Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Roxy Music - Roxy Music (1972)

A la fin du mois d'août seront présents au festival Rock en Seine, à Saint-Cloud, des revenants. On ne compte plus le nombre de groupes à ressortir ainsi du placard, mais il faut avouer que c'est souvent une occasion agréable pour remettre de vieux classiques dans le tiroir à CD de la chaîne hi-fi, surtout lorsqu'il s'agit de formations aussi cultes que Roxy Music. Je n'attends pourtant pas spécialement la prestation de Bryan Ferry et ses ex-acolytes, - d'ailleurs, je ne pense même pas y assister de peur d'être franchement déçu - mais réécouter ce disque, leur premier surtout, est encore et toujours un plaisir. Les fans et les autres auront sans doute beau arguer que leur meilleur, c'est le suivant "For Your Pleasure", celui avec Amanda Lear sur la pochette, c'est pourtant bien "Roxy Music" mon préféré, et de loin. Parce qu'il était plus brouillon, plus instinctif, moins réfléchi et qu'il contenait aussi un des plus grands singles de cette période glam-rock "Virginia Plain". Roxy Music et Ferry n'étaient pas encore sûrs de leur talent et expérimentaient à tout-va, mélangeant allégrement les genres : de la pop à la soul en passant par le jazz , le rock progressif, voire même un certain esprit punk dans le fait de balancer la sauce de la sorte et de faire partir ainsi les influences dans tous les sens. Un disque sexy en diable. Brian Eno est alors aux commandes aux claviers et même s'il n'est pas mentionné directement parmi les compositeurs, il est indéniable au vu de sa future discographie solo que le bonhomme a eu une influence au niveau du son du disque. La suite de la carrière de Roxy Music sera après le départ d'Eno moins intéressante, plus facile, plus commerciale, tendant régulièrement vers le kitsch et le mauvais goût, un peu à l'image de ces femmes posant sur les pochettes de leurs disques.
Ferry, à la carrière en dents de scie, alternera aussi en solo, le bon et surtout le moins bon, et gâchera souvent sa formidable voix dans quelques balades sirupeuses du plus mauvais effet. Mais pour un crooner, quel qu'il soit, surtout quand il n'est pas bien entouré, ce n'est pas toujours évident d'éviter de tomber dans l'auto-parodie. "Bitters end", le dernier morceau de "Roxy Music" est à ce titre, l'exemple éclatant d'une chanson toujours à la limite de l'excès de guimauve mais qui ne tombe jamais dans le ridicule, malgré les choeurs tendance "choubidou". C'est une des raisons pour lesquelles ce disque passe pour moi aussi bien l'épreuve du temps et demeure un classique incontournable. Preuve est faite que l'excentricité et la fantaisie - visibles ici jusque dans les tenues du groupe - peuvent aussi aboutir à des oeuvres intemporelles.

"Ladytron" :

"Virginia Plain" :

Commentaires

  1. Joli texte. Je ne crois pas qu'il faut bouder malgre tout leurs autres prod ni Bryan Ferry (boys & Girls malgre son son 80's avec ses stores bleutees est un monument de delicatesse). Bravo pour ta perseverance. Gwen.

    RépondreSupprimer
  2. Je constate que toi aussi tu as persévéré à venir ici malgré tes précédents commentaires. En tout cas, celui-là fait plaisir. Merci pour le compliment.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…