), espérons qu'il ne finira pas tout de suite dans "La charrette"...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire