Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Sparklehorse - Vivadixiesubmarinetransmissionplot (1995)

Décidément, cette nouvelle décennie est marquée du sceau du suicide parmi les folkeux américains. Car après Vic Chesnutt, ce fut autour de Mark Linkous, leader de Sparklehorse, de mettre fin à ses jours, il y a une semaine maintenant. Et si je n'étais pas particulièrement amateur de la musique du premier, celle du deuxième m'a nettement plus marquée. Et notamment ce disque - ainsi que "It's a wonderful life", surtout pour la chanson titre, qui raisonne désormais de manière tristement cynique - le premier du groupe, au nom à rallonge. Attention, reprenez votre respiration : "Vivadixiesubmarinetransmissionplot". A l'époque, Linkous avait eu un grave accident qui l'avait cloué pendant plusieurs mois dans un fauteuil roulant. Ceux qui ont pu le voir sur scène à ce moment-là, ont été pour la plupart subjugué par l'émotion qui pouvait se dégager de cet homme. Cette émotion, on la ressent d'ailleurs dans cet album magnifique. Comme dans chaque premier disque, c'est toute la vie passée de l'artiste que l'on traverse, ses hauts et ses bas, souvent plus nombreux malheureusement. Les disques suivants, ça n'est déjà plus pareil, on applique une recette. Les morceaux les plus calmes comme "Homecoming Queen", "Most Beautiful Widow In Town", "Heart Of Darkness" ou "Sad And Beautiful World" sont autant de chansons déchirantes, le tout sans abondance d'effets, quelques fois même presque nues. Mais les titres les plus rock comme "Rainmaker", "Hammering The Cramps" et surtout "Tears On Fresh Fruit" ne sont pas en reste et demeurent aujourd'hui encore sous couvert de plus de brutalité et de rugosité profondément touchants (voire flippants).
Parce qu'on sait désormais, même si ce n'était un secret pour aucun fan, qu'ici l'émotion n'était pas jouée, mais bien réelle. "It's a wonderful life" est aussi souvent cité comme leur meilleur disque, sauf que je lui reprocherais son côté trop arrangé, presque lisse. On ne badine pas avec les sentiments. La chair de poule, ça ne se commande pas, cela se ressent avant tout, et tant pis, si c'est maladroit, mal fichu, un peu bancal. L'essentiel est que cela soit naturel. Mark Linkous sera aussi souvent comparé à un Neil Young moderne, ou plutôt un Neil Young "underground", en marge. On a juste oublié de dire que Sparklehorse, c'était tout simplement comme Neil Young, mais en mieux, parce que ça vous prend là, aux tripes. Ce disque est un chef d'oeuvre, et je ne dis pas ça parce que le gars vient de mourir. En témoigne, pour les sceptiques, les paroles du magnifique "Heart Of Darkness" ci-dessous. So long, Mark ...

She laid her head
On my chest
As the sun burned
Down the west
There’s one thing we still got
This one last dance in this parking lot

Oh yeah, i, I got a heart of darkness
Oh yeah, i, I got a heart of darkness

Then she woke up
Into the fire
And the flames kept
Dancing higher
Satan would laugh at her screams
Then she woke up from her dreams

Oh yeah, i, I got a heart of darkness
Oh yeah, i, I got a heart of darkness


Clip de "Rainmaker" :

Commentaires

  1. C'est effectivement un monument!
    Quel album!!!

    RépondreSupprimer
  2. ce n'est que récemment que j'ai découvert Sparklehorse avec Danger Mouse...
    Quelques jours après l'annonce de son suicide, une copine me parle de cela toute affolée qu'elle était !!! Et me fait presque un procès parce que je ne connais pas cet artiste... Chose réparée quelques jours après, suite à un article que j'ai publié (Frightened Rabbit - My Backwards Walk)me donne conseille sur une des chansons de l'album sur le même thème (Revenge) de fil en aiguille, j'ai écouté l'album = SUBLIME !! Je me demande encore comment j'ai pu faire sans !!! :-D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We