Accéder au contenu principal

Haddon Hall : Quand David inventa Bowie de Néjib

Petit détour par la bibliothèque aujourd'hui avec, pour la première fois, une bande dessinée. Une bande dessinée sur le rock, qui raconte de surcroît, une vraie histoire, ce n'est pas très courant. Cette histoire, c'est celle de David Bowie, avant qu'il ne devienne réellement célèbre, c'est-à-dire à l'époque charnière de la fin des années 60 et du début des années 70, au moment de l'enregistrement de "The Man Who Sold The World". Malgré ses nombreux défauts et le fait que la sublime chanson titre occulte un peu le reste, ce disque marque la naissance artistique du chanteur. Dès l'année suivante, il publiera son premier chef d'oeuvre, "Hunky Dory". La suite appartient à l'histoire du rock et tout le monde la connaît (ou devrait la connaître). Intéressant donc d'avoir voulu mettre en image cette période qui se cantonne ici à un lieu : Haddon Hall, vaste demeure victorienne de la banlieue de Londres que Bowie partage avec femme (et futur enfant, Duncan), frère schizophrène et amis musiciens (Marc Bolan, Mick Ronson, Tony Visconti, Syd Barrett, etc).
(Bowie devant Haddon Hall en 1970)
Si les inconditionnels n'apprendront sans doute pas grand chose, je ne savais pas, par exemple, que "Life On Mars" avait été écrite suite au refus de la maison de disques de choisir la traduction de Bowie pour la reprise anglaise du "Comme d'habitude" d'un des célèbres psychopathes de la variété française à double prénom. Cette chanson était donc sensée être sa manière à lui, de dire qu'il était capable de faire bien mieux que l'original. Ce qui n'est évidemment pas à démontrer... Quant à l'auteur, Néjib, c'est un néophyte. On ne connait rien de lui, à part bien sûr le fait d'être un fan de Bowie - ce qui, vous en conviendrez, est déjà un bon début. Il a ouvert un blog très intéressant dédié à sa bande dessinée, où il met en parallèle certaines de ses planches avec vidéos et photos d'époques correspondantes. C'est ce que je reproduis ci-dessous, histoire de vous en donner un bref aperçu. Les couleurs chaudes omniprésentes permettent de replonger agréablement dans les temps malheureusement révolus du Swinging London.

Syd Barrett, considéré par Bowie lui-même comme le maître de la pop britannique :


Bowie connaît enfin le succès quand "Space Oddity" est choisie comme bande sonore de l'événement historique des premiers pas de l'homme sur la lune sur la BBC :


"Zane! Zane! Zane! Ouvre le chien": des paroles surréalistes présentes à la fin de "All the Madmen" dont l'explication viendrait d'un drôle de rituel entre les deux frères Jones (David et Terry) :

All the madmen by David Bowie on Grooveshark

Commentaires

  1. Bon, c'est pas bien avec ce post de me remettre le nez dans une de mes plus constantes fixettes, : la Bowie-tite ! Mais j'avais entendu parler de l'existence récente de cette B.D, ainsi que de l'anecdote "Comme d'habitude" ...

    Par contre, cette histoire de rituel absurde entre David et son frère, vraiment zarbi !! Ça donne envie de réécouter "The Bewlay Brothers", tiens, entre autres.
    Pfff, c'est malin, tiens, me v'là en rechute !! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…