Accéder au contenu principal

Haddon Hall : Quand David inventa Bowie de Néjib

Petit détour par la bibliothèque aujourd'hui avec, pour la première fois, une bande dessinée. Une bande dessinée sur le rock, qui raconte de surcroît, une vraie histoire, ce n'est pas très courant. Cette histoire, c'est celle de David Bowie, avant qu'il ne devienne réellement célèbre, c'est-à-dire à l'époque charnière de la fin des années 60 et du début des années 70, au moment de l'enregistrement de "The Man Who Sold The World". Malgré ses nombreux défauts et le fait que la sublime chanson titre occulte un peu le reste, ce disque marque la naissance artistique du chanteur. Dès l'année suivante, il publiera son premier chef d'oeuvre, "Hunky Dory". La suite appartient à l'histoire du rock et tout le monde la connaît (ou devrait la connaître). Intéressant donc d'avoir voulu mettre en image cette période qui se cantonne ici à un lieu : Haddon Hall, vaste demeure victorienne de la banlieue de Londres que Bowie partage avec femme (et futur enfant, Duncan), frère schizophrène et amis musiciens (Marc Bolan, Mick Ronson, Tony Visconti, Syd Barrett, etc).
(Bowie devant Haddon Hall en 1970)
Si les inconditionnels n'apprendront sans doute pas grand chose, je ne savais pas, par exemple, que "Life On Mars" avait été écrite suite au refus de la maison de disques de choisir la traduction de Bowie pour la reprise anglaise du "Comme d'habitude" d'un des célèbres psychopathes de la variété française à double prénom. Cette chanson était donc sensée être sa manière à lui, de dire qu'il était capable de faire bien mieux que l'original. Ce qui n'est évidemment pas à démontrer... Quant à l'auteur, Néjib, c'est un néophyte. On ne connait rien de lui, à part bien sûr le fait d'être un fan de Bowie - ce qui, vous en conviendrez, est déjà un bon début. Il a ouvert un blog très intéressant dédié à sa bande dessinée, où il met en parallèle certaines de ses planches avec vidéos et photos d'époques correspondantes. C'est ce que je reproduis ci-dessous, histoire de vous en donner un bref aperçu. Les couleurs chaudes omniprésentes permettent de replonger agréablement dans les temps malheureusement révolus du Swinging London.

Syd Barrett, considéré par Bowie lui-même comme le maître de la pop britannique :


Bowie connaît enfin le succès quand "Space Oddity" est choisie comme bande sonore de l'événement historique des premiers pas de l'homme sur la lune sur la BBC :


"Zane! Zane! Zane! Ouvre le chien": des paroles surréalistes présentes à la fin de "All the Madmen" dont l'explication viendrait d'un drôle de rituel entre les deux frères Jones (David et Terry) :

All the madmen by David Bowie on Grooveshark

Commentaires

  1. Bon, c'est pas bien avec ce post de me remettre le nez dans une de mes plus constantes fixettes, : la Bowie-tite ! Mais j'avais entendu parler de l'existence récente de cette B.D, ainsi que de l'anecdote "Comme d'habitude" ...

    Par contre, cette histoire de rituel absurde entre David et son frère, vraiment zarbi !! Ça donne envie de réécouter "The Bewlay Brothers", tiens, entre autres.
    Pfff, c'est malin, tiens, me v'là en rechute !! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…