Accéder au contenu principal

Morrissey - World Peace Is None Of Your Business

Ça commence bien, rien que le titre, "World Peace Is None of Your Business". Du Morrissey pur jus. Pas politiquement correct. Dans la lignée de ses déclarations régulières, de plus en plus politiques, mais en plus cynique et distancié. C'est une constante du Moz, cette écriture supérieure, à l'humour très anglais. Restait à écouter la musique, régulièrement en retrait depuis les Smiths ou au moins depuis son chef d'oeuvre solo, "Vauxhall And I". Pour une fois, la première impression est plutôt bonne, à l'écoute du morceau éponyme. C'est marrant comme au fil des années, je finis par m'accrocher aux anciennes gloires, celles récemment découvertes ou redécouvertes comme Yo La Tengo, les Pastels ou Dean Wareham, ou quelques temps négligées comme Morrissey. Si les groupes ou artistes susmentionnés reposent sur un couple à la scène comme à la ville - Ira et Georgia, Stephen et Katrina, et les plus glam Dean et Britta -, s'affichant comme des modèles dans le milieu du rock indépendant, Morrissey a toujours fonctionné seul ou presque. En éternel misanthrope, le chanteur semble détester plus que tout apparaître comme quelqu'un de gentil. Même en concert, il est du genre à dénigrer ses fans les plus fervents. Mais, en publiant récemment une autobiographie - j'en parlerai bientôt - il brise un peu l'armure, celle d'une enfance difficile dans le Manchester prolétaire et d'une éducation irlandaise catholique et rigoriste.
Morrissey s'ouvrirait-il au monde ? "Kiss me a lot" réclame-t-il même ici. Il reste pourtant fidèle à ses idéaux, son végétarisme et son combat pour la défense des animaux ("The Bullfighter Dies"). Puis, il y a ce "Earth Is the Loneliest Planet of all" qui dit toujours cet enfermement. A nous ouvrir plus les portes de son monde, Morrissey apparaissait plus touchant. Avant, on avait l'impression que ses chansons parlaient plus à nous qu'à lui, simple passeur du mal être de notre adolescence. Maintenant, il nous ferait presque croire qu'à travers nous, c'est lui qu'il visait. Ce nouveau disque est une réussite, directe, simple, évidente. Je crois m'être réconcilié avec mon ancienne idole. Comme lui, j'ai sans doute accepté de vieillir.


Commentaires

  1. Il y a ici tout ce qu'il me fallait pour reprendre goût à ce monsieur dont j'aime les lignes mélodiques et sa façon d'y placer sa voix.
    J'ai toujours été insensible à l'apport de Johnny Mar chez les Smith, je n'entendais que Morrissey, peut-être suis je un peu sourd?
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Le plaisir de retrouver cette voix...

    RépondreSupprimer
  3. Belle voix oui! et très belle mélodie aussi!

    RépondreSupprimer
  4. C'est drole ta derniere phrase; je voulais repondre l'autre jour par rapport a une remarque que tu avais faite a propos de New Order. Et puis je m'etais abstenu, c'est tellement facile de toujours relever les elements qu'on trouve incongru. Maintenant que tu apportes de l'eau a mon moulin; ce que je volais dire a propos de NO; ce n'est pas la prod qui a viellie, c'est nous...Anyway, c'est pas pour ca que je t'ecris; je viens en Bretagne pour les vacances; pourrais tu me dresser une peite liste de choses que j'aurais rater depuis 2 ans dans la production francaise; bien des disques me sont parvenues mais bon, il y a surement des artistes que j'ai zappe. Bon de la musique, du son parce que je crois t'avoir deja dit tout le mal que je pense de la chanson francaise, et tout ca en toute impartialite bien sur! Gwen l'epicier en galette noires et parfois en couleur.

    RépondreSupprimer
  5. La production française ? ça dépend de ce que tu recherches. Si c'est du rock. Ben, y a pas grand chose de transcendant à part Born Bad Records. Sinon, Jessica 93. Si c'est chanson française, là, y a pléthore : Belin, Carlotti, Babx ou Marchet entre autres. J'aime assez aussi François and the Atlas Mountains ou Mermonte et bien sûr Aline. J'en oublie forcément. Pas facile comme question.
    Pour le fait qu'on ait vieilli, oui, assurément, mais chut, il ne faut pas le dire, c'est un secret ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Je trouve ce disque d'un rasoir... :/

    Je n'attends plus rien de lui, sauf s'il se décide à changer un jour son groupe!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…