Accéder au contenu principal

Adam Green - L'Alhambra - 8 mars 2010

Après avoir laissé la main à maman, journée de la femme oblige, pour un indispensable hier, papa est donc de retour. Et là encore, petite surprise, car c'est avec une chronique de concert. Concert, qui n'était pas vraiment prévu, puisque nous avons eu des invitations de dernière minute. Et même si son dernier album ne m'a pas laissé un souvenir impérissable - sa meilleure période reste toujours celle des excellents albums "Friends Of Mine" et "Gemstones" -, c'est toujours plaisant de voir Adam Green sur scène. Car le monsieur est indéniablement un showman. Je passerai rapidement sur la première partie. D'une part, parce qu'on est arrivé un peu en retard et que deux ou trois titres, c'est peut-être trop peu pour pouvoir juger. D'autre part, parce que le gars en question - Ish Marquez ?-, s'il avait sûrement du mérite d'être tout seul en scène avec sa guitare, jouait une espèce de folk poussif, assez banal et donc dispensable. Après une très grosse demi-heure d'attente, ce fut donc au tour du phénomène Adam Green. Car il faut bien parler de phénomène. Affublé seulement d'une veste de cuir tendance "wock'n'woll" et d'un jean slim tendance "je le remonte toutes les cinq minutes", il avait pourtant le look de circonstance. Mais quand, au bout de quelques secondes seulement sur scène,  il s'est mis à gesticuler dans tous les sens, de manière désordonnée, telle une mouche tsé tsé, difficile de ne pas retenir un sourire. Le message passe instantanément : surtout, ne pas prendre ce qui va suivre au sérieux ! Les chansons s'enchaînent sur un rythme effréné. Il faut dire que même sur disque, un titre d'Adam Green dépasse rarement 2 minutes 30. Le bonhomme est donc obligé de temps en temps de marquer des pauses, plaisantant avec le public. Un type viendra l'aider en lui prêtant sa ceinture, réglant ainsi son problème récurrent de jean slim qui tombe. Il terminera pendant son rappel en tenue de boxer avec short et peignoir et entonnera même le célèbre "Everything I do, I do it for you" du pénible Bryan Adams, avec son ton décalé habituel. Impossible ou presque de s'ennuyer à un concert d'Adam Green. C'est varié : tantôt acoustique, tantôt électrique. C'est un drôle de mélange entre Leonard Cohen, Lou Reed, Jim Morrison et Frank Sinatra, le tout saupoudré de paroles désopilantes. Et puis, il faut bien admettre qu'il possède un bel organe. Alors, bien sûr, les puristes pourront lui reprocher un certain manque de rigueur et de professionnalisme, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Et de charme, il doit en avoir beaucoup, car le public était en grande partie féminin hier - journée de la femme oblige ? - et ce n'est pas la fille qu'il a embarquée sur son épaule en fin de concert qui dira le contraire ;)
Clip de "Dance with me" :

Vidéo de la même chanson lors du concert :

PS : Vous trouverez sur le site de Soul Kitchen un autre compte-rendu avec en sus le clip du dernier single ainsi que la playlist du concert.

Commentaires

  1. Visiblement, il lutine une fan après chaque concert. Instinctivement, je le déteste. Jalousie ou pas, il me semble qu'il incarne le Casanova de Terminal, la frivolité et l'hédonisme à outrance, et qu'il réveille chez sa partenaire femelle le pire de sa sottise naturelle et de son hystérie implacable.

    RépondreSupprimer
  2. Là-dessus, je te sens jaloux quand même !
    Et puis, Adam Green, il y a pire comme musique, non ?

    RépondreSupprimer
  3. Bon papier ! Je l'ai vu à Lille et il avait été plutôt bon aussi. Il avait embarqué une greluche à la fin également, mais je trouve le procédé plutôt marrant (le rock, ce n'est pas très sérieux).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We