Accéder au contenu principal

To laugh and cry and cry

2016, année de la... ? Oui, la rime était facile et c'est ce qu'on se disait sans trop le vouloir en début d'année. Mais une année qui aura commencé par la mort de Bowie et terminé par celle de Cohen entrecoupé par quelques autres nouvelles réjouissantes, comme celle récente de l'élection de Trump à la présidence des Etats-Unis, comment la qualifier ? Au passage, pour tous ceux qui nous disent maintenant, pour Trump, attendez de voir ce qu'il va faire avant de critiquer. Bordel, les gars, le type a été élu, en balançant des phrases honteuses de racisme et de sexisme et que sais-je encore, et vous voulez qu'on remette les compteurs à zéro, comme si rien ne s'était passé et que tout ça, c'était juste du spectacle, du show pour gagner, que les programmes ne sont pas faits pour être respectés ? Et Sarkozy, c'est l'abbé Pierre sans doute ? Je dois être naïf et utopiste et pas suffisamment cynique alors. Sur France Inter, Françoise Hardy était invitée le lendemain de la mort de Cohen. Elle avouait ne pas aimer le chanteur, jugeant sa musique pas assez mélodique. Là aussi, désolé Françoise, je t'aime bien - enfin surtout ce que tu as fait dans les années 60/70 - mais comment peut-on ne pas aimer Cohen ? Au moment du prix Nobel de littérature remporté par Dylan, je me suis tout de suite dit pourquoi pas Cohen justement ? Ce type mérite d'entrer au panthéon des poètes du 20ème siècle. Ses quatre premiers albums au moins sont magnifiques. "Suzanne" est une des plus belles chansons de l'histoire. Un panthéon à elle seule. Et il y en a plein d'autres : "So Long Marianne", "Chelsea Hotel #2", "Famous Blue Raincoat", "The Partisan", "Hallelujah", ... Cohen était unique. Pas besoin de mélodie, sa voix seule suffit à nous transpercer d'émotion. C'est pour ça que ses premiers disques sont les plus beaux, avec des arrangements réduits au minimum. Comme Bowie, il avait sorti un ultime album en forme de bel épilogue, concluant par un de ses meilleurs depuis des années. Il y a quelques mois, la Marianne dont il est question dans "So Long Marianne" est décédée. Le gentleman Cohen s'était alors fendu d'une bouleversante lettre post-mortem et prémonitrice, concluant par "Sache que je suis si proche derrière toi que si tu tends la main, je crois que tu peux toucher la mienne." A nous de te dire, de manière plus basique et évidente, "so long, Leonard, it's time that we began to laugh and cry and cry..." Tu nous excuses mais on n'a pas vraiment envie de rire aujourd'hui. Demain, peut-être ?

Commentaires

  1. Tu as eu les mots justes, merci à toi. Année compliquée, amère, quand on est perdu dans ses émotions avec l'envie de chialer à en crever.
    Je vais même pas causer de Trump qui est un sac à merde de première, alors non pas de Wait & see pour moi.
    Restons dans la musique et la poésie de Cohen encore quelques temps, pour garder la Beauté près de soi, on en a encore tant besoin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avoue que la parenthèse Trump n'était pas nécessaire. Réécoutons plutôt le grand Leonard, même si on sait qu'on le réécoutera de toute façon.

      Supprimer
  2. C'est un bel hommage. J'adore la chanson titre du dernier album, elle m'obsède tant que j'ai encore du mal à passer a la suite de l'album

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le dernier album, sans doute son meilleur depuis "I'm your man".

      Supprimer
  3. Tres bien dit, Vincent, merci pour tes mots. Justement: comment peut-on ne pas aimer Cohen? Je l'ecoute depuis bientot 50 ans et il me semble bien que sa voix, ses paroles deviennent plus profond le plus qu'on les ecoute.

    Je me demande bien ce que le grand Marcel Kanche aura a dire au aujet du grand Leonard Cohen?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je ne connais personne qui n'aime pas Cohen. "Suzanne" et ses milliers de reprises est une chanson qui fait une quasi unanimité.

      Supprimer
  4. le cerveau de Hardy est en décrépitude totale.. ça gâche même la moindre écoute de tt ce qu'elle a pu faire.
    Pour le reste..on est tous d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'entendre Françoise Hardy devient douloureux... Bien dommage. Pour le reste, je devine que ceux qui viennent ici sont d'accord. Le problème, c'est qu'on semble de moins en moins nombreux à partager ces idées-là.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…