Accéder au contenu principal

François And The Atlas Mountains - Piano Ombre

En voilà un qui est en train de sortir définitivement de l'ombre. Enfin. Après avoir été appelé par l'icône Daho sur son dernier album, avoir signé sur un label indépendant à la renommée internationale, Domino Records, et laissé éclore le talent de ses montagnes de l'Atlas en solo ou dans d'autres groupes - Pierre Loustaunau chez Petit Fantôme, Gérard Black chez Babe et Amaury Ranger chez Archipel - François Marry franchît petit à petit les paliers du succès. Et, pour une fois, cela va de paire avec la qualité de la musique et surtout des textes - mention spéciale à l'émouvant "La Vie Dure" - en constante progression. Ce "Piano Ombre" emmené par l'évident tube "La Vérité" est un disque gigogne dont les mélodies comme les langues franco-anglaise, mais plus française que jamais, s'emboîtent admirablement. Le chanteur assume de plus en plus une fantaisie et une personnalité atypiques - jusqu'à commencer à paraître prétentieux pour certains - créant un équivalent unique en France aux Vampire Weekend.
Finies donc les habituelles comparaisons avec Dominique A, son avenir s'annonce radieux. "Soyons les plus beaux" nous disait-il sur le précédent "E Volo Love". Les plus beaux sans doute pas encore, mais encore plus beaux, incontestablement. Un bel exemple à suivre.

Clip de "La Vérité" :

Commentaires

  1. Je viens de regarder votre blog et je suis scotché par la qualité, j'ai moi même monté le miens (qui parle aussi de musique) et je vois qu'il y a encore du chemin a parcourir ^^ en tout cas belle découverte que François et Atlas Mountains, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, merci. Pourtant, je trouve les posts bâclés parfois. Je me dis toujours que si j'avais plus de temps...

      Supprimer
  2. Excellent ! Ca fait du bien d'entendre Petit Fantôme en background, son album m'a scotché. Il est la principale raison de ma curiosité pour ce groupe.
    Et à vrai dire, heureusement, car j'ai eu tort de passer à côté jusqu'à présent, à ce que j'ai entendu. Le parallèle avec les V.Weekend est très bien vu !

    A ce propos, toujours le même avis sur "Modern Vampires Of The City" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, toujours le même avis sur le dernier Vampire Weekend, je n'aime pas ce son, c'est cheap, je trouve. On dirait du Phoenix, les mélodies en plus, quand même !

      Supprimer
    2. Petit Fantôme, je les ai vus en live y a quelques semaines, j'étais resté sur ma faim. Une ouverture que j'avais adoré, dans un style presque proche de Air, et puis d'autres trucs moins intéressants par la suite. Sur album, ça vaut vraiment le coup Alexandre ?

      Supprimer
    3. Ecoute "Stave", de lui, c'est un de mes disques favoris de l'an passé. ll était dispo sur son site en téléchargement gratuit fut un temps, je ne sais pas si c'est toujours le cas. Si tu n'arrives pas à le trouver je peux te l'envoyer, dans le pire des cas.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Fontaines D.C. - Dogrel

"My childhood was small but I'm gonna be big." clament-ils dès le premier morceau "Big". Voilà en résumé ce qui est en train de se passer avec les jeunes irlandais de Fontaines D.C (Fontaines en référence au personnage du chanteur dans "Le Parrain" de Coppola, D.C. pour leur ville, Dublin City). Toute proportion gardée quand même. On ne compte pas encore les vues de leurs différents singles en millions sur Youtube, mais pour ce style de musique - le rock au sens large, le post-punk en particulier - c'est déjà énorme. Alors, bien sûr, ça ne révolutionne rien, mais on sait que de toute façon, la révolution n'est pas un critère de réussite commerciale. "Dogrel" est donc leur premier album et il contient toutes les chansons entendues jusque là, comme une compilation.  On a beau essayer de trouver une faiblesse, des lourdeurs, des facilités, les Dublinois tiennent admirablement bien la distance. Ils agrémentent leur rock de quelques sono…