Accéder au contenu principal

The Lightning Seeds - Pure (1989)

Le NME, célèbre magazine qui, à l'instar des Inrocks chez nous, a perdu de sa superbe et de son influence avec l'avènement d'internet, ressort en ce moment des compilations des tiroirs du temps de sa splendeur. Après l'excellente compilation CD86 qui retrace l'éclosion de l'indie pop au milieu des années 80, c'est au tour de la brit pop de refaire surface. Ce mouvement qui a connu un succès planétaire a, depuis, pris sérieusement du plomb dans l'aile. La guéguerre entre les partisans de Oasis et de Blur savamment orchestrée par le NME fait aujourd'hui doucement rigoler. Il n'y a plus personne pour croire à une quelconque ressemblance avec celle opposant jadis les Beatles et les Rolling Stones. Mais comme souvent, c'est dans l'ombre que se cachaient les plus belles pépites. L'ombre, Ian Broudie connaît bien, surtout hors des frontières anglaises. Lui, qui a voulu reprendre le flambeau des Fab Four plus de dix ans après leur séparation, persuadé que la scène de Liverpool ne se résumait pas qu'à ces quatre-là. Il commencera sa carrière en tant que producteur, surtout pour des groupes locaux comme Echo and the Bunnymen ou The Pale Fountains, mais également sur le premier album de Noir Désir. Il montera ensuite The Lightning Seeds pour prouver que lui aussi pouvait écrire de très belles chansons pop. Cela sera l'excellente "Pure" qui porte admirablement son nom. A l'image de la pochette du 45 tours, la carrière du groupe décolle soudainement avant de retomber presque aussi vite, faute d'inspiration. Quelques années plus tard, Broudie reviendra sur le devant de la scène britannique en composant "Three Lions", l'hymne de l'euro de football 1996. Depuis, Broudie s'est remis à la production pour des groupes aussi intéressants que The Coral ou The Zutons. Voilà un gars qui ne vit que pour une chose : traquer encore et encore la parfaite pop song. Un pur, quoi !


Night time slows, raindrops splash rainbows
Perhaps someone you know, could sparkle and shine
As daydreams slide to colour from shadow
Picture the moonglow, that dazzles my eyes
And I love you

Just lying smiling in the dark
Shooting stars around your heart
Dreams come bouncing in your head
Pure and simple everytime
Now you're crying in your sleep
I wish you'd never learnt to weep
Don't sell the dreams you should be keeping
Pure and simple everytime

Dreams of sights, of sleigh rides in seasons
Where feelings not reasons, can make you decide
As leaves pour down, splash autumn on gardens
As colder nights harden, their moonlit delights
And I love you

Just lying smiling in the dark
Shooting stars around your heart
Dreams come bouncing in your head
Pure and simple everytime
Now you're crying in your sleep
I wish you'd never learnt to weep
Don't sell the dreams you should be keeping
Pure and simple everytime

Look at me with starry eyes
Push me up to starry skies
There's stardust in my head
Pure and simple everytime
Fresh and deep as oceans new
Shiver at the sight of you
I'll sing a softer tune
Pure and simple over you

If love's the truth then look no lies
And let me swim around your eyes
I've found a place I'll never leave
Shut my mouth and just believe
Love is the truth I realize
Not a stream of pretty lies
To use us up and waste our time

Lying smiling in the dark
Shooting stars around your heart
Dreams come bouncing in your head
Pure and simple everytime
Now you're crying in your sleep
I wish you'd never learnt to weep
Don't sell the dreams you should be keeping
Pure and simple everytime

Look at me with starry eyes
Push me up to starry skies
There's stardust in my head
Pure and simple everytime
Fresh and deep as oceans new
Shiver at the sight of you
I'll sing a softer tune
Pure and simple over you
Pure and simple just for you

Commentaires

  1. De la bonne musique à papa comme on n'en fait plus aujourd'hui :D

    RépondreSupprimer
  2. À vous lire, on croirait que la carrière des Lightning Seeds se résume à "Pure" (1989) et "Three Lions" (1997) alors qu'entre les deux, le groupe a pondu deux excellents albums très inspirés (ainsi que de gros succès britanniques) : "Jollification" (1994) et "Dizzy Heights" (1996) contenant chacun leur lots de tubes british.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…