Accéder au contenu principal

The Apartments - No song, no spell, no madrigal

Cette année 2015 ne m'inspire pas. Je ne sais pas pourquoi, je n'y arrive pas. Je n'arrive plus à m'enthousiasmer pour les sorties musicales. Pourtant, ce n'est pas faute d'en écouter. Je deviendrais plus exigeant ou plus sûrement cette époque ne me conviendrait pas. Je serais devenu déjà ce qu'on appelle communément un vieux con, un réac, fidèle partisan du "c'était mieux avant". Alors, j'écoute de la musique de mon âge. The Apartments, voilà un groupe pour qui le temps semble s'être arrêté. Malgré la pause plus ou moins forcée d'une quinzaine d'années, la formation de l'Australien Peter Milton Walsh fait la même musique qu'à ses débuts, c'est-à-dire des classiques et classieuses chansons folk. "No song, no spell, no madrigal" aurait pu sortir il y a trente ans qu'il n'aurait pas semblé anachronique. Ce sont les admirateurs inconditionnels, essentiellement français, en tête desquels le journaliste et rockeur Emmanuel Tellier, qui ont permis cette résurrection. Ils ont été aidés en cela par le décidément indispensable label Microcultures
Rien que pour un titre aussi puissant et magique que "Twenty One", on leur donne cent fois raison. Preuve que je ne dois pas être le seul à m'accrocher à un passé pas si lointain, synonyme de souvenirs heureux. Voilà, j'ai compris. Je n'ai pas le bon état d'esprit - une grosse fatigue ? -. La musique qu'on écoute est forcément lié à cela. Merci à The Apartments pour ce rappel. Merci de me réconcilier avec 2015. Me voilà rassuré.

Clip de "Twenty-One" :

Commentaires

  1. Cette année commence pourtant fort bien de mon point de vue! Mais il est clair que les goûts de chacun ainsi que la capacité à chercher à découvrir de nouvelles musiques n'est sans pas étranger au mal qui te ronge.
    T'es quand même vachement POP/Variété française Vincent, ce qui n'est pas un handicap, sauf si l'on ne se cantonne qu'à cela.
    Du coup je te conseille fortement de te dépuceler les oreilles avec ces quelques galettes qui aigayent mon début d'année, attention c'est varié:
    Soft Moon, Turzi, San Carol, Motorama, Natalie Prass, Belle & Sebastian, Chocolat, Carpenter Brut, Gratuit, Gomina, Moon Duo, Paris, Pond, Polygorn, Soko, Steeple Remove, The Madcaps, Viet Cong...

    Obligé que t'en trouve un ou deux là dedans qui te file un coup de fouet salutaire, foi de Dale Cooper!

    Amicalement,

    Agent Cooper.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la liste de disques. J'en connais une bonne moitié. Je vais écouter le reste. Le Viet Cong, oui, c'est sans doute le disque qui m'a le plus marqué cette année.

      Supprimer
  2. Ah oui tu dois être bien difficile parce que moi aussi je trouve ce début d'année assez fou, je sais plus où donner des oreilles. Tous mes artistes préférés semblent s'être donné rendez-vous pour sortir un disque en ce printemps : Sufjan bien sûr, Laura Marling, The Mountain Goats, Villagers, Ron Sexsmith, le Dominique A que tu dois aimé quand même... Plus les découvertes Tobias Jesso Jr, Courtney Barnett. Bref, il y a de quoi faire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pas mal tout ça, mais y a rien de vraiment marquant, pas de trucs dont je sais d'avance que je ne les lâcherai pas de sitôt. Parce que c'est un peu l'autoroute, tous ces albums, y a pas de prise de risques. C'est trop soigné. Même le Dominique A en fait.

      Supprimer
    2. Là je rejoins Vince carrément: toute cette liste est bien trop sage et manque de tripes et de prise de risque. C'est joli quoi... D'autant que dans le genre luxe calme et volupté, rien ne peut égaler l'album fuoriclasse de l'élégante Natalie Prass produit par le très doué Mathiew E White. J'invite également tout le monde ici à se rendre compte qu'il n'est nul besoin d'aller hors de France pour prendre sa calotte. Le magazine franc tireur Gonzai, en plus d'être de très bon conseil quant aux groupes français, a crée son propre label et ça dépote sec! Les labels Bad Born Records, Ego Twister Records, Et Mon Cul C'est du Tofu? et Satanic Royalties valent plus que le détour également. Et cerise sur le gâteau, les prix des vinyles et cds sont à des prix imbattables... A vous de jouer!

      Supprimer
  3. Alors, on vieillit ? ;)
    Parce que, rien que ces dernières semaines, beaucoup de disques peut-être "classiques" mais splendides dont pas mal à coloration folk : le Sufjan (chef-d'oeuvre) et le Apartments (pas loin), Adrian Crowley, les prochains Elvis Perkins (envoûtant) et Bill Fay (joyau), Villagers (radieux), House Of Wolves (coup de coeur) ou en exception, The Soft Moon et leur réjouissante cold wave pop indus (et d'autres).
    Mais s'il ne fallait écouter qu'un diks, il serait français et ce serait le "Effacer La Mer" d'Orso Jesenska, le meilleur album que Dominique A n'a pas sorti cette année https://03h50.bandcamp.com/album/effacer-la-mer

    Allez, see you Vincent ;)

    RépondreSupprimer
  4. Puisqu'une partie de toi s'enfonce dans le brouillard sous les yeux de celle que gène le soleil, écoute çà:Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

    RépondreSupprimer
  5. Et bien moi je te rejoins Vincent. Moi je m'enmerde ferme. Bien sur qu'on peut toujours trouver quelques perles (il manquerait plus que ca vu le nombre insense de sorties), mais serieusement rien de nouveau, du bon travail, du bel ouvrage, du viagra qui fait plaisir 24 heures mais rien de tres bandant dans la duree. C'est sage, c'est cultive, autant ecouter les references parfois...Bon l'annee ne fait que commencer mais il faudra bien que ca bouge quand meme. Cette histoire autant courte que si riche de la musique "rock" qui nous passionne tant est elle arrivee au terme de son existence? Nous ecoutons apres tout la musique du siecle passe, il serait temps peut etre de passer a autre chose... Moi, je m'en fous, c'est mon identite, mais il ne faut pas se faire d'illusion, pour peu qu'on s'interesse a la musique des 60 dernieres annees, les choses ont tendances a se repeter depuis la derniere decennie... Gwen epicier en galettes chez Melody Supreme.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro