Accéder au contenu principal

Dominique A - Tomber Sous Le Charme

Je ne sais plus quand le déclic s'est produit. "Les Hauts Quartiers De Peine" ? Ou "Monochrome" sur un disque de Tiersen ? Je sais seulement que ses écrits sur le site "Comment certains vivent" ont constitué pour beaucoup dans l'admiration que j'ai aujourd'hui pour Dominique A. Il y eut aussi ses chroniques dans le magazine du TGV au moment où je prenais beaucoup ce dernier. Même si je lisais beaucoup moins que lui, je me retrouvais souvent dans ses choix, sa vision des choses et de la vie, Joy Division, Sarah Records (les fabuleux Field Mice). C'est à ce moment-là qu'au-delà de la musique, j'avais scellé un pacte avec le chanteur, étant sûr de le suivre peu importe où il pouvait m'emmener. Je faisais partie intégrante du même "Convoi". Quand est sorti en début d'année, "Tomber sous le charme", livre qui regroupait la quasi exhaustivité de ses chroniques musicales et littéraires, je n'ai pas trouvé d'intérêt à m'y replonger. Je connaissais déjà de quoi il en retournait, ayant lu une grande partie d'entre elles. Puis, je me suis finalement laissé tenter, peut-être avais-je loupé quelque chose d'essentiel ? Qu'il aime JP Nataf ou Babx a juste confirmé qu'on était décidément régulièrement sur la même longueur d'onde. Ses carnets de notes prises en tournée, moins "écrites", évoquent un homme moins posé et plus tourmenté qu'il n'y paraît. La distance se ressert, faisant découvrir au plus près le chanteur et ses faiblesses (l'alcool?). On y perd en amabilité ce qu'on gagne en humanité. Mais ce qui m'a le plus marqué, ce sont ses auto-critiques, cette incroyable faculté de remise en question, cette conscience étroite du chemin parcouru, de ce qu'il reste à parcourir et de ce qui est du domaine de l'inaccessible. Oser dire que sur "Remué", "on s'emmerde un peu". Que "La Mémoire Neuve" - mon préféré - est un disque "un peu sage, un peu raide aussi", sans parler de "Si Je Connais Harry" qui en prend pour son grade.
"Tomber sous le charme", ça pourrait aussi être le titre de ce blog. C'est juste une façon plus formelle de faire le passe-plat. Ci-dessous, quelques uns de ces savoureux mets à partager sans modération...


"C'est pourtant, avant tout, avec une chanson acoustique et lente que le disque emporte le morceau, une mélodie en suspension qui agit comme un baume. Elle s'appelle "Nicole", et il y a peu de choses à en dire, si ce n'est que c'est le type de chanson qui fait le vide autour de soi, et que si elle avait des bras, on viendrait s'y blottir."


"Un diamant, une chanson dix-huit carats, une mélodie céleste portée par une voix ample, et des orchestrations en direct de la stratosphère. A elle seule, une bande-son pour les soires d'été. Si ce dernier vous la refuse, laissez tomber, passez directement à l'automne."


"Pram ne sera jamais un groupe important, mais c'est peut-être, sans que ce soit incompatible, un groupe pour la vie. Un qu'on écoutera une fois l'an, toujours épaté par sa continuelle fraîcheur, ses trouvailles sonores, ses mélodies en colimaçon, et son petit monde enchanteur de série B fantastique."

Il n'en est pas vraiment question dans le livre mais je ne résiste pas à vous mettre "Partir" de Gisor, cet obscur chanteur français de synth-pop du début des années 80. Cette chanson aurait donné à Dominique A une furieuse envie de "Partir" de son Provins natal. Cette voix, mon dieu, oui, partir, je comprends ;-)


Dominique A lui avait rendu hommage - Gisor est mort dans l'anonymat en 2000 - dans la chanson "Gisor" extraite de l'excellent EP "Kick Peplum" sorti juste après "La Musique/La Matière" :

Commentaires

  1. Eh Vince, c'est un joli billet sur DomA et tu sais que je les aime beaucoup. Perso, je n'ai jamais eu les magazines TGV, je me suis donc rué sur ce bouquin pour connaitre ses avis intemporels. Me suis aussi rué sur "Y revenir".. avec le sentiment d'avoir vécu la même non souffrance, le rien, l'inutile de ma jeunesse dans un endroit improbable et vide rempli à ras bord.

    Tu parles de "Monochrome" et "Les hauts quartiers de peine".. j'ai tout remis y'a qq jours. Perso, le déclic, c'est Olympia 95 avec les hauts quartiers..y'avait Françoiz et Vic Chesnutt en 1ere partie. En suis tjrs pas renevu ;D

    Tu as raison, ses billets, ses carnets de bords sont importants, presque indissociables de son œuvre. Merci d'en parler .. en attendant le prochain album.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, m'sieur Charlu !!! Vivement le nouveau disque même si je trouve qu'en ce moment la chanson de chez nous se porte comme un charme... Dominique A n'est plus seul, tant mieux !!!

      Supprimer
    2. Yes, et tu sais quoi ??le 13 octobre, Murat revient avec derrière Delano Orchestra.. genre Neil Young & Crazy Horse :D

      Supprimer
  2. Sympa ton billet. Je n'ai pas encore lu (ni acheter d'ailleurs) ce livre édité chez une maison à la ligne éditoriale et aux sorties fabuleuses, Le Mot Et Le Reste. Mais je me souviens très bien de ses chroniques pour le magazine du TGV. C'était à une période où je le prenais toutes les semaines (environs 1 ans et demi) pour cause de formation pro. La lecture du papier de Dominique A était toujours un vrai plaisir.
    Le loustic, en plus d'être un super artiste, possède une culture artistique très "indé".
    Et belle sélecta musicale, dont Gravenhurst et l'album que je préfère "Fires and distant buildings".
    A +

    RépondreSupprimer
  3. En fait, le seul problème chez Dominique A, c'est qu'il n'aime pas les Beatles. Du moins qu'il s'en fout. Un mystère, pour moi...

    See you :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un mystère pour moi. D'abord, parce qu'il a dû mal à partager ses goûts musicaux avec le plus grand nombre. Il a besoin d'avoir un rapport intime avec les disques qu'il aime. Il a besoin de se sentir privilégié, de faire partie d'un cercle restreint d'initiés, de gens qui savent. Les Beatles, tout le monde connaît, presque tout le monde aime. Pas grand chose à en dire, non ? Je suis comme lui, en fait. Les Beatles, j'aime bien, mais voilà, je préfère les Kinks par exemple ;)

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Cate Le Bon - Reward

Il y a des disques auxquels on résiste, parce qu'ils sont trop étranges, parce qu'ils ne répondent pas à notre désir du moment et auxquels on revient malgré tout régulièrement, parce qu'au fond, ils nous intriguent. C'est peut-être ceux-là les plus précieux. Ces disques discrets, modestes, qui n'affichent pas clairement leurs qualités. "Reward", le dernier album de la galloise Cate Le Bon - rien à voir avec Simon, le chanteur permanenté de Duran Duran - fait assurément partie de ces disques-là. Pourtant, il n'a pas la bizarrerie évidente de ses précédentes productions. Le son a été subtilement polissé, chaque morceau habilement travaillé. On pense à un sorcier des studios en la personne de Brian Eno ou à Kate Bush pour le caractère envoûtant et assez unique.  Et si on commence à la retrouver aux manettes de quelques albums récents, ce n'est sans doute pas un hasard. Deerhunter ou Tim Presley ont fait appel à elle, pour qu'elle transforme à sa…