Accéder au contenu principal

Dead Can Dance - The Carnival Is Over (1992)

Outside
The storm clouds gathering,
Moved silently along the dusty boulevard.

Le carnaval est fini pour Stéphane. Il lui faudra attendre l'année prochaine. Il rentre maintenant avec ses potes pour ses études à Lille. Ils sont tous montés dans le TGV Dunkerque-Paris. Pas la peine d'acheter de billets, le trajet jusqu'à la capitale du Nord est assez rapide et ne dure qu'une trentaine de minutes. Comme ils ont encore leur clet'che et pas de places attitrées, ils passent difficilement inaperçus. Un contrôleur SNCF traverse le wagon : "Carton rouge, monsieur l'arbitre, j'ai même pas de billets..." lui tance un Stéphane entre deux eaux. L'agent, beau joueur, ne l'avertit même pas, ce n'est pas encore le moment.

Where flowers turning crane their fragile necks
So they can in turn
Reach up and kiss the sky.

Stéphane doit bientôt se marier. Le carnaval de cette année ressemblait pour lui à une sorte d'enterrement de vie de garçon. Ses amis l'ont bien compris et se mettent à chanter : "Stéphane, tu nous délaisses, ça fait longtemps qu'on les a pas vus..." Ni une, ni deux, Stéphane ne se fait pas prier. Il s'exécute et commence à  tout enlever, se retrouvant entièrement nu alors que le train vient juste de partir. Son corps porte encore les stigmates qu'on imagine laissés par le chahut du rigodon final. 

They are driven by a strange desire
Unseen by the human eye
Someone is calling.
I remember when you held my hand
In the park we would play when the circus came to town.
Look! Over here.

La troupe entourant Stéphane, un peu incrédule quand même malgré la quantité d'alcool ingurgitée, se met à rire nerveusement. Les gens amusés aussi, sourient. Certains voyageurs sautent à ce moment-là sur leur téléphone portable pour prévenir leurs proches de ce qu'ils sont en train de vivre. Cela a beau être carnaval, ce n'est pas tous les jours que quelqu'un se fout à poil dans le Dunkerque-Paris.

Outside
The circus gathering
Moved silently along the rainswept boulevard.
The procession moved on the shouting is over

Stéphane, les yeux hagards et regardant dans le vide déambule telle une poupée de chiffon dans le wagon. Déséquilibré par le balancement du train, il finit par tomber allongé sur une grand-mère. Le contrôleur, qui a entendu de loin le raffut, refait son apparition. Sa première réaction est aussi de sourire devant le cocasse de la situation. Mais rapidement, il appelle des collègues au prochain arrêt, celui où Stéphane et les autres carnavaleux doivent descendre : Lille.

The fabulous freaks are leaving town.
They are driven by a strange desire
Unseen by the human eye.
Someone is calling.

Pendant que Stéphane est forcé de se rhabiller manu militari, le train rentre déjà en gare de Lille-Europe. Des policiers sont déjà là sur le quai à l'attendre. Stéphane est seul désormais. Sa soirée se terminera au poste, comme beaucoup d'autres, en cellule de dégrisement. Le carnaval est fini...

The carnival is over.
We sat and watched
As the moon rose again
For the very first time.

PS : Pour les afficionados du couple mystique et mythique formé par Lisa Gerrard et Brendan Perry, Dead Can Dance est de retour en 2012 avec un nouvel album et une tournée mondiale. L'info est officielle car provenant de la plume même des principaux intéressés. C'est indiqué ici. En attendant d'avoir les dates des concerts du groupe, vous pouvez, même si l'ambiance risque d'être assez différente, toujours vous rabattre sur celles du carnaval de Dunkerque.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We