Accéder au contenu principal

The Monochrome Set (+ Jaromil Sabor) - Paris, Supersonic, le 25 février 2018

Avec maman, on entame, à peine rentrés de vacances, une semaine de concerts (= semaine sans enfants). Celle-ci commence dès le dimanche avec la venue à Paris des anciens de The Monochrome Set dont je viens au passage de parler du dernier disque sorti vendredi dernier. C'est la première fois que nous avions l'occasion de voir sur scène ce groupe mythique de la pop indépendante britannique des années 80. C'est la première fois aussi que nous assistions à un concert dans la salle du Supersonic, pourtant proche de chez nous. Elle a l'avantage d'être petite, provoquant une relation privilégiée et intime avec les artistes. Elle a aussi le désavantage d'être un peu mal fichue avec la présence d'un gros poteau en plein milieu du public, bouchant la vue de la scène. La première partie est assurée par les français de Jaromil Sabor. On arrive avec un peu de retard, au moment de leur reprise de "Sink to the bottom" des oubliés Fountains of Wayne. Ça commence donc bien, parce qu'en plus c'est joué impeccablement, dans l'esprit de l'original. La suite tient aussi la route même si les titres sont des compositions personnelles. Bref, voilà une formation méritante, proposant une indie pop très référencée mais plutôt efficace. Première partie idéale donc.

Arrivent donc les "vieux" de The Monochrome Set avec leur quarante ans de carrière (ils ont commencé en 1978!). La musique est assez différente de celle qu'ils ont l'habitude de jouer sur disque : elle gagne en puissance ce qu'elle perd en subtilité, ce qui arrive souvent en live. Le clavier est aussi nettement plus présent que la guitare. Il faut dire que leur claviériste semble avoir une sacrée personnalité, avec ses longs cheveux, sa longue barbe, sa robe de fillette et ses collants, dignes d'un déguisement du carnaval de Dunkerque. On pense alors plus aux Doors qu'aux Smiths, voire parfois au synthé façon fête foraine d'un Charlie Oleg. Le groupe joue des morceaux de toutes les époques avec bien sûr une préférence pour les dernières. Il n'oublie pas non plus nos préférés : les magnifiques "Eine Symphonie Des Grauens" et "The Jet Set Junta". Le rappel n'en est pas vraiment un, puisque les musiciens restent sur scène. Le Supersonic ne se prête pas vraiment à retourner "backstage", puisque les loges se trouvent plutôt "frontstage", il faut "traverser" le public. Tant pis, Bid, le chanteur indique qu'ils attendront un peu le moment où d'habitude, "they have a fag and take a piss". Bref, le concert de The Monochrome Set constitue une belle entrée en matière d'une semaine qui s'annonce riche en prestations live en tous genres.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Compil 2018

Vous l'attendiez tous - hein, dites, hein ? - voici mon bilan musical de l'année 2018 qui commence aujourd'hui avec la compilation. Comme une vraie compilation, elle tient sur un CD de 78 minutes et comprend 19 morceaux. Mes enfants ne s'en lassent pas et me la réclament régulièrement. Le morceau préféré de mon fils, c'est Ty Segall, celui de ma fille, Barbara Carlotti. Je vous laisse découvrir le tracklisting : Et pour l'écoute c'est par ici :

The Walkmen - In The New Year (2008)

A chaque fois, je me demande quelle chanson conviendrait le mieux pour débuter l'année. Chaque année, c'est pourtant la même qui revient comme une évidence. Parce qu'elle a tout : l'efficacité, l'immédiateté et le thème adéquat (et accessoirement un très joli clip). "It's gonna be a good year", voilà ce qu'on souhaite tous. "I'm just like you. I never hear the bad news.", voilà ce qu'on essaie tous, ne garder que le meilleur. The Walkmen fait partie de ces éternels groupes de seconde zone, parce qu'ils n'ont pas eu le bon timing, le renouveau rock initié par les Strokes, les White Stripes ou Interpol était déjà en perte de vitesse au moment où les "marcheurs" ont débarqué vers 2004 avec leur "tube" "The Rat". Même lorsque leur musique est utilisée comme bande son d'une série à succès ("Heaven" pour le dernier épisode de "How I Met Your Mother"), The Walkmen reste cett…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …