Accéder au contenu principal

The Flaming Lips - Do You Realize ? (2002)

L'autre jour, au milieu des sempiternels "bonne année et bonne santé, surtout la santé, c'est important" - c'est vrai que l'année 2012, on s'en fout un peu, ce n'est qu'un chiffre après tout - , j'ai entendu un "heureuse année". Je ne sais pas pourquoi mais ça m'a marqué. Cet adjectif si commun en apparence est devenu rare. Qui pour parler encore de bonheur aujourd'hui de peur d'être taxé de naïf, d'utopiste, de doux rêveur ? Comme si tout le monde avait subitement acquis l'intime conviction qu'on ne pouvait pas être heureux ici bas, que c'était une vue de l'esprit. Il suffit pour cela  d'écouter la radio, de regarder la télévision, de lire les journaux pour apprendre une nouvelle catastrophe, une nouvelle crise, un nouveau drame; d'entendre les politiques - oui, cette année sera politique... - pour constater qu'il ne subsiste plus qu'un seul thème : l'argent. Etre riche ou ne pas être. Pas vraiment de quoi faire rêver. Et puis, que dire de cette sacro-sainte culture de l'image qui complexifie inutilement jusqu'au plus banal rapport humain. Paradoxalement, l'exigence semble de mise dans un monde où les valeurs essentielles se délitent. Ce début d'année est donc l'occasion idéale pour revenir aux fondamentaux, à un bonheur simple. A cette petite fille qui rit aux éclats sans trop savoir pourquoi. ("Do you realize that you have the most beautiful face ?") Parce que justement, elle ne connait pas encore les "malheurs du monde". Elle conserve son innocence intacte. Se souvenir de cet inoubliable concert de la Route du Rock en 2010 et maman qui pleurait sur "Do You Realize?". ("Happiness makes you cry"). Garder en mémoire que "life goes fast, it's hard to make the good things last". Tout simplement.


Do You Realize - that you have the most beautiful face 
Do You Realize - we're floating in space - 
Do You Realize - that happiness makes you cry 
Do You Realize - that everyone you know someday will die 
And instead of saying all of your goodbyes - let them know 
You realize that life goes fast 
It's hard to make the good things last 
You realize the sun doesn't go down 
It's just an illusion caused by the world spinning round 

Do You Realize - Oh - Oh - Oh 
Do You Realize - that everyone you know 
Someday will die - 
And instead of saying all of your goodbyes - let them know 
You realize that life goes fast 
It's hard to make the good things last 
You realize the sun doesn't go down 
It's just an illusion caused by the world spinning round 
Do You Realize - that you have the most beautiful face 
Do You Realize

PS : Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, dit-on, Pitchfork propose en ce moment un documentaire sur le pourquoi du comment du chef d'oeuvre des Flaming Lips - les lèvres en feu, tout un programme ! - "The Soft Bulletin". Pour les amateurs, c'est ici.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…