Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Talking Heads - Remain In Light (1980)

Bonjour à tous. Une fois n'est pas coutume, c'est maman qui prend la plume aujourd'hui... Papa m'a en effet proposé de vous parler des Talking Heads et plus particulièrement de l'album "Remain in Light". Comme celui-ci est plutôt bien placé dans mon top 100 des meilleurs albums de "tous-les-temps-de-la-mort-qui-tue", je n'ai pas hésité longtemps (enfin, façon de parler, car maman ne fait pas de tops : maman, comme toutes les mamans, a mieux à faire !).
Souvent considérés comme les précurseurs de la world music, à l'instar de leur frère spirituel Brian Eno (qui a d'ailleurs participé à trois de leurs albums, dont "Remain in Light") ou de Dead Can Dance, les "têtes qui parlent" sont des OVNI lancés sur la planète Rock. Après des débuts punks en 1977 avec l'album sobrement intitulé "77", (sur lequel figure le tube "Psycho Killer"), ils se tournent en 1979 vers l'exotisme avec l'album "Fear of Music". Uniques en leur genre, ils n'hésitent pas à mêler les sonorités électroniques aux musiques ethniques. Dans "Remain in Light" en 1980, ils font la part belle à la musique africaine et réussissent le pari de faire une musique nouvelle mais accessible. A l'image de l'Afrique, berceau de l'humanité et de la musique, cet album déborde d'une énergie vitale qui vous prend aux tripes et vous donne une envie irrépressible de danser. Les paroles de David Byrne, décalées et entêtantes illustrent remarquablement bien la musique aux accents quasi-chamaniques des Talking Heads. "Remain in Light", album solaire et envoûtant, est une ode à la vie, au métissage et une réflexion sur l'altérité.

Comme tout groupe d'avant-garde, les Talking Heads en ont inspiré plus d'un et aujourd'hui encore, des groupes tels que Radiohead (dont le nom est tiré d'une chanson des Talking Heads, précisément intitulée "Radio Head", figurant sur l'album "True Stories", de 1986), Arcade Fire, MGMT, Vampire Weekend, Clap Your Hands Say Yeah, LCD Sound System, ou encore les excellents Metronomy revendiquent leur filiation au groupe new-yorkais.
A noter qu'en avril prochain, David Byrne et Fat Boy Slim sortent un album de collaboration intitulé "Here lies Love". On annonce déjà une curiosité...
Espérant que vous aurez pris plaisir à lire ma prose et que vous aurez envie de ressortir "Remain in Light" de vos tiroirs, je vous salue bien bas et rend la plume à papa. A bientôt peut-être !

Clip de "Once In a Lifetime" :

Commentaires

  1. "Psychokiller" reste un titre culte !!! J'adOOOOre !!

    RépondreSupprimer
  2. Idem pour moi ! Les Talking Heads reviendront, c'est sûr, dans la rubrique "Mes Indispensables". Personnellement, je suis aussi fan de l'album "Fear of Music" (qui annonçait déjà "Remain in Light").

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…