Accéder au contenu principal

Leonard Cohen - Chelsea Hotel #2 (1971)

Pour moi, cette chanson demeure une énigme. Pour plusieurs raisons. Je ne sais pas pourquoi c'est sans doute ma préférée de Cohen. Ce n'est pourtant pas la plus connue, la plus marquante. Elle n'apparaît que dans un disque ("New Skin For The Old Ceremony") considéré comme plutôt mineur de la carrière du maître. Mais c'est la chanson qui m'a fait aimer vraiment l'artiste. Entendue chez Bernard Lenoir, au milieu des années 90, perdue entre les nouveautés de l'époque, cette musique minimaliste, cette voix profonde m'avaient immédiatement touché. Il n'y en a pas beaucoup à vous procurer d'aussi intenses émotions avec si peu. Cohen est un génie, ce n'est plus à démontrer. Mais il faisait partie de la vieille garde et je ne jurais alors que par la musique de ma génération. J'ai pourtant enchaîné en achetant le "Greatest Hits" que j'ai usé jusqu'à la corde. Le monsieur avait supplanté un temps le reste de ma discothèque. "Chelsea Hotel #2" est aussi l'histoire de la brève rencontre entre deux stars de la musique des années 60 : Janis Joplin et Leonard Cohen. On a beaucoup glosé sur le fameux "giving me head on the unmade bed". Le chanteur s'est même excusé sur cette "sortie de route" qui allait quelque peu à l'encontre de ses principes, nous permettant pour une fois de rentrer dans sa vie la plus intime. Mais les paroles montrent bien le climat de l'époque et en ça, Joplin en est l'un des archétypes les plus marquants. Elle semblait être de tous les combats, pour lutter contre toutes les atteintes aux libertés, quelles qu'elles soient. On devine à travers la chanson, que Cohen aurait peut-être aimé juste un peu d'amour. Il était déjà de la vieille garde. D'aucuns diront que c'est aussi pour ça que lui, sans mauvais jeux de mots, a nettement mieux vieilli, ou tout du moins survécu.
Il y a quelques semaines, lors d'un séjour à New-York, je suis allé sur les lieux même de la rencontre. Cet hôtel mythique, qui a vu passer un nombre considérable d'artistes en tout genre et vu naître quelques chefs d'oeuvre. Le Chelsea Hotel était en travaux, au beau milieu d'une de ces larges avenues dont seuls les Américains semblent avoir le secret. Difficile d'imaginer pour un Européen en 2013 quelle pouvait être l'effervescence artistique qui y régnait plus de quarante ans auparavant. Non pas que la légende avait pris du plomb dans l'aile, juste que de l'extérieur, le bâtiment semblait ne rien vouloir montrer, ne rien dévoiler de ses secrets et de son lourd passé. Parfois, il est aussi bon de ne pas avoir toutes les clés. De pouvoir garder libre cours aux différentes interprétations. De ne pas savoir ce qui se passe derrière les portes closes.

I remember you well in the Chelsea Hotel,
you were talking so brave and so sweet,
giving me head on the unmade bed,
while the limousines wait in the street.
Those were the reasons and that was New York,
we were running for the money and the flesh.
And that was called love for the workers in song
probably still is for those of them left.

Ah but you got away, didn't you babe,
you just turned your back on the crowd,
you got away, I never once heard you say,
I need you, I don't need you,
I need you, I don't need you
and all of that jiving around.


I remember you well in the Chelsea Hotel
you were famous, your heart was a legend.
You told me again you preferred handsome men
but for me you would make an exception.
And clenching your fist for the ones like us
who are oppressed by the figures of beauty,
you fixed yourself, you said, "Well never mind,
we are ugly but we have the music."

And then you got away, didn't you babe...

I don't mean to suggest that I loved you the best,
I can't keep track of each fallen robin.
I remember you well in the Chelsea Hotel,
that's all, I don't even think of you that often.

Commentaires

  1. Oui Vincent: cette chanson a un parfum différent ... tu as évité de tomber dans le scabreux (la rencontre avec Joplin était un peu "particulière")... il y a des lieux comme ça que l'on aimerait visiter. Moi je r^ve d'aller à certains endroits à New York pour m'imprégner du passé. Peut-être pourrais-je le faire un jour?
    belle chronique!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, New-York est une chouette ville, remplie de lieux mythiques... J'y retournerai sans aucun doute.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…