15 novembre 2015

Top albums 1976

Ne pas se voiler la face : 1976 est une petite année musicale ou plutôt j'ai eu bien du mal à y sortir 10 albums qui me plaisent vraiment. On est en pleine période rock progressif et de démonstrations techniques (beurk!). Le glam est mort, le punk pas encore là. Même la pop se veut démonstrative. Bref, ce n'est pas la joie. La fin de quelque chose, le début d'une nouvelle ère. La carrière de Bowie reprend de l'altitude avec le court mais fondamental "Station to Station". Les Modern Lovers sortent enfin leur premier disque, magnifique pont entre le Velvet et les Ramones. Les Ramones justement qui débarquent de nulle part avec un bubble punk qui n'appartiendra qu'à eux. Même chose pour les Blondie de la maligne Deborah Harry. Leur rock mélange déjà allègrement la future new-wave avec la pop et le punk. Gainsbourg revient avec un nouvel album concept presque aussi fort que "Melody Nelson". Le krautrock est déjà en perte de vitesse. Ses plus éminents membres continuent pourtant à produire des disques de qualité comme celui de La Düsseldorf. 10cc est le groupe qui incarne peut-être le mieux l'époque, des Beatles qui auraient beaucoup écouté "The Dark Side Of The Moon". Les Flaming Groovies plaisent, quant à eux, aux nostalgiques avec leur rock efficace qui mêle brillamment le rock sixties avec déjà quelques connotations punk. En 1976, Lou Reed publie encore des disques qui comptent, "Coney Island Baby" est peut-être le dernier. Et puis, il y a Abba, plus grosse usine à tubes pour danser de l'histoire. 

10- Abba - Arrival
J'en vois déjà dire : dis donc, il a raclé les fonds de tiroir, il a même mis les affreux suédois d'Abba dans son top. Oui, mais passé le facile mépris pour cette musique pour tout venant, le groupe reste une incroyable machine à tubes ultra mélodiques, talent pas à la portée de tous. Surtout que "Arrival" est peut-être leur plus belle réussite. Qui n'a jamais chanté "Dancing Queen" me jette la première pierre.

9- 10cc - How Dare You ?
Ceux-là sont plus atypiques, n'ayant pas vraiment traversé les générations. Il faut dire que leur pop extravagante, un genre de Queen tendance rock progressif est très connoté années soixante-dix. Pourtant, il suffit d'écouter leur inusable "I'm not in love" ou ce "How dare You?" pour se rendre compte que leur musique tient encore bien la route. Il faut une sacré culture musicale pour produire une pop aussi azimutée.

8- Flaming Groovies - Shake Some Action
Après plusieurs années d'existence, les Flaming Groovies font enfin parler d'eux en Europe, juste au moment où l'un de leurs leaders claque la porte. ça tombe bien car ils prennent un virage plus dur, annonciateur du punk ou perdurant seulement la power-pop introduit par leurs compatriotes de Big Star.


7- La Dusseldorf  - La Dusseldorf
Le rock allemand était alors à la pointe de l'avant garde, n'en déplaise aux germanophobes envers et contre tout. Le meilleur de l'expérimentation est déjà passé en 1976, La Dusseldorf est bâti sur les cendres de Neu! et d'un ancien Kraftwerk. Il en résulte un des disques de krautrock les plus accessibles et les plus étonnants aussi. Eno et Bowie piocheront là-dedans une partie de leur fameuse recette berlinoise. Bowie dira même à leur sujet qu'ils sont la bande son des années 80. Avec 4 ans d'avance...

6- Lou Reed - Coney Island Baby
D'après une récente biographie, Lou Reed était un "monstre", un être invivable. Peut-être, mais dans les années 70 tout du moins, il faisait encore d'excellents disques, comme ce "Coney Island Baby" moins noir que "Berlin", moins glam que "Transformer", moins bruitiste que l'inaudible "Metal Machine Music". Reed revenait à ses premières amours, proches de "Loaded" le dernier Velvet.

5- Blondie - Blondie
Ce premier album de Blondie a fait l'effet d'une revigorante vague de fraîcheur, en amenant un peu de fun, une touche sexy (ahh... Deborah Harry) et des tubes punk-pop très efficaces. Ce disque sans titre est celui que je préfère. Il ne contient pas de tubes interplanétaires mais il n'y a pour ainsi pas une seule fausse note.


4- Serge Gainsbourg - L'homme à la tête de chou
Nouvel album concept de Gainsbourg et nouvelle réussite. L'histoire de cette Marylou est somme toute assez proche de celle "Melody Nelson" mais le disque gagne en variété ce qu'il perd en homogénéité. Comme pour Lou Reed, je décroche après ce disque. Le Gainsbourg artiste ambitieux cédera la place au Gainsbourg opportuniste et provocateur.


3- David Bowie - Station To Station 
Bowie commence sa nouvelle mutation avec ce disque court. D'aucuns disent même que "Station to Station" est un de ces meilleurs, son plus humble, tout en gardant une grande exigence dans le fond et la forme. Eno n'est pas encore aux manettes, prouvant si besoin était que le Thin White Duke n'a besoin de personne pour sortir des albums importants.


2- Ramones - Ramones
L'une des plus grandes énigmes du rock : comment une telle bande de branleurs bas du front ont-ils fait pour apparaître sur les tee-shirts de millions d'ados à travers le monde ? Comment leur punk-pop basique est-il devenu une référence en la matière? Comment ont-il réussi à devenir des cafards dans un dessin animé ? Toutes les réponses sont dans ce premier essai (la suite n'est qu'une longue redite). On a rarement fait du rock de manière aussi instinctive.

1- The Modern Lovers - The Modern Lovers
En 1976, quand paraît le premier disque de ses Modern Lovers, Jonathan Richman est déjà passé à autre chose. Beaucoup moins de Velvet dans la suite de sa discographie, juste de simples folk songs modestes et attachantes. Il a fallu 4 ans avant que ne sortent sur une galette les titres de ce "The Modern Lovers", chaînon manquant arrivant trop tard entre le Velvet justement et le punk naissant. Disque simple en apparence, mais dont le détachement et la nonchalance feront recette. Si l'on devait nommer le disque rock le plus cool de l'histoire, il serait en bonne position.

10 commentaires:

  1. Bonjour,

    En ce week-end tragique, difficile de penser en toute innocence à la musique. Mais content de voir le premier album de Blondie, disque plein d'énergie bigarrée que j'écoute depuis tout jeune, dans ce top.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, effectivement, difficile de penser à autre chose. Disons que mon post était prêt à être publié. J'ai hésité à faire un truc sur ce qui s'était passé et puis, au lieu de dire des conneries - on dit souvent des conneries, à chaud - j'ai préféré continuer, comme si de rien n'était. En plus, ces barbares ne semblent pas aimer le rock, donc...

      Supprimer
    2. En tout cas, je ne vous faisais absolument aucun reproche, Vincent. Et merci pour votre blog, dont j'apprécie beaucoup la lecture;

      Jean-Baptiste

      Supprimer
  2. ben moi mon top 1976, ça serait :

    Stevie Wonder - Songs In The Key Of Life
    Rainbow - Rising
    Thin Lizzy - Jailbreak
    Jean Michel Jarre - Oxygene
    Aerosmith - Rocks
    Serge Gainsbourg - L'homme à tête de chou
    Jeff Beck - Wired
    AC/DC - Dirty Deeds Done Dirt Cheap
    Bernard Lavilliers - Les barbares
    Led Zeppelin - The Song Remains the Same

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, pas trop mon truc, la plupart de ces disques. Pas une année pour moi, ça se confirme.

      Supprimer
  3. Eh finalement ton top n'est pas avare en grands disques !
    J'hésiterais entre le Stevie Wonder et le Bowie pour la 1ère place, dur dur....

    Sinon il y a Lines des Walker Brothers, I Want You de Marvin Gaye, Desire de Bob Dylan. Et Samouraï de notre Christophe national, très grand disque.
    En prog-rock, un disque qui a bien vieilli (et c'est rara), Moonmadness de Camel.
    Futuristic Dragon de T Rex aussi, pour les inconditionnels de Bolan comme moi.
    En disco : Love In C Minor, Cerrone. Bidon de Souchon aussi.... Et sûrement plein d'autres que j'ai oubliés.

    Finalement une belle année je trouve !
    Merci pour la piqure de rappel sur 10cc & La Düsseldorf, ça fait des années qu'il faut que j'écoute ces disques et je n'ai toujours pas pris le temps...
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si tu cites beaucoup de disques, franchement, dans la liste, je confirme qu'il n'y a rien qui me correspond vraiment. Et je ne suis pas sûr que ça soit mieux en 1975...

      Supprimer
    2. Je me doutais vu les disques cités ;)
      En 75 y'a Big Star, Bowie, Christophe (en live), Eno, Hazlewood, Elton John, Walker Brothers, Kraftwerk, Neu!, John Cale, The Band & Bob Dylan, Bob Dylan tout seul, T-Rex...

      Mais je suis un peu comme toi je manque de disques clés dans cette période du milieu des années 70, par rapport aux années 60 et après 77, sans doute un grand nombre de pépites que je ne connais pas...

      Supprimer
  4. Un autre top de 1976, au final proche du tien :
    1 RAMONES : RAMONES
    2 THE MODERN LOVERS : THE MODERN LOVERS
    3 BLONDIE : BLONDIE
    4 EDDIE & THE HOT RODS : TEENAGE DEPRESSION
    5 STEVIE WONDER : SONGS IN THE KEY OF LIFE
    6 LEE "SCRATCH" PERRY : SUPER APE
    7 DAVID BOWIE : STATION TO STATION
    8 DONNA SUMMER : A LOVE TRILOGY + FOUR SEASONS OF LOVE
    9 THE FLAMIN GROOVIES : SHAKE SOME ACTION
    10 LOU REED : CONEY ISLAND BABY
    11 PETER TOSH : LEGALIZE IT
    12 THE RESIDENTS : THE THIRD REICH'N'ROLL
    13 FELA KUTI & AFRICA 70 : KALAKUTA SHOW
    14 MAX ROMEO : WAR INA BABYLON
    15 TOOTS & THE MAYTALS : REGGAE GOT SOUL
    16 CHRIS SPEDDING : CHRIS SPEDDING
    17 THE MIGHTY DIAMONDS : RIGHT TIME
    18 BOHANNON : DANCE YOUR ASS OFF
    19 DILLINGER : CB 200
    20 BUNNY WAILER : BLACKHEART MAN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connais pas tout. Pas mal de reggae. Pas trop ma came.

      Supprimer