4 janvier 2010

Mes indispensables : Leonard Cohen - Songs Of Leonard Cohen (1968)


Comment mieux commencer l'année qu'en compagnie d'un des maîtres incontestés de la chanson ? Un de ceux dont tout le monde s'accorde à dire qu'il est l'un des plus grands chanteurs de variété (ouh le vilain mot !) au monde. Sinon le plus grand. Tout le monde aime Leonard Cohen ou presque. Les fans de rock, de jazz, de classique, etc. "Suzanne" est un des titres les plus repris de par le monde : Nick Cave, Peter Gabriel, Françoise Hardy, Geoffrey Oryema, Nina Simone, Nana Mouskouri, Alain Bashung s'y sont entre autres essayés. Un immense classique. Pour cette raison et pour d'autres ("So Long Marianne", "Hey That's No Way To Say Goodbye", "Sisters Of Mercy", etc, une seule et même chanson finalement, parfaite, répétée en dix exemplaires ?), cet album est un monument. Le premier de sa carrière. Celui qui nous a permis de découvrir l'artiste. Plus de 40 ans après, c'est toujours la même émotion qui transpire de ce disque. Et tout cela avec trois fois rien. Le plus souvent, avec une seule guitare sèche. Et une voix. Et quelle voix !  L'émotion à l'état brut. Sans artifice. Peu de chanteurs en sont capables. Une voix de velours, qui vous touche là, directement, en plein coeur. Et des textes d'une poésie jusqu'alors jamais rencontrée dans la folk music. Même chez Dylan. Mais Cohen a été poète avant de devenir chanteur. Quand paraît ce premier disque, il a déjà plus de 30 ans au compteur : une éternité, surtout pour l'époque, où tous les chanteurs populaires débutaient leur carrière à peine à l'âge de vingt ans. En 2008, il a fait son grand retour scénique avec une tournée internationale et de multiples dates en France. Je n'ai pas été le voir - le plus prix des places étaient plus que prohibitifs, décidément, une constante chez tous ces chanteurs issus de la libération sexuelle et de la contestation sociale : "la liquidation sarkozyste de mai 68" serait-elle déjà en marche ? -, mais les échos ici et là ont tous été très bons. Monsieur Cohen n'a de toute façon, jamais été du genre à faire les choses par dessus la jambe et a toujours été quelqu'un de respectueux de son public.

Pour ma part, j'ai découvert l'artiste il y a déjà bien longtemps, à une époque où j'écoutais encore beaucoup de choses dont j'ai un peu honte aujourd'hui. Et de tous ces chanteurs-là, il reste celui qui a su  le mieux faire face au temps qui passe et aux goûts qui changent. C'est ce qu'on appelle couramment une valeur sûre. Définitivement intemporel.

"Suzanne" en live lors du mythique concert de l'île de Wight de 1970 dont l'enregistrement est seulement sorti l'année dernière en CD/DVD :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire