Accéder au contenu principal

Festival Les Inrocks - Owlle, Concrete Knives, La Femme & WU LYF - Paris, La Cigale - 2 novembre 2011

Retour sur le pied de guerre en ce mercredi soir pour le début des hostilités du festival des Inrocks 2011. Comme à son habitude, la programmation est assez éclectique mais fait la part belle pour cette soirée à la musique de chez nous. Dès 19h, arrive la grande bringue un peu flippante d'Owlle - le nom ne se prononce pas bien, trop de consonnes - qui ondule timidement derrière son synthé. Elle sera rapidement accompagnée d'un collègue batteur. La plupart des sons joués sont déjà pré-enregistrés. La voix n'est pas désagréable, mais les chansons sont plutôt banales, dans la lignée de ce qui se pratique déjà pas mal outre-Manche, en tête desquelles on retrouve les filles de Bat For Lashes ou Florence and The Machine. Owlle nous chante des "ouhouh" et des "ahahaha" à tour de bras comme pour masquer un sérieux manque de mélodies marquantes. Bref, on s'ennuie un peu, quand même.
On enchaîne ensuite avec Concrete Knives, des Caennais - la précédente était parisienne - et l'esprit est d'un coup nettement plus festif - à rapprocher de leurs voisins normands des Bewitched Hands, vus et entendus dans le cadre du même festival l'année précédente. Le groupe déploie une énergie scénique assez redoutable et sait faire partager son enthousiasme. La chanteuse savamment habillée et coiffée à la mode sixties jure un peu avec le reste du groupe dont les fringues ne semblent pas être la préoccupation principale. Elle, affublée d'un élégant pantalon qui lui fait une jolie taille de guêpe, virevoltera telle une abeille tout le temps du set, n'hésitant pas même à se jeter dans les bras du public. Si une fois encore, les chansons ne sont au final pas toujours transcendantes, Concrete Knives est au moins parvenu à faire bouger l'assistance. Grâce à eux, la soirée a réellement commencé...

Entre les deux concerts, une jeune femme vient s'asseoir par terre à côté de moi. - et oui, c'est que ça fatigue de rester plusieurs heures debout. Elle se prend la tête dans les mains, mais bifurque rapidement les yeux vers son téléphone portable. Puis un de ses copains (son petit ami?) tente de la consoler : "Arrête de te vénère pour de la merde, Eva! Arrête de te vénère pour de la merde, Eva!..." A la manière d'une vieille rengaine, il répète cette même phrase au moins une dizaine de fois. Le gars a une choucroute savamment décoiffée sur la tête, sans doute par l'action de quelques précautionneux passages de mains dans les cheveux, des petites baskets, le jean slim de rigueur, un blouson de cuir un poil trop court juste comme il faut et un tee-shirt largement échancré laissant apercevoir un torse déjà bien poilu. Malheureusement pour lui, la dénommée Eva, pas vraiment convaincue par son argumentation (et sa dégaine?) finit par partir au bout de quelques minutes de monologue. Le gars, à peine vexé, rejoint alors ses potes, reconnaissables au fait qu'ils sont attifés comme lui mais de façon juste un peu moins marquée. Preuve qu'il semble être le leader de la bande. En tout cas, il trouvera la juste conclusion à l'affaire : "Eva, elle se vénère vraiment pour de la merde!"
Mais laissons Eva à son énervement, car c'est au retour des Biarrots de La Femme de débarquer, tous affublés d'une perruque blanche façon village des damnés. Cette fois-ci, même si les influences sont évidentes et à aller chercher du côté de la new-wave made in France, celle de Jacno et de Taxi Girl, la musique du groupe dégage quelque chose qui va au-delà du simple copier/coller d'une recette existante. La Femme a une vraie personnalité, en témoigne leur tube "Sur La Planche" dont le thème est bien raccord avec leur région. Le son est parfois un peu criard, mais l'ambiance ne baisse pas pour autant d'un iota. La soirée est encore montée d'un cran.

Puis arrive la "surprise" de la soirée, Rover, improbable croisement entre Antony Hegarty et Jeff Buckley, pour le physique et aussi pour la musique. Il arrive seul avec sa guitare et se met juste devant le rideau derrière lequel on imagine les "stars" mancuniennes de la soirée se préparer. Il y a évidemment du potentiel derrière ce physique et cette voix atypiques. Comme pour les deux précédents groupes, on attendra avec impatience la sortie d'un premier véritable LP pour se faire une idée plus précise. Mais l'année 2012 pourrait s'annoncer radieuse pour la musique française... 

Enfin, les petits branleurs de WU LYF font leur apparition et fidèles à ce que je pouvais en attendre, leur musique semble faite expressément pour la scène. Leur rock est épique, flamboyant, braillard - on plaint les cordes vocales du chanteur -, sale. Ils n'ont pas besoin d'en rajouter, leur son remplit tout de suite l'espace. Le sol de la Cigale se met immédiatement à tanguer. Une heure durant, nous serons ainsi ballotés au gré des pérégrinations du groupe de Manchester et de son leader, Ellery Roberts - beau gosse et conscient de l'être - quelque fois assez pathétique dans ses pseudos messages politiques et philosophiques : "Life's a bitch and then you die". Il y aura bien quelques temps moins forts comme la dispensable reprise de "Wicked Game" de Chris Isaak, presque à l'exact opposé de leur univers. Mais tout se terminera dans un grand élan de fraternité, avec ce qui est pour moi, la meilleure chanson du groupe, le réjouissant "We Bros"...
C'est donc avec le sourire que les gens quittent petit à petit la salle. Le groupe La Femme fait des pieds et des mains pour vendre ses tee-shirts. Je regagne tranquillement mes pénates, plutôt content de ma soirée. Et dire qu'Eva a raté ça...

Commentaires

  1. La Femme + Wu Lyf, la double peine :p

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que tu aurais préféré la soirée au Casino de Paris avec Agnès Obel, Other Lives et Florent Marchet ?

    RépondreSupprimer
  3. De Owlle, je ne connais que l'excellent "Free" (titre découvert en live lors de l'émission TV "Ce soir ou jamais"): suffisant pour exprimer mon désaccord sur "chanson[s] banale[s]" qui "manque[nt] de mélodies marquantes". Bien sûr je sais pas ce que vaut le reste de son répertoire ; mais rien que pour ce titre, j'aurais aimé la voir sur scène.

    Le reste ? D'après ce que j'ai pu entendre grâce aux vidéos en ligne, je suis content d'avoir évité cela (comme Erwan !) Faisait-il tellement chaud @ La Cigale (bien remplie apparemment) pour les "ch'tis branleurs de WL tombent le tee-shirt ?

    P.S. : la bise à Eva, si tu la revois ! Franchement, c'est clair : elle devrait pas s'vénère pour d'la de-mer ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Marrant (et fier ?) de constater que les gens qui me lisent ont des goûts différents des miens...
    Quant à Eva, si quelqu'un la connaît, parce que je n'ai même pas su pourquoi elle était "vénère"...

    RépondreSupprimer
  5. Ben, c'est normal de s'énerver après un mauvais concert ! On se prend la tête à deux mains : "Mais pourquoi ai-je gâché ainsi ma soirée ? et à ce prix ?!" [Ok, désolé je sors...]

    P.S. : laisse tomber Vincent, ce com' [j'ai honte...] c'est trop d'la "de-mer", pas la peine de t'vénère ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Bof, à peine plus. Laura Marling oui (en fuyant la salle avant James Blake ^^).

    RépondreSupprimer
  7. "Life's a bitch and then you die" c'est dans la chanson de Nas ça non ? (géniale par ailleurs, même si je conçois que dans la bouche d'Ellery ça sonne faux)

    RépondreSupprimer
  8. Je rejoins les rangs d'Erwan et J.P, j'étais vraiment pas plus mal chez moi ! Sinon, très sympa et drôle ces choses vues (entendues surtout!), presque un regard de sociologue sur "le public d'jeune des concerts parisiens" :)

    Du coup, pour rester dans l'ambiance live, j'essaierai de penser à toi le 26 novembre quand je verrai Tahiti 80 et surtout Syd Matters en scène à La Rochelle :

    http://www.la-sirene.fr/prog/concert/69/syd-matters-tahiti-80-kid-bombardos-la-rochelle/.

    Hé oui, y a de la bonne musique aussi chez les provinciaux ;)

    RépondreSupprimer
  9. @Joris : Je ne peux pas te répondre là-dessus, Nas n'étant pas vraiment mon truc... Sinon, oui, les pseudos messages politiques de WU LYF ont quand même de quoi agacer.
    @Erwan, J.P. et Blake : Et je risque de vous ennuyer à nouveau très bientôt avec un certain concert à l'Olympia ce soir ;)
    @Blake : Et oui, je sais qu'il y a de la bonne musique chez les provinciaux et bien souvent moins chère en plus. Le problème, c'est que le choix y nettement moins pléthorique ! En tout cas, belle affiche ce 26 novembre à La Rochelle ! Syd Matters reste encore un de mes meilleurs souvenirs "live" de l'année...

    RépondreSupprimer
  10. @ Vincent : mais tu ne nous ennuies pas du tout ! Ce soir, je serais bien allé également @ L'Olympia (très bonne salle, paraît-il...) mais uniquement pour voir les DUM DUM GIRLS. Bon concert à toi ! Et vive la province ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Pour parler de tête d'affiche, j'avais oublié de dire que la semaine dernière, on a même eu la venue de Patti Smith herself ... mais concert sold out depuis belle lurette, donc pas vue !

    http://www.la-sirene.fr/prog/

    Bientôt Tom Waits ou Iggy Pop, qui sait ? :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…