Accéder au contenu principal

Festival Les Inrocks - Owlle, Concrete Knives, La Femme & WU LYF - Paris, La Cigale - 2 novembre 2011

Retour sur le pied de guerre en ce mercredi soir pour le début des hostilités du festival des Inrocks 2011. Comme à son habitude, la programmation est assez éclectique mais fait la part belle pour cette soirée à la musique de chez nous. Dès 19h, arrive la grande bringue un peu flippante d'Owlle - le nom ne se prononce pas bien, trop de consonnes - qui ondule timidement derrière son synthé. Elle sera rapidement accompagnée d'un collègue batteur. La plupart des sons joués sont déjà pré-enregistrés. La voix n'est pas désagréable, mais les chansons sont plutôt banales, dans la lignée de ce qui se pratique déjà pas mal outre-Manche, en tête desquelles on retrouve les filles de Bat For Lashes ou Florence and The Machine. Owlle nous chante des "ouhouh" et des "ahahaha" à tour de bras comme pour masquer un sérieux manque de mélodies marquantes. Bref, on s'ennuie un peu, quand même.
On enchaîne ensuite avec Concrete Knives, des Caennais - la précédente était parisienne - et l'esprit est d'un coup nettement plus festif - à rapprocher de leurs voisins normands des Bewitched Hands, vus et entendus dans le cadre du même festival l'année précédente. Le groupe déploie une énergie scénique assez redoutable et sait faire partager son enthousiasme. La chanteuse savamment habillée et coiffée à la mode sixties jure un peu avec le reste du groupe dont les fringues ne semblent pas être la préoccupation principale. Elle, affublée d'un élégant pantalon qui lui fait une jolie taille de guêpe, virevoltera telle une abeille tout le temps du set, n'hésitant pas même à se jeter dans les bras du public. Si une fois encore, les chansons ne sont au final pas toujours transcendantes, Concrete Knives est au moins parvenu à faire bouger l'assistance. Grâce à eux, la soirée a réellement commencé...

Entre les deux concerts, une jeune femme vient s'asseoir par terre à côté de moi. - et oui, c'est que ça fatigue de rester plusieurs heures debout. Elle se prend la tête dans les mains, mais bifurque rapidement les yeux vers son téléphone portable. Puis un de ses copains (son petit ami?) tente de la consoler : "Arrête de te vénère pour de la merde, Eva! Arrête de te vénère pour de la merde, Eva!..." A la manière d'une vieille rengaine, il répète cette même phrase au moins une dizaine de fois. Le gars a une choucroute savamment décoiffée sur la tête, sans doute par l'action de quelques précautionneux passages de mains dans les cheveux, des petites baskets, le jean slim de rigueur, un blouson de cuir un poil trop court juste comme il faut et un tee-shirt largement échancré laissant apercevoir un torse déjà bien poilu. Malheureusement pour lui, la dénommée Eva, pas vraiment convaincue par son argumentation (et sa dégaine?) finit par partir au bout de quelques minutes de monologue. Le gars, à peine vexé, rejoint alors ses potes, reconnaissables au fait qu'ils sont attifés comme lui mais de façon juste un peu moins marquée. Preuve qu'il semble être le leader de la bande. En tout cas, il trouvera la juste conclusion à l'affaire : "Eva, elle se vénère vraiment pour de la merde!"
Mais laissons Eva à son énervement, car c'est au retour des Biarrots de La Femme de débarquer, tous affublés d'une perruque blanche façon village des damnés. Cette fois-ci, même si les influences sont évidentes et à aller chercher du côté de la new-wave made in France, celle de Jacno et de Taxi Girl, la musique du groupe dégage quelque chose qui va au-delà du simple copier/coller d'une recette existante. La Femme a une vraie personnalité, en témoigne leur tube "Sur La Planche" dont le thème est bien raccord avec leur région. Le son est parfois un peu criard, mais l'ambiance ne baisse pas pour autant d'un iota. La soirée est encore montée d'un cran.

Puis arrive la "surprise" de la soirée, Rover, improbable croisement entre Antony Hegarty et Jeff Buckley, pour le physique et aussi pour la musique. Il arrive seul avec sa guitare et se met juste devant le rideau derrière lequel on imagine les "stars" mancuniennes de la soirée se préparer. Il y a évidemment du potentiel derrière ce physique et cette voix atypiques. Comme pour les deux précédents groupes, on attendra avec impatience la sortie d'un premier véritable LP pour se faire une idée plus précise. Mais l'année 2012 pourrait s'annoncer radieuse pour la musique française... 

Enfin, les petits branleurs de WU LYF font leur apparition et fidèles à ce que je pouvais en attendre, leur musique semble faite expressément pour la scène. Leur rock est épique, flamboyant, braillard - on plaint les cordes vocales du chanteur -, sale. Ils n'ont pas besoin d'en rajouter, leur son remplit tout de suite l'espace. Le sol de la Cigale se met immédiatement à tanguer. Une heure durant, nous serons ainsi ballotés au gré des pérégrinations du groupe de Manchester et de son leader, Ellery Roberts - beau gosse et conscient de l'être - quelque fois assez pathétique dans ses pseudos messages politiques et philosophiques : "Life's a bitch and then you die". Il y aura bien quelques temps moins forts comme la dispensable reprise de "Wicked Game" de Chris Isaak, presque à l'exact opposé de leur univers. Mais tout se terminera dans un grand élan de fraternité, avec ce qui est pour moi, la meilleure chanson du groupe, le réjouissant "We Bros"...
C'est donc avec le sourire que les gens quittent petit à petit la salle. Le groupe La Femme fait des pieds et des mains pour vendre ses tee-shirts. Je regagne tranquillement mes pénates, plutôt content de ma soirée. Et dire qu'Eva a raté ça...

Commentaires

  1. La Femme + Wu Lyf, la double peine :p

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que tu aurais préféré la soirée au Casino de Paris avec Agnès Obel, Other Lives et Florent Marchet ?

    RépondreSupprimer
  3. De Owlle, je ne connais que l'excellent "Free" (titre découvert en live lors de l'émission TV "Ce soir ou jamais"): suffisant pour exprimer mon désaccord sur "chanson[s] banale[s]" qui "manque[nt] de mélodies marquantes". Bien sûr je sais pas ce que vaut le reste de son répertoire ; mais rien que pour ce titre, j'aurais aimé la voir sur scène.

    Le reste ? D'après ce que j'ai pu entendre grâce aux vidéos en ligne, je suis content d'avoir évité cela (comme Erwan !) Faisait-il tellement chaud @ La Cigale (bien remplie apparemment) pour les "ch'tis branleurs de WL tombent le tee-shirt ?

    P.S. : la bise à Eva, si tu la revois ! Franchement, c'est clair : elle devrait pas s'vénère pour d'la de-mer ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Marrant (et fier ?) de constater que les gens qui me lisent ont des goûts différents des miens...
    Quant à Eva, si quelqu'un la connaît, parce que je n'ai même pas su pourquoi elle était "vénère"...

    RépondreSupprimer
  5. Ben, c'est normal de s'énerver après un mauvais concert ! On se prend la tête à deux mains : "Mais pourquoi ai-je gâché ainsi ma soirée ? et à ce prix ?!" [Ok, désolé je sors...]

    P.S. : laisse tomber Vincent, ce com' [j'ai honte...] c'est trop d'la "de-mer", pas la peine de t'vénère ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Bof, à peine plus. Laura Marling oui (en fuyant la salle avant James Blake ^^).

    RépondreSupprimer
  7. "Life's a bitch and then you die" c'est dans la chanson de Nas ça non ? (géniale par ailleurs, même si je conçois que dans la bouche d'Ellery ça sonne faux)

    RépondreSupprimer
  8. Je rejoins les rangs d'Erwan et J.P, j'étais vraiment pas plus mal chez moi ! Sinon, très sympa et drôle ces choses vues (entendues surtout!), presque un regard de sociologue sur "le public d'jeune des concerts parisiens" :)

    Du coup, pour rester dans l'ambiance live, j'essaierai de penser à toi le 26 novembre quand je verrai Tahiti 80 et surtout Syd Matters en scène à La Rochelle :

    http://www.la-sirene.fr/prog/concert/69/syd-matters-tahiti-80-kid-bombardos-la-rochelle/.

    Hé oui, y a de la bonne musique aussi chez les provinciaux ;)

    RépondreSupprimer
  9. @Joris : Je ne peux pas te répondre là-dessus, Nas n'étant pas vraiment mon truc... Sinon, oui, les pseudos messages politiques de WU LYF ont quand même de quoi agacer.
    @Erwan, J.P. et Blake : Et je risque de vous ennuyer à nouveau très bientôt avec un certain concert à l'Olympia ce soir ;)
    @Blake : Et oui, je sais qu'il y a de la bonne musique chez les provinciaux et bien souvent moins chère en plus. Le problème, c'est que le choix y nettement moins pléthorique ! En tout cas, belle affiche ce 26 novembre à La Rochelle ! Syd Matters reste encore un de mes meilleurs souvenirs "live" de l'année...

    RépondreSupprimer
  10. @ Vincent : mais tu ne nous ennuies pas du tout ! Ce soir, je serais bien allé également @ L'Olympia (très bonne salle, paraît-il...) mais uniquement pour voir les DUM DUM GIRLS. Bon concert à toi ! Et vive la province ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Pour parler de tête d'affiche, j'avais oublié de dire que la semaine dernière, on a même eu la venue de Patti Smith herself ... mais concert sold out depuis belle lurette, donc pas vue !

    http://www.la-sirene.fr/prog/

    Bientôt Tom Waits ou Iggy Pop, qui sait ? :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…