Accéder au contenu principal

Suburban Lawns - Janitor (1981)

J'avoue que "La musique à papa" fonctionne actuellement au ralenti. Et pourtant, ce n'est pas faute d'écouter de la musique. Non, c'est juste que traquer la moindre nouveauté intéressante finit parfois par me lasser, comme en ce moment : j'ai du mal à y trouver mon compte, du mal à m'enthousiasmer. Il faut parfois laisser un peu de temps au temps, comme on dit. J'en ai donc profité pour partir à la recherche de musiques plus anciennes et un peu obscures. Des trucs que l'époque a oublié. Comme les Californiens de Suburban Lawns, responsables d'un unique album et dont un des clips a été réalisé par le cinéaste Jonathan Demme ("Le silence des agneaux", "Philadelphia"). Ce dernier était encore méconnu à l'époque mais son amour du rock lui a valu ensuite de collaborer avec nombre de groupes du genre, notamment les Talking Heads pour le film "Stop making sense" ou New Order pour le clip de "The Perfect Kiss". Mais revenons aux Suburban Lawns dont la chanson "Janitor" me permet de relancer le thème des "Chansons un jour, chansons toujours", à l'arrêt depuis de nombreuses années. Ce morceau est d'une redoutable efficacité tout en étant d'une bizarrerie manifeste. Les paroles mélangent de manière absurde et décalée "I'm a janitor" avec "oh my genitals", nous disent que "everything's irrelative", à l'exact opposé de la thèse communément partagée qui voudrait au contraire que tout soit relatif. Le style des Suburban Lawns rappelle celui de Devo, mais avec un discours à contre-courant moins explicite.
Ce mystère ne leur a pas porté chance car ils ont depuis complètement disparu des radars, jusqu'à la chanteuse Su Tissue, au physique atypique qui, après une apparition dans un film de Demme ("Something wild") et un album solo ("Salon de musique") assez inclassable dans les années 80 s'est littéralement volatilisée. Une émission de France Culture toujours disponible essaie de raconter sa troublante histoire. Qu'est-elle devenue ? Même ses anciens amis ne le savent pas. Une page Facebook "Whatever became of Su Tissue ?" existe même... Quand le passé nous paraît plus intéressant que le présent.
[Verse]
All action is reaction
Expansion, contraction
Man the manipulator
Underwater, does it matter?
Antimatter, nuclear reactor
Boom boom boom boom

[Chorus]
Who's your mother? Who's your father?
I guess everything's irrelative
Who's your mother? Who's your father?
I guess everything's irrelative
I'm a janitor, oh my genitals
I'm a janitor, oh my genitals
Oh my genitals, I'm a janitor

[Verse]
All action is reaction
Expansion, contraction
Man the manipulator
Underwater, does it matter?
Antimatter, nuclear reactor
Boom boom boom boom

[Chorus]
Who's your mother? Who's your father?
I guess everything's irrelative
Who's your mother? Who's your father?
I guess everything's irrelative
I'm a janitor, oh my genitals
I'm a janitor, oh my genitals
Oh my genitals, I'm a janitor

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu