Accéder au contenu principal

Tu dis ça parce que t'es en colère !

Non, je ne ferai pas comme tout le monde. Je n'irai pas moi non plus de mon couplet sur notre pitoyable équipe de France de football. Non, mais malgré tout,  la petite saillie pleine de délicatesse d'Anelka (rappelant au passage le tout aussi célèbre "Casse-toi, pauvre con" d'un autre Nicolas, qui celle-là n'a pas eu l'honneur de faire la couverture d'un quelconque journal, il me semble...) envers son sélectionneur m'a donné l'idée de faire justement une sélection de chansons sur le thème "tu t'es vu quand t'as la haine ?" Bon, il faut quand même avouer que le choix en la matière n'est pas forcément pléthorique, à part pour le rap. Mais dans ce cas précis, c'est assez logique vu que c'est quand même un peu leur fond de commerce.
C'est même d'une évidence criante chez nos rappeurs de NTM par exemple. Le nom du groupe, la mâchoire de pitbull d'un des chanteurs, les textes virulents, tout participe au fait qu'il faut avant tout ici montrer sa rage, mordre les mollets du système. N'empêche parfois, et l'actualité ne cesse de nous le montrer, on irait bien dans leur sens en se demandant vraiment "Qu'est-ce qu'on attend ?"

Autres nerveux mais dans un registre plus rock, là aussi leur nom annonce la couleur. On peut en rire, pourtant leur musique ne nous incite pas forcément à le faire. Il s'agit bien sûr des teigneux Rage Against The Machine et de leur cultissime "Killing In The Name".
Rien de tel quand on n'a pas envie de faire ce qu'on nous demande ... histoire de laisser place à l'adolescent rebelle qui est encore en nous (si si, un peu).
Le rock français a aussi connu ses anarchistes avec les célèbres Trust et leur incontournable "Antisocial". Si à l'époque, le titre a pu un tant soit peu enflammer la jeunesse insoumise d'ici, aujourd'hui, il aurait plutôt tendance à nous faire doucement sourire. Il faut dire qu'avec le temps, la chanson ayant été vidée de son fiel contestataire, elle fait juste désormais partie de ces "classiques" rock passés innocemment dans tous les mariages de France et de Navarre entre "ça, c'est vraiment toi" et "l'aventurier". Un bon voisin, ce Bernie finalement (oui, je sais, c'est facile...)

Côté variété, il y a aussi quelques "habitués" des coups de gueule et en la matière, il y en a un qui en connaît un rayon. Autant de coups de gueule, autant de gueules différentes d'ailleurs. Comme si cela avait plus de poids pour faire passer un "message". Il a commencé sa carrière par "N'importe quoi". Il nous avait bien prévenu, on aurait dû s'en douter. Malgré tout, il y a quelques chansons comme ça, qui valent tout de même leur pesant de cacahouètes et "Presse qui roule" ... et qui "casse les couilles" en est une. Oui, je parle bien sûr de Florent Pagny.
"Occupez-vous de vos fesses et laissez-nous chanter". C'était si aimablement dit qu'on l'a laissé chanter justement et depuis c'est pas peu dire qu'il nous les casse un peu, les roustons.
Il y a aussi bien sûr ce chtiti parisien de Renaud - qui draine sur la vidéo suivante sa nouvelle coiffure de playmobil - avec son "Marche à l'ombre" et ses paroles gentiment désuètes. On imagine mal aujourd'hui un Anelka ou un Ribéry parler de cette façon à son entraîneur...
Et qui se souvient encore de Jean Schultheis ? Si finalement, c'était pas ça, la véritable subversion ? Un look improbable de prof de philo à lunette triple foyer avec coiffure façon Jackson Five pour un titre qui, mine de rien, envoie balader tout son monde. Ben, oui, "Va te faire voir", d'abord !

Enfin, il y a ceux qui font mine de, genre je suis en colère, mais en fait, c'est pour de faux. Et pour illustrer tout cela, difficile de passer sous silence le "Fuck you" de la petite peste de Lily Allen, qui en faisant chanter nos enfants, nous ainsi oblige à leur traduire les paroles qui comme la mélodie ne peuvent être que légères.
On s'offusque, on s'offusque, mais finalement, si Lily Allen, ce n'était ni plus ni moins que la nouvelle Lio  (même vulgarité assumée ?) ... Souvenez-vous de ça :

Sur ce, bon week-end à tous (bande de nases) !

Commentaires

  1. Dans la série des Fuck You il y a aussi l'excellent Archive o_O
    http://www.youtube.com/watch?v=VO8NMkwOSQ0

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…