Accéder au contenu principal

Haddon Hall : Quand David inventa Bowie de Néjib

Petit détour par la bibliothèque aujourd'hui avec, pour la première fois, une bande dessinée. Une bande dessinée sur le rock, qui raconte de surcroît, une vraie histoire, ce n'est pas très courant. Cette histoire, c'est celle de David Bowie, avant qu'il ne devienne réellement célèbre, c'est-à-dire à l'époque charnière de la fin des années 60 et du début des années 70, au moment de l'enregistrement de "The Man Who Sold The World". Malgré ses nombreux défauts et le fait que la sublime chanson titre occulte un peu le reste, ce disque marque la naissance artistique du chanteur. Dès l'année suivante, il publiera son premier chef d'oeuvre, "Hunky Dory". La suite appartient à l'histoire du rock et tout le monde la connaît (ou devrait la connaître). Intéressant donc d'avoir voulu mettre en image cette période qui se cantonne ici à un lieu : Haddon Hall, vaste demeure victorienne de la banlieue de Londres que Bowie partage avec femme (et futur enfant, Duncan), frère schizophrène et amis musiciens (Marc Bolan, Mick Ronson, Tony Visconti, Syd Barrett, etc).
(Bowie devant Haddon Hall en 1970)
Si les inconditionnels n'apprendront sans doute pas grand chose, je ne savais pas, par exemple, que "Life On Mars" avait été écrite suite au refus de la maison de disques de choisir la traduction de Bowie pour la reprise anglaise du "Comme d'habitude" d'un des célèbres psychopathes de la variété française à double prénom. Cette chanson était donc sensée être sa manière à lui, de dire qu'il était capable de faire bien mieux que l'original. Ce qui n'est évidemment pas à démontrer... Quant à l'auteur, Néjib, c'est un néophyte. On ne connait rien de lui, à part bien sûr le fait d'être un fan de Bowie - ce qui, vous en conviendrez, est déjà un bon début. Il a ouvert un blog très intéressant dédié à sa bande dessinée, où il met en parallèle certaines de ses planches avec vidéos et photos d'époques correspondantes. C'est ce que je reproduis ci-dessous, histoire de vous en donner un bref aperçu. Les couleurs chaudes omniprésentes permettent de replonger agréablement dans les temps malheureusement révolus du Swinging London.

Syd Barrett, considéré par Bowie lui-même comme le maître de la pop britannique :


Bowie connaît enfin le succès quand "Space Oddity" est choisie comme bande sonore de l'événement historique des premiers pas de l'homme sur la lune sur la BBC :


"Zane! Zane! Zane! Ouvre le chien": des paroles surréalistes présentes à la fin de "All the Madmen" dont l'explication viendrait d'un drôle de rituel entre les deux frères Jones (David et Terry) :

All the madmen by David Bowie on Grooveshark

Commentaires

  1. Bon, c'est pas bien avec ce post de me remettre le nez dans une de mes plus constantes fixettes, : la Bowie-tite ! Mais j'avais entendu parler de l'existence récente de cette B.D, ainsi que de l'anecdote "Comme d'habitude" ...

    Par contre, cette histoire de rituel absurde entre David et son frère, vraiment zarbi !! Ça donne envie de réécouter "The Bewlay Brothers", tiens, entre autres.
    Pfff, c'est malin, tiens, me v'là en rechute !! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…