Accéder au contenu principal

Baxter Dury, Aline et Marie-Flore - Paris, Olympia - 25 février 2015

Ça faisait bien longtemps qu'on attendait ça, maman et moi : retourner à un concert. Pour notre retour aux affaires, malgré le côté dandy crooner de la tête d'affiche de la soirée, c'est bien moi qui avait décidé du déplacement. Car, si maman avait participé à la mise au point du classement, jamais "Happy Soup" n'aurait figuré en première place des meilleurs disques de 2011. Poser cela, elle apprécie quand même, hein. Disons juste que ce n'est pas le disque qu'elle met d'elle-même à la maison. Heureusement, il y avait deux autres concerts prévus le même soir, c'était dans le cadre du festival Fireworks-A Nous Paris. En tout cas, ça n'est pas Marie-Flore qui justifiera non plus le déplacement. Pour moi non plus, d'ailleurs. Pas que sa musique soit désagréable, juste qu'elle manque de consistance, de personnalité. Chanter en anglais dans un style et un son déjà entendus des milliers de fois, c'est un pari risqué. Il faut faire preuve d'une prestance scénique et disposer d'un rendu sonore bien au-dessus de la moyenne pour s'en sortir. Malgré un évident savoir-faire, Marie-Flore ne se détache pas du lot, pas aidée en cela par le tract de jouer devant tant de monde dans la mythique salle de l'Olympia.

De tract, il sera encore question pour ses successeurs sur scène, Aline, dont le nouvel album devrait sortir peu avant l'été prochain. Ayant un temps limité à trente minutes, le groupe avait prévu de jouer presque uniquement des nouveaux morceaux, terminant seulement par le classique "Je bois et puis je danse". Risqué là aussi d'autant que le groupe n'est pas connu pour être des bêtes de scène. N'empêche les quelques titres entendus sont prometteurs, notamment l'excellent "Promis Juré Craché" et bien sûr le single "La vie électrique".

Quand le "crandy" - comme il se nomme, contracté de crooner et de dandy - entre en scène, on est par contre tout de suite en terrain connu. L'anglais enchaîne les titres de son avant-dernier disque, "Happy Soup" - mon préféré. Les versions sont plus rock et même meilleures que celles de l'album. Les musiciens - une sorte de Bernard Butler à la basse, de Jeff Buckley à la guitare, et la française Fabienne Debarre, très classe chanteuse de We Were Evergreen -, tous jeunes et excellents transcendent les morceaux. Très peu de titres antérieurs à "Happy Soup" seront joués hormis le morceau final "Cocaïne Man" et le foufou "Love in the Garden". Bref, ce fut pour moi un sans faute, Dury restant aussi fidèle à son personnage décalé. Ce n'est sans doute pas ça qui fera changer d'avis maman, même si elle reconnaît que lui et son groupe assurent un max' sur scène. C'est déjà ça.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…