Accéder au contenu principal

Local Natives - Gorilla Manor

Attention, ce nouveau groupe américain originaire de Los Angeles est promis à un bel avenir. Et de tous les albums sortis cette semaine, ils sont pour moi les grands vainqueurs : devant Vampire Weekend (très en deçà du premier disque), Adam Green ou Laura Veirs (sympathiques mais sans plus), excusez du peu. Ce "Gorilla Manor" est effectivement une vraie belle surprise et même si parfois à l'écoute du disque, l'attention peut retomber par quelques facilités dans l'écriture ou un son soudain plus arrondi dans les coins, il y a ici assez de variétés pour qu'on y revienne aisément plusieurs fois sans y avoir fait encore le tour. Difficile en tout cas d'énumérer aisément les références, car il n'y en a pas vraiment qui sautent aux yeux, même si la musique de Local Natives n'a en soi rien de bien nouveau. Il y a des choeurs à la Fleet Foxes, quelques carambolages sonores à la Broken Social Scene, de jolis arrangements à la Grizzly Bear, c'est assez bien fichu dans l'ensemble, même si on sent parfois que le groupe n'arrive pas totalement à se lâcher. Sur disque en tout cas, car ce groupe pourrait sur scène tout dévaster rien qu'en bousculant un peu plus leurs morceaux. Ils me font d'ailleurs un peu le même effet que les méconnus The Uglysuit, que j'avais inversement d'abord écoutés sur scène et très appréciés, avant d'être déçu par la production trop lisse de leur disque.
Même si Local Natives, par ses ruptures de ton incessantes est quand même un cran en-dessus des susnommés. En résumé, un album prometteur, quoiqu'encore un peu timoré, d'un groupe à suivre de très près dans les mois et les années à venir. Car, c'est sûr, ceux-là n'ont pas encore tout donné. Et puis rien que pour des titres comme "Airplanes" ou "Camera Talk", ce "Gorilla Manor" et sa pochette dévastatrice méritent largement le détour.

Vidéo de "Camera Talk" :



Ils seront en black session le 18 janvier et à La Route du Rock à Saint-Malo le 20 février (avec The XX, Clues, Shearwater et Clara Clara)
Ils étaient aussi en live dans l'excellente émission "Ce soir ou jamais" sur France 3, le jeudi 14 janvier, à voir ici.

Commentaires

  1. Evidemment vous faites ce que vous voulez, mais il y a une sortie qu'il serait de bon ton de ne pas ignorer cette semaine, c'est l'album de OK Go. Je n'étais pas fan des précédents travaux du groupe, je n'ai écouté l'album que par acquis de conscience... et... j'ai pris une sacrée claque !!!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est noté pour le "OK Go".
    Par contre, d'après Amazon, il ne sortirait que le 23 janvier prochain :
    http://www.amazon.fr/Blue-Colour-Sky-Ok-Go/dp/B0030GU1XC/ref=sr_1_3?ie=UTF8&s=music&qid=1263482415&sr=8-3
    Peut-être dans 15 jours alors ?

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui ? Voilà qui est très troublant... Il est écoutable sur Spotify en tout cas ! ;-D

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que la plupart des disques sont désormais disponibles en téléchargement (légal, j'entends ;-) bien avant leur sortie physique en CD.
    C'était d'ailleurs le cas de ce Local Natives qui était écoutable entièrement sur Deezer depuis un petit moment.

    RépondreSupprimer
  5. Petite interview sympa que Kub3 a faite avant le concert de la Maroquinerie - disponible en VO pour ceux qui veulent:

    http://www.kub3.fr/musique/local-natives-linterview/

    RépondreSupprimer
  6. videos du concert a la maroquinerie

    http://val3rie.free.fr/localnatives/

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour le lien vers les vidéos de concert.
    Excellent comme tout ce qui est estampillé par la Blogothèque ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais pas ce groupe il y a quelques jours de cela : complètement envoutée :-))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro