Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Belle And Sebastian - If You're Feeling Sinister (1996)

Vrai retour aux affaires cette semaine donc, après quinze jours de vacances méritées (si, si). Même si je vous avais quand même concocté quelques chroniques, histoire de garder quelque peu le rythme. Et forcément pour un retour en douceur, rien de plus simple que de vous parler aujourd'hui d'un de mes disques fétiches, un de ceux dont ma platine a le plus "souffert". Un album qui a marqué ma jeunesse, mes années à la fac, un peu solitaires. A l'époque, je venais simplement de découvrir les Smiths, groupe dont j'ai usé alors jusqu'à la moelle la moindre face B, le moindre inédit. Parce qu'il n'existait pour moi rien d'autre au monde,  mais j'en reparlerai évidemment plus longuement dans de futures chroniques. Bien sûr, en 1997, les Smiths ne sévissaient plus depuis belle lurette, et il me fallait donc une fois épuisée toute leur discographie, passer à autre chose, trouver un remplaçant en quelque sorte. Et ce fût donc ces écossais au nom naïf et enfantin, et qui faisait stupidement rigoler les gens qui me posait alors la question de savoir qui était mon groupe préféré du moment. En plus, les pochettes des singles comme des albums des Belle And Sebastian étaient belles, un peu dans l'esprit de celles des Smiths d'ailleurs, et puis surtout il n'y avait pas encore un seul titre faible dans toute leur production, du premier disque "Tigermilk" sorti en catimi en 1996 et réédité après celui-ci "If You're Feeling Sinister" jusqu'à "The Boy With The Arab Strap" en 1998. Période faste du groupe et trois années bénies des dieux, où j'attendais alors avec une impatience toujours renouvelée chaque nouvelle chanson signée Stuart Murdoch. Après leur troisième album, je suis petit à petit passé à autre chose, parce que ce n'était déjà plus pareil,  parce qu'on a rarement fait un couple pop plus charmant que Murdoch et Campbell, parce que ce n'était plus si touchant - un nouvel album est, au passage, prévu dans les mois à venir.
"If You're Feeling Sinister" donc, parce que c'est le plus évident, celui qui m'a fait découvrir le groupe aussi, celui que j'écoute encore le plus souvent aujourd'hui. Parce que ce disque porte indéniablement bien son nom. Parce que c'est un refuge paisible où il fait encore bon se lover quand plus rien ne va, et tant pis pour les fans de rock dur et teigneux, ils ne savent pas ce qu'ils ratent. Parce que la vie est aussi faite de petites douceurs et que de tous temps, il serait bien idiot de se refuser ce genre de plaisirs simples et immédiats. "Get Me Away From Here, I'm Dying", comme une invitation au voyage, le temps de trois minutes, quand le monde d'ici-bas n'est plus satisfaisant.

Clip de "Dylan In The Movie" :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Grandaddy & The Lost Machine Orchestra - Paris, le Trianon - 20 avril 2022

Enchaînement de concerts avec un quatrième en trois semaines. Celui-là, je l'avais coché il y a quelques temps déjà. Mais maman n'étant pas grande amatrice du groupe, je l'avais mis en " stand-by " (" Bye-Bye ..."). Et puis, il aura fallu qu'au détour d'une soirée entre parents le sujet soit mis hasardeusement sur la table pour qu'on prenne nos places, à la dernière minute ou presque. Grandaddy, c'est la période bénie de la pop américaine au mitan des années 90-2000. Avec les Flaming Lips (le groupe existait bien avant mais leurs meilleurs disques sont sortis à ce moment-là), Mercury Rev et Sparklehorse. Un quatuor pour l'éternité et au moins quatre chefs d'oeuvres de suite : " Deserter's songs " en 1998, " The Soft Bulletin " en 1999, " The Sophtware Slump " en 2000, " It's a wonderful life " en 2001. On pourrait même rajouter Wilco en 2002. Ce soir-là, au Trianon, magnifique écrin

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d