Accéder au contenu principal

Dominique A - Eléor

Voilà. Les choses sérieuses commencent. C'est pas pour dire mais je trouve que ce début d'année musicale ronronne. A moins que cela vienne de moi. Je n'y trouve pas mon compte ou si peu. Besoin de repères. Et qui de mieux que le grand A pour GPS ? Parce que je crois bien que c'est le seul. Le seul dont j'achète encore chaque nouveau disque les yeux ou plutôt les oreilles fermées. Encore que, cette fois-ci, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai douté. Les victoires de la musique, les compositions pour Calogero, la reconnaissance du grand public et puis sa musique plus ouverte, accessible, toussa, toussa. J'étais prêt à lui tomber dessus au cas où. Bah ouais, on a beau être fidèle, ce n'est pas une raison pour tout laisser passer. Le premier titre "Eléor" était plutôt bon mais "Au revoir mon amour" m'avait laissé plus circonspect. Bien, bien, mais sans surprise. Dominique A devient prévisible. "Vers les lueurs", je l'ai beaucoup aimé mais il faut avouer que ce n'est pas son meilleur album. "Rendez-nous la lumière", c'était quand même facile comme morceau. Fini le temps de "La Fossette", "La Mémoire Neuve" ou "Remué", de ces albums différents. Avec leurs défauts. Mais différents. Maintenant, le chanteur n'est plus dans la marge, il est au coeur du combat, avec les autres. Il faut s'en accommoder. La maturité sans doute. Il veut se mesurer à l'affluence. Ne plus être premier dans sa catégorie par manque de concurrence. Et force est d'avouer qu'il s'en sort bien. Très bien, même. 
"Eléor" est un recueil de chansons presque pop, mélodiques, d'une durée dépassant rarement les 4 minutes. Il y a une volonté de concision, d'aller à l'essentiel. A quelques exceptions près (le milieu du disque), c'est très réussi. Et puis ce qui le distinguera toujours du commun de la chanson française, c'est cette qualité des arrangements, cette retenue salutaire dans l'orchestration. Tout est pesé, pensé, même si on aimerait que par moments, ça pète, ça s'envole, on sait qu'il a raison, c'est cette sobriété là qui rend sa musique aussi précieuse. Ce sont ces petits détails qui font qu'on ne s'en lasse pas. Et voilà. Mine de rien, il a encore gagné.

Clip de "Au revoir mon amour" :

Clip de "Eléor" :

Concert à emporter :

Concert à l'Auditorium de la Maison de la Radio le 15/03/2015

Commentaires

  1. Complètement d'accord avec ton billet. DomA, c'est de la haute fidélité, il suffit de se positionner vers sa hauteur pour lire et gérer tout ce qu'il y a autour. Je reste toujours sur ce malier, avec un autre d'aujourd'hui..Murat (dont Dominique a signé la préface du bouquin de Bataille). C'est tellement beau de là que tout plane comme un centre de gravité.

    RépondreSupprimer
  2. oups.. "Palier".
    Beau billet papa Vince

    RépondreSupprimer
  3. Je peux pas m'empêcher de revenir.. tu parles de "milieudu disque".. perso, je trouve "Celle qui ne me quittera jamais" et "Passer nous voir" assez "ampoulé", en dessous de toutes les autres. Et j'écoute "La douceur" sur le cd bonus et je suis par terre.. une pièce qui devrait figurer sur "Eléor".
    Ceci dit, je suis très accroc, je suis totalement habité depuis qq jours. Et "Au revoir mon amour" est du même acabit que "La nuit je mens". C'est pas venu tout de suite, mais c'est de plus en plus évident.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà surtout "Celle qui ne me quittera jamais", je n'accroche pas. "La douceur" est effectivement magnifique. Quant à "Au revoir mon amour" oui, mais quand même pas au niveau de "La nuit je mens", hein ;-)
      Excellent disque, as usual.

      Supprimer
  4. Pas convaincu par les cordes. A vouloir faire trop beau, ça sonne lisse. Je préfère effectivement la simplicité de "La douceur" qui est pour moi le morceau que je préfère réécouter. Ca ma rappelle un peu la période de "La mémoire neuve" qui est quand même celle que je préfère.
    Eric J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, mon album préféré reste "La mémoire neuve". Même si, comme je l'ai dit, je n'aime pas tout dans ce nouveau disque, Dominique A arrive encore à m'emballer sur pas mal de titres. Les cordes ne me gênent pas. Je trouve justement qu'il arrive à en faire quelque chose de pas lisse. On est encore loin d'un Calogero par exemple...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro