Accéder au contenu principal

The Flaming Lips - Do You Realize ? (2002)

L'autre jour, au milieu des sempiternels "bonne année et bonne santé, surtout la santé, c'est important" - c'est vrai que l'année 2012, on s'en fout un peu, ce n'est qu'un chiffre après tout - , j'ai entendu un "heureuse année". Je ne sais pas pourquoi mais ça m'a marqué. Cet adjectif si commun en apparence est devenu rare. Qui pour parler encore de bonheur aujourd'hui de peur d'être taxé de naïf, d'utopiste, de doux rêveur ? Comme si tout le monde avait subitement acquis l'intime conviction qu'on ne pouvait pas être heureux ici bas, que c'était une vue de l'esprit. Il suffit pour cela  d'écouter la radio, de regarder la télévision, de lire les journaux pour apprendre une nouvelle catastrophe, une nouvelle crise, un nouveau drame; d'entendre les politiques - oui, cette année sera politique... - pour constater qu'il ne subsiste plus qu'un seul thème : l'argent. Etre riche ou ne pas être. Pas vraiment de quoi faire rêver. Et puis, que dire de cette sacro-sainte culture de l'image qui complexifie inutilement jusqu'au plus banal rapport humain. Paradoxalement, l'exigence semble de mise dans un monde où les valeurs essentielles se délitent. Ce début d'année est donc l'occasion idéale pour revenir aux fondamentaux, à un bonheur simple. A cette petite fille qui rit aux éclats sans trop savoir pourquoi. ("Do you realize that you have the most beautiful face ?") Parce que justement, elle ne connait pas encore les "malheurs du monde". Elle conserve son innocence intacte. Se souvenir de cet inoubliable concert de la Route du Rock en 2010 et maman qui pleurait sur "Do You Realize?". ("Happiness makes you cry"). Garder en mémoire que "life goes fast, it's hard to make the good things last". Tout simplement.


Do You Realize - that you have the most beautiful face 
Do You Realize - we're floating in space - 
Do You Realize - that happiness makes you cry 
Do You Realize - that everyone you know someday will die 
And instead of saying all of your goodbyes - let them know 
You realize that life goes fast 
It's hard to make the good things last 
You realize the sun doesn't go down 
It's just an illusion caused by the world spinning round 

Do You Realize - Oh - Oh - Oh 
Do You Realize - that everyone you know 
Someday will die - 
And instead of saying all of your goodbyes - let them know 
You realize that life goes fast 
It's hard to make the good things last 
You realize the sun doesn't go down 
It's just an illusion caused by the world spinning round 
Do You Realize - that you have the most beautiful face 
Do You Realize

PS : Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, dit-on, Pitchfork propose en ce moment un documentaire sur le pourquoi du comment du chef d'oeuvre des Flaming Lips - les lèvres en feu, tout un programme ! - "The Soft Bulletin". Pour les amateurs, c'est ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…