Accéder au contenu principal

The Delano Orchestra, Josh Ritter, Musée Mécanique & Herzfeld Orchestra

Chose promise, chose dûe, avec un peu de retard. Cette semaine, ce n'est pas un, mais plusieurs disques de la semaine. Et choisis par vos soins. Enfin, par le soin des quelques lecteurs (merci à eux) de ce blog qui ont bien voulu me faire part de leurs disques préférés de l'année 2010.

On commence par le choix de Louis : The Delano Orchestra, le collectif clermontois avec leur deuxième album "Now That You Are Free My Beloved Love". Tiens, donc des artistes signés sur Kutu Folk Records, comme c'est curieux de sa part :) C'est comme leur premier disque, toujours très inspiré par les guitares de Sonic Youth ou plus récemment par celles de Deerhunter. Le problème, c'est que même s'ils varient régulièrement la tension de leurs morceaux, il leur manque des mélodies vraiment marquantes pour qu'on puisse y revenir sans hésiter.
A écouter en intégralité sur Deezer.
Ensuite, Josh Ritter, avec "So Runs The World Away", choix d'Erwan. C'est un énième chanteur de folk américain, qui fait du ... folk donc, tout ce qu'il y a de plus classique, dans la droite lignée des glorieux ancêtres de Dylan à Springsteen en passant par Van Morrison. Il le fait plutôt bien, même si passés trois morceaux - sans doute les meilleurs du disque -, j'avoue que cela a franchement tendance à m'ennuyer. Bon, je ne suis pas un adepte du genre donc sûrement pas très objectif. Et puis les quelques relents de country finissent d'aggraver définitivement son cas. Désolé, mais l'americana, très peu pour moi...
On continue avec "Hold This Ghost" de Musée Mécanique, proposé par Blake et JP. Là, encore, c'est du folk made in USA, à croire décidément que je n'attire que les folkeux ;). C'est, je trouve, plus léger, plus proche d'un Elliott Smith par exemple, mais alors exclusivement en mode mineur : beau, mélancolique, mais pas un arrangement plus haut que l'autre, une voix constamment en retrait qui n'en fait pas assez et un ensemble qui s'avère à la longue particulièrement monocorde. Dommage, je décroche. L'humilité, c'est bien, mais un peu de prise de risque et un poil de charisme, ça ne fait pas de mal aussi.
On finit avec (le meilleur ?) un disque que je ne connaissais pas. C'est la proposition de Benoît, ils s'appellent Herzfeld Orchestra, et contrairement aux deux autres albums mentionnés ci-dessus, ce n'est plus vraiment folk (ouf!) ou plus seulement. C'est même assez varié, ce qui fait qu'on s'y ennuie forcément moins. Ils sont français et leur album est assez inclassable. On pense à Belle & Sebastian ("The Axe"), Troy Von Balthazar ("At The Schmolzy"), Deerhunter ("Queen"), etc. C'est souvent bien fait, mais sans doute pas autant que leurs nombreuses influences. Manque la petite étincelle, la touche personnelle...
A écouter en intégralité sur Deezer ici-même.

Commentaires

  1. Comment ça t'aimes pas le folk? :p

    RépondreSupprimer
  2. Ben, c'est pas que j'aime pas, mais je crois que je m'en suis un peu lassé : il y en a trop en ce moment, non ? :)

    RépondreSupprimer
  3. Dommage pour Musée Mécanique : je trouve l'album vraiment lumineux malgré sa profonde mélancolie et leur arrangement précis et ouvragés (ondes martenot, scie musicale, harmonium) très touchants. Peut-être la même couleur tout du long, mais leurs mélodies sont si pures...
    Quant à leur "humilité", je dirai plutôt qu'ils sont discrets. Bon, un coup de coeur c'est perso, je sais bien, ici ça sera un coup de coeur non partagé :-)

    RépondreSupprimer
  4. @ Vincent : Musée Mécanique, c'est Blake qui te l'a proposé en 1er : Erwan a approuvé et j'ai renchéri ! Coolbeans et Yosemite s'ils étaient passé par ici, te l'auraient sans doute conseillé aussi. Folkeux moi ?! Certes (je ne peux le nier en tant que fan absolu de Josh T. Pearson) mais pas que...

    En fait, j'avais pensé te proposer autre chose de plus bien "mortel" (avant de me raviser... et je crois avoir bien fait !) -> FORMER GHOSTS, "New Love" (2010) Le groupe, c'est Freddy Ruppert + Nina Roza + Jamie Stewart : autant dire que ça ne respire pas la joie de vivre :) Mais avec Freddy, impressionnant en concert, tu serais servi en "prise de risque et charisme" !

    MERCI d'avoir joué le jeu... et de m'avoir donné envie d'écouter Josh Ritter et Herzfeld Orchestra (dont j'ai vu deux membres prometteurs récemment en concert : Roméo & Sarah). Et j'aime déjà le Delano Orchestra :)

    RépondreSupprimer
  5. P.S. : Chez Musée Mécanique, il y a, non pas une, mais deux voix (deux chanteurs différents...) Et vive l'humilité :)

    RépondreSupprimer
  6. @JP : C'est corrigé pour Musée Mécanique qui était effectivement une idée de Blake ! Le Former Ghosts, je l'ai écouté et ma foi, je le trouve pas si mal ;) Quelques titres sont même très bons comme "New Orleans". Tu aurais donc pu proposer car j'ai déjà parlé ici du dernier Xiu Xiu et de Zola Jesus, donc... Dans tous les cas, je crois que je tiens déjà mon top 2010... à découvrir ici prochainement !

    RépondreSupprimer
  7. @ Vincent : Tu m'étonnes ! "New Orleans", c'est pour moi LA chanson de l'année : la 1re que Freddy a joué sur le sol français, j'y étais et ça m'a tué... Un court extrait live de ce merveilleux moment :

    http://www.youtube.com/watch?v=gKpzv3XvGMk

    On lira attentivement ton Top, promis ! :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…