Accéder au contenu principal

To laugh and cry and cry

2016, année de la... ? Oui, la rime était facile et c'est ce qu'on se disait sans trop le vouloir en début d'année. Mais une année qui aura commencé par la mort de Bowie et terminé par celle de Cohen entrecoupé par quelques autres nouvelles réjouissantes, comme celle récente de l'élection de Trump à la présidence des Etats-Unis, comment la qualifier ? Au passage, pour tous ceux qui nous disent maintenant, pour Trump, attendez de voir ce qu'il va faire avant de critiquer. Bordel, les gars, le type a été élu, en balançant des phrases honteuses de racisme et de sexisme et que sais-je encore, et vous voulez qu'on remette les compteurs à zéro, comme si rien ne s'était passé et que tout ça, c'était juste du spectacle, du show pour gagner, que les programmes ne sont pas faits pour être respectés ? Et Sarkozy, c'est l'abbé Pierre sans doute ? Je dois être naïf et utopiste et pas suffisamment cynique alors. Sur France Inter, Françoise Hardy était invitée le lendemain de la mort de Cohen. Elle avouait ne pas aimer le chanteur, jugeant sa musique pas assez mélodique. Là aussi, désolé Françoise, je t'aime bien - enfin surtout ce que tu as fait dans les années 60/70 - mais comment peut-on ne pas aimer Cohen ? Au moment du prix Nobel de littérature remporté par Dylan, je me suis tout de suite dit pourquoi pas Cohen justement ? Ce type mérite d'entrer au panthéon des poètes du 20ème siècle. Ses quatre premiers albums au moins sont magnifiques. "Suzanne" est une des plus belles chansons de l'histoire. Un panthéon à elle seule. Et il y en a plein d'autres : "So Long Marianne", "Chelsea Hotel #2", "Famous Blue Raincoat", "The Partisan", "Hallelujah", ... Cohen était unique. Pas besoin de mélodie, sa voix seule suffit à nous transpercer d'émotion. C'est pour ça que ses premiers disques sont les plus beaux, avec des arrangements réduits au minimum. Comme Bowie, il avait sorti un ultime album en forme de bel épilogue, concluant par un de ses meilleurs depuis des années. Il y a quelques mois, la Marianne dont il est question dans "So Long Marianne" est décédée. Le gentleman Cohen s'était alors fendu d'une bouleversante lettre post-mortem et prémonitrice, concluant par "Sache que je suis si proche derrière toi que si tu tends la main, je crois que tu peux toucher la mienne." A nous de te dire, de manière plus basique et évidente, "so long, Leonard, it's time that we began to laugh and cry and cry..." Tu nous excuses mais on n'a pas vraiment envie de rire aujourd'hui. Demain, peut-être ?

Commentaires

  1. Tu as eu les mots justes, merci à toi. Année compliquée, amère, quand on est perdu dans ses émotions avec l'envie de chialer à en crever.
    Je vais même pas causer de Trump qui est un sac à merde de première, alors non pas de Wait & see pour moi.
    Restons dans la musique et la poésie de Cohen encore quelques temps, pour garder la Beauté près de soi, on en a encore tant besoin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avoue que la parenthèse Trump n'était pas nécessaire. Réécoutons plutôt le grand Leonard, même si on sait qu'on le réécoutera de toute façon.

      Supprimer
  2. C'est un bel hommage. J'adore la chanson titre du dernier album, elle m'obsède tant que j'ai encore du mal à passer a la suite de l'album

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le dernier album, sans doute son meilleur depuis "I'm your man".

      Supprimer
  3. Tres bien dit, Vincent, merci pour tes mots. Justement: comment peut-on ne pas aimer Cohen? Je l'ecoute depuis bientot 50 ans et il me semble bien que sa voix, ses paroles deviennent plus profond le plus qu'on les ecoute.

    Je me demande bien ce que le grand Marcel Kanche aura a dire au aujet du grand Leonard Cohen?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je ne connais personne qui n'aime pas Cohen. "Suzanne" et ses milliers de reprises est une chanson qui fait une quasi unanimité.

      Supprimer
  4. le cerveau de Hardy est en décrépitude totale.. ça gâche même la moindre écoute de tt ce qu'elle a pu faire.
    Pour le reste..on est tous d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'entendre Françoise Hardy devient douloureux... Bien dommage. Pour le reste, je devine que ceux qui viennent ici sont d'accord. Le problème, c'est qu'on semble de moins en moins nombreux à partager ces idées-là.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…