Accéder au contenu principal

Barbara Carlotti - Magnétique

Décidément, la pop française se porte à merveille. Et je ne suis pas le seul à le dire puisque le magazine Magic qui vient de renaître (pour combien de temps ?) une nouvelle fois de ses cendres propose dans son dernier numéro 40 nouveaux noms qui "libèrent" la pop hexagonale. Et dans ses nouveaux noms, il n'y a bien sûr pas Barbara Carlotti dont "Magnétique" est le cinquième album. Il lui aura fallu six ans avant de donner une suite à son excellent "L'amour, l'argent, le vent". Six ans pendant lesquelles on l'a notamment entendu animer une émission radio sur France Inter où la chanteuse venait nous parler de sa musique préférée à travers des thèmes choisis. Telle une grande sœur à la discothèque parfaite, on avait plaisir à l'écouter. Parce que sa culture musicale faisait de manière intelligente le lien entre musique indépendante et grand-public. Elle s'est lancée ensuite dans des "laboratoires oniriques", axant ses recherches artistiques sur les rêves, domaine qui semble la passionner plus que tout autre. "Magnétique" est la suite logique. Un album entier consacré au sujet. Un album dense, dont on sait dès la première écoute qu'il nous suivra un moment.
Parce que comme les rêves, il est insaisissable, avec sa dose habituelle de fantaisie, ses mélodies qui font immédiatement mouche ("Voir les étoiles tomber", "Paradise Beach"), notamment sur l'excellent duo avec Bertrand Burgalat ("Tout ce que tu touches"), qui sonne comme un retour aux sources, car c'est ce dernier qui avait lancé la carrière de la chanteuse en 2002. On pense au dernier disque de Florent Marchet, "Bambi Galaxy", autre fabuleux concept-album pop pour lequel un soin particulier était apporté au son. Si ça continue comme ça, je vais finir par n'écouter que de la musique en français.

Commentaires

  1. Cher papa de la musique,
    C'est marrant que tu écrives cela. Moi aussi je me dis de plus en plus souvent que la musique hexagonale devrait suffire à mon bonheur.
    Je te remercie d'alimenter ce blog avec autant de ténacité.
    C'est toujours me référence n°1.
    Alain M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alain de ta fidélité. Ténacité, oui, sans doute, un peu parfois. Même si je préfère parler de passion ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Compil 2018

Vous l'attendiez tous - hein, dites, hein ? - voici mon bilan musical de l'année 2018 qui commence aujourd'hui avec la compilation. Comme une vraie compilation, elle tient sur un CD de 78 minutes et comprend 19 morceaux. Mes enfants ne s'en lassent pas et me la réclament régulièrement. Le morceau préféré de mon fils, c'est Ty Segall, celui de ma fille, Barbara Carlotti. Je vous laisse découvrir le tracklisting : Et pour l'écoute c'est par ici :

The Walkmen - In The New Year (2008)

A chaque fois, je me demande quelle chanson conviendrait le mieux pour débuter l'année. Chaque année, c'est pourtant la même qui revient comme une évidence. Parce qu'elle a tout : l'efficacité, l'immédiateté et le thème adéquat (et accessoirement un très joli clip). "It's gonna be a good year", voilà ce qu'on souhaite tous. "I'm just like you. I never hear the bad news.", voilà ce qu'on essaie tous, ne garder que le meilleur. The Walkmen fait partie de ces éternels groupes de seconde zone, parce qu'ils n'ont pas eu le bon timing, le renouveau rock initié par les Strokes, les White Stripes ou Interpol était déjà en perte de vitesse au moment où les "marcheurs" ont débarqué vers 2004 avec leur "tube" "The Rat". Même lorsque leur musique est utilisée comme bande son d'une série à succès ("Heaven" pour le dernier épisode de "How I Met Your Mother"), The Walkmen reste cett…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …