Accéder au contenu principal

William Doyle - Great Spans of Muddy Time

Il va falloir que ça se sache : William Doyle est l'un des plus brillants songwriters anglais de l'époque. Son nouveau disque, "Great Spans of Muddy Time" le prouve une fois de plus. Après des débuts prometteurs sous le pseudo de East India Youth,  plutôt bien relayés par les critiques musicaux - avec une nomination au Mercury Prize au passage -, l'homme a progressivement disparu des radars pour revenir un peu dans la lumière il y a deux ans sous son propre nom par l'intermédiaire d'un certain Brian Eno venu prêter main forte et avec lequel la filiation paraît évidente. Doyle poursuit une œuvre protéiforme, tantôt pop, mélodique et immédiatement accessible, tantôt électronique, complexe et expérimentale. Ce nouvel album n'échappe pas à cette ambivalence, alternant les textures limpides et celles plus revêches, proches des travaux solo d'un Thom Yorke, par exemple. 
Cet apparent manque de cohérence est le défaut principal qu'objecteront une fois de plus ceux qui restent hermétiques à ces trop grandes variétés de climats. Pourtant, les titres s'enchaînent sans qu'on se sente réellement perdu. Les morceaux moins mélodiques sont suffisamment courts pour ne pas venir casser la dynamique d'ensemble. On se dit même que cette nouvelle production pourrait être la plus belle réussite d'un artiste pourtant habitué à l'excellence. "And everything changed (but i feel alright)", "Nothing at all", "Semi-bionic" sont autant de petits trésors à partager sans modération. Des webzines anglais spécialisés et aux goûts assurés comme Loud and Quiet ou The Quietus ne se sont pas trompés, classant déjà ce disque parmi les meilleurs sortis depuis le début de l'année.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu