Accéder au contenu principal

Manchester Music City 1976-1996 (1ère partie)

Chose promise, chose dûe, je vous parle donc aujourd'hui du livre du journaliste anglais John Robb sur la musique en provenance de la mythique ville de Manchester. L'ouvrage couvre la période allant de 1976, c'est-à-dire les débuts du punk et des Buzzcocks à 1996 et la fin de la britpop et d'Oasis. Il est présenté sous forme de documentaire écrit, laissant presqu'exclusivement la parole aux principaux protagonistes de l'histoire. Rempli d'anecdotes en tous genres, il est quand même surtout conseillé aux amateurs de cette musique. Pour savoir si vous l'êtes, voici quelques extraits ci-dessous pour vous en donner un bref aperçu. On commence d'abord par une première salve sur les groupes de 1976 à 1986. A suivre donc et en attendant ... Joyeux Noël à tous !

Buzzcocks - Boredom (1977)

Quand on a écrit "Boredom", on a eu l'impression d'aborder un thème - et ça collait parfaitement avec l'idiome. (Howard Devoto, chanteur des Buzzcocks et de Magazine)

Slaughter And The Dogs - Cranked Up Really High (1977)

Martin Hannett a fait un super boulot de production. [...]C'est Wayne qui a écrit les paroles - je les trouve super. C'est évidemment une référence à la cocaïne - peut-être un fantasme (rires). (Mick Rossi, guitariste des Slaughter And The Dogs)

Ed Banger And The Nosebleeds - Ain't Been To No Music School (1977)

Quand Vini était encore dans le groupe, ils avaient sorti un single, "Ain't Been To No Music School". [...] Sur la pochette, Vini porte l'uniforme de l'école. [...] Depuis des années, tout le monde détestait le porter, et, d'un coup, tout le monde s'est mis à essayer de retrouver le blazer de son grand frère. (Johnny Marr, guitariste des Smiths)

Joy Division - Transmission (1979)

Je me souviens d'un concert au Mayflower. On jouait "Transmission" pour la première fois. C'est une chanson très simple mais très efficace. Le public s'est arrêté de danser - tout le monde s'est mis à nous regarder, complètement stupéfait. ça m'a donné des frissons dans le dos. Je me suis dit : "Putain, on tient quelque chose, là!" (Peter Hook, bassiste de Joy Division et de New Order)

Section 25 - Girls don't count (1980)

J'aimais beaucoup Section 25. Leur premier album est génial. "Girls don't count" est une super chanson. (John Savage, journaliste et auteur)

A Certain Ratio - Shack Up (1980)

On a repris "Shack Up" après que Simon ait acheté le single chez Track Records. [...] Il a joué le morceau en me disant : "Ecoute! Tu vas voir comme c'est simple!". En cinq minutes, on s'est rendu compte qu'on pouvait jouer du funk. (Martin Moscrop, guitariste de A Certain Ratio)

The Fall - Container Drivers (1980)

C'est à cette époque que The Fall est devenu mon groupe préféré. Il l'est resté très longtemps. [...] "Grotesque" est devenu mon disque préféré de tous les temps. A cette époque, ils étaient intouchables. Il y a cette Peel session où ils jouent une version géniale de "Container Drivers". (Tim Burgess, chanteur des Charlatans)

The Durutti Column - Never Know (1981)

J'ai vu Durutti Column, c'était fantastique. Quand j'ai rencontré Vini Reilly des années plus tard, j'avais des étoiles dans les yeux. (Tim Burgess, chanteur des Charlatans)

New Order - Blue Monday (1983)

Tout le monde sait que "Blue Monday" est un grand single et qu'il s'est énormément vendu. (Tony Wilson)

The Smiths - Hand In Glove (1983)

On a fait un saut de géant avec "Hand in Glove" (Johnny Marr, guitariste des Smiths)

Commentaires

  1. Ouais T.B cette présentation illustrée en vidéos ! Merry Xmas too :)

    RépondreSupprimer
  2. Petite question : le livre est-il en français ? En tout cas, super intéressant merci du tuyau ;-))

    RépondreSupprimer
  3. @Newreborn76 : Oui, le livre a été traduit en français.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…