Accéder au contenu principal

Temples - Sun Structures

La programmation des festivals est parfois l'occasion de réévaluer certaines sorties musicales de l'année. Surtout lorsqu'il s'agit de festivals auxquels on a l'habitude d'assister. Parce que l'affiche y est toujours irréprochable. Parce que l'ambiance et le lieu sont agréables. La Route du Rock fait évidemment partie de cette catégorie. Cette année, le festival a eu la bonne idée d'annoncer la programmation au compte-goutte, avec un nom chaque matin, histoire de ménager le suspense comme dans une bonne série. Chaque jour, j'attends donc avec impatience l'annonce et je me réécoute ensuite la musique de l'intéressé. La Route du Rock dicte ainsi la bande son de mes journées depuis quelques semaines. Parmi les groupes de cette nouvelle édition figure le jeune groupe anglais de Temples. Au moment de la sortie de leur premier album, j'avais rapidement jugé leur pop psychédélique comme gentiment inoffensive, surfant sur le revival actuel. Les gaillards sont d'ailleurs attifés comme au temps du Swinging London. 
En me repenchant aujourd'hui sur leur cas, j'avoue les avoir négligemment mésestimé. Leur musique si elle est sans doute trop fortement référencée n'en demeure pas moins brillante, privilégiant plus que d'autres la qualité mélodique. Comme quoi les Beatles continue de faire des petits, malgré les années et l'arrivée de nouvelles générations. Parce que cette pop-là est éternelle...

Clip de "Mesmerise" :

Clip de "Keep In The Dark" :

Clip de "Colours To Life" :

Commentaires

  1. Je vais résister au plaisir sadique du "je te l'avais dit" ;) Ceci dit, j'ai eu le même avis que toi, dubitatif au 1er abord, puis conquis par les mélodies. En y allant un peu moins fort sur la production de temps en temps, ils auraient pu gagner encore plus en impact.
    Excellent disque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avoue, tu avais raison. C'est peut-être leurs dégaines aussi qui m'avaient rebuté ;-)

      Supprimer
    2. Et puis tout va tellement vite en musique qu'on reste parfois à tort sur des 1ères écoutes mitigées. Si Shelter Song ne m'avait pas interpellé plus que ça, j'aurais rangé l'album dans la catégorie des disques sympas mais sans plus, sans l'avoir vraiment écouté. Alors que quand on prend le temps, il dévoile tout son charme.

      Supprimer
  2. Yep c'est un sacré album bien foutu qui n'a pas peur de ses origines biens racées.
    Ils font un peu le tour de tous les festivals européens à ce que je vois ! Mais je ne sais pas ce que ça donne en plein air, devant 50 000 personnes. J'aurais tendance à penser que c'est préférable dans une petite salle de 500 personnes. Surtout qu'en festoch ils te foutent le concert à 16h30 un dimanche aprem' car "gentil" ( ce qui est d'ailleurs plutôt le cas ). Enfin tu nous diras tout ça !
    En tous cas pour ce qui est du revival, ça ne peut que me plaire d'autant que hausse aussi le niveau et la créativité du genre.

    RépondreSupprimer
  3. Si tu aimes le disque, je te recommande de prendre tes billets pour Saint Malo - je les ai vu à Bruxelles la semaine dernière, c'était parfait et l'écoute de l'album me paraît maintenant bien fade comparé au live... Sinon tu n'as pas jeté une oreille sur les nouveaux albums de Real Estate et de Mac Demarco ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant, j'ai déjà pris ma place pour 15 août à la Route du Rock avec Portishead, Slowdive, Anna Calvi et Liars. Pour les autres jours, pour l'instant, j'attends de voir le reste de la programmation, même si je risque de m'en tenir là. Sinon, oui, j'ai écouté les derniers Real Estate et Mac Demarco et ils m'ont tous les deux ennuyés.

      Supprimer
    2. Je suis aussi passé très vite à autre chose après une première écoute mais j'y suis ensuite revenu, surtout la face B de Real Estate. Sinon pour ne pas t'ennuyer tu peux écouter Cheveu !

      Supprimer
    3. Oui, effectivement Cheveu, c'est pas mal. La chanson "Polonia" est excellente, un peu déçu par le reste, mais il faudra sûrement que je réécoute.

      Supprimer
  4. Je trouve ça bien à l'écoute mais, c'est quand même trop influencé. Tu peux être fan d'un type de musique, mais tu peux aussi avoir un personnalité. Je pense qu'ils sont capables de mieux! http://touteouie.wordpress.com/2014/02/17/temples-sun-structures-review/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…