Accéder au contenu principal

Josh T. Pearson - The Straight Hits !

Voici un gaillard qui est assez avare d’apparitions. Il aura fallu attendre dix ans entre le premier et seul disque de son groupe Lift to Experience et son premier effort solo. Sept ans sépare à nouveau ce « The Straight Hits ! » du précédent. « The Texas Jerusalem Crossroads » qui a récemment été réédité et remastérisé est en train d’acquérir un mini statut de disque culte. « Last of the Country Gentlemen » a ensuite démontré que le bonhomme était aussi capable de débrancher l’électricité sans que ses chansons perdent de leur force émotionnelle. Ce nouvel album vient une fois de plus brouiller les pistes, car c’est la première fois qu’un album de Josh T. Pearson sonne un tant soit peu « fun ». Le chanteur fait le crooner de supermarché, crie, miaule, s’amuse. Les fans de la première heure, plus adeptes de musique dite sérieuse, pourront le déplorer. Des titres comme « Loved Straight to Hell » devrait pourtant leur faire passer des frissons dans le dos. Et que dire du sublime « You Set Me Straight », impressionnant étalage de la palette du monsieur, qui s’envole très haut ? Je trouve qu’au contraire le chanteur y gagne en profondeur et en intérêt. Preuve que Pearson est joueur : il s’est fixé quelques contraintes pour ce nouveau disque, notamment que chaque titre de chansons contienne le mot « straight ». 
Pearson est-il revenu dans le « straight » chemin ? Personnellement, il s’est rasé sa longue barbe et semble aller mieux. Musicalement, on est encore loin de l’autoroute. Son style n’a jamais été aussi personnel. Qui pour proposer une musique mélangeant aussi intelligemment un siècle de musique américaine : du gospel, du blues, de la country, du Jeff Buckley, des murs de guitare, de la folk ultra délicate ? Pearson est un génie. Il fait peu de disques mais à chaque fois, il vise juste. « The Straight Hits ! » est une fois de plus un disque qui nous suivra un bon bout de chemin. Les morceaux ne sont pas des hits, car les hits correspondent aux modes. La musique de Pearson est indémodable. Chapeau, l'art-hits!


Commentaires

  1. L'album de Lift To Experience était déjà culte... à sa sortie (dixit un fan de la 1re heure, très -voire trop- sérieux) ;-) et l'album solo de Josh, un chef d'œuvre absolu ! J'attendais donc ce nouveau disque avec impatience et une certaine appréhension (sachant que je serais probablement déçu...) C'est peu dire que je déplore le côté "fun" (sic) de cet album ! Heureusement, il y a les deux morceaux (que tu signales à juste titre, Vincent) pour me ravir : l'incandescent "Love Straight To Hell" et le magnifique "A Love Song (You Set Me Straight)".

    J-P.

    RépondreSupprimer
  2. C'est pour moi son meilleur. Peut-être mon disque préféré de 2018 pour l'instant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…