9 mars 2015

Top albums 1980

Si les années qui succéderont seront décevantes, 1980 reste une grande année musicale. Pour moi, une des meilleures. Il suffit de compter les chefs d'oeuvre sortis cette année-là pour s'apercevoir qu'on vit en regard actuellement une période de vaches maigres. Voilà que je fais mon vieux con. Mais franchement, parmi cette liste, combien de disques qui auront marqué leur époque voire l'histoire du rock ? Le meilleur disque des Talking Heads, des Cure, un des deux meilleurs de Joy Division - oui, je sais, c'est pas dur, mais quand même -, le dernier grand disque de Bowie, et puis des trucs venus de nulle part et d'une inventivité folle comme le premier Feelies ou le seul Young Marble Giants.

10- Magazine - The correct use of soap 
L'ami blogueur Benjamin Fogel, tenancier de l'excellent webzine Playlist Society s'est lancé définitivement dans l'écriture et pour premier livre, a choisi comme sujet, Howard Devoto. Bien lui en a pris, le personnage est l'un des plus passionnants de l'histoire du rock. Il a claqué la porte du punk au moment même où celui-ci prenait son envol pour former Magazine et inventer une autre new wave, supérieure. Devoto avait une longueur d'avance sur tout le monde. Malheureusement, après ce magnifique disque, il s'est fait trop discret.

9- The Jam - Sound Affects 
Période faste pour la formation de Paul Weller. "Sound Affects" est le disque le plus pop de leur fabuleuse trilogie, qui compte aussi "All Mod Cons" et "Setting Sons". The Jam perd en puissance ce qu'il gagne en efficacité mélodique. C'est tout un pan de la pop anglaise des années 80 qui viendra s'abreuver mine de rien à cette source-là.


8- The Specials - More Specials 
Comment un premier essai mondialement connu et reconnu a-t-il pu phagocyter autant la carrière d'un groupe ? Le deuxième album des Specials ne démérite pourtant pas, au contraire. Je le trouve même plus réussi, plus compact. C'est dans ce "More Specials" plus que dans aucun autre disque que Damon Albarn a puisé l'essentiel de sa carrière. De la pop avec un grand P qui ne s'interdit aucune influence. Et qui ne s'interdit surtout pas la joie de vivre. "Enjoy Yourself" : le message est clair.

7- Young Marble Giants - Colossal Youth 
Les inventeurs d'un son qui aura fait de nombreux petits, jusqu'en France. Pas de "Fossette" sans ce disque-là. Pas de "Pop Satori" non plus. Ces anglais avaient trouvé une esthétique minimaliste mais avec des basses omniprésentes. Ils ne parviendront pas à donner de suite à ce disque séminal, préférant rester le groupe d'un seul coup. Mais quel coup !

6- David Bowie - Scary Monsters 
Le chant du cygne de Bowie ? Je ne suis pas loin de le penser. Car, après ce magnifique disque hors du temps et des modes, sorte de passe-plat entre le rock new-yorkais des années 70 et la new-wave naissante, le Thin White Duke sombrera au beau milieu des années 80 dans un rock FM sans saveur. Bien sûr, il est revenu au milieu des années 90 à un niveau plus digne de son rang mais ce n'était plus pareil...

5- The Sound - Jeopardy 
Je viens d'en parler mais j'en rajoute une couche car ce disque est une bombe, presque aussi essentielle que les deux Joy Division. Un son plus sec et rêche qui, bizarrement, a très bien vieilli contrairement à bon nombre de musiques de ces années-là. C'est d'ailleurs une constante de ce classement.


4- The Cure - Seventeen Seconds 
Les Cure se débarrassent de leurs semblants d'oripeaux punk pour bifurquer rapidement vers un new-wave sombre et minimaliste. Cette mélancolie n'est pas encore démonstrative comme elle le deviendra plus tard. "Seventeen Seconds" garde le charme des disques modestes et sincères, de ceux qu'on ne lâche pas. 


3- Joy Division - Closer
"Closer" est un miracle fait disque. Comment un album autant de fois copié a-t-il pu conserver toute son originalité ? La faute sans doute à la production martiale de Martin Hannett. Le son de ce disque reste inégalé et inégalable. On est encore et toujours subjugué par tant de noirceur et de raideur rentrées.


2- The Feelies - Crazy Rhythms
Les Feelies ont inventé le rock épileptique avec ce premier album au titre idoine. Rarement on a entendu de tels rythmes sortir d'une guitare. Le chant est d'ailleurs ici juste un faire-valoir. Il ne se fait entendre qu'avec parcimonie. La guitare est vainqueur par KO. Groggy par tant de génies précoces, les Feelies sont devenus un de mes groupes chéris et j'attends toujours qu'ils daignent traverser l'Atlantique venir jouer par chez nous.

1- Talking Heads - Remain In Light
David Byrne et Brian Eno sont alors au sommet de leur collaboration. Ils inventent une sorte de funk blanc indépassable et indépassé. Jamais ou presque un disque n'aura parlé aussi bien à la tête qu'aux jambes. Dancing heads plutôt, donc.



14 commentaires:

  1. The sound et les Talking Heads = oui !
    Il y a aussi le 1er Monochrome Set qui me vient en tête

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Il y avait du choix cette année-là !

      Supprimer
  2. Pas mieux
    En 11 je mettrais The Comsat Angels / Waiting for a miracle
    A écouter le 1er morceau de l'album "missing in action" et son intro étonnante
    Comme The Sound, groupe à redécouvrir
    EricJ

    RépondreSupprimer
  3. C'est déjà le désert musical en France chez toi en 1980. Je compenserais ce vide par le deuxième album des Dogs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les Dogs, mais bon, ça ne vaut pas ce qu'il y a ici.
      Enfin, c'est un avis personnel, hein.

      Supprimer
  4. C'est une très bonne liste que voilà. Des disques que, pour la plupart, on a envie de chérir parce qu'ils sont tout près du cœur...
    L'année 1980 est effectivement très riche, dans la lancée de l’ébullition du punk. J'ai même commencé à écouter The Sound qui était le seul que ne connaissait pas.

    RépondreSupprimer
  5. Excellente année s'il en fût! Je suis d'accord avec tes choix à deux gros bémols près:
    _"Scary Monsters" de Bowie est génial mais dire qu'il n'a rien fait de transcendant après me refile de l'urtcaire sachant que Outside reste, et de loin, son chef d'oeuvre.
    _Le Talking Heads est un très bon disque mais je l'aurais mis en queue de peloton vu que c'est selon moi le "moins bon" (toute proportion gardée hein!) de leurs quatre premiers disques. Leur chef d'oeuvre se nomme "Fear of Music".

    Merci, mille merci de réhabiliter ce groupe maudit et génial qu'est The Sound: dommage qu'on ne les découvre que sur le tard, ça aurait évité bien des tragédies ferroviaires...
    Dans le même style, génial et trop peu connu, en plus des Comsats Angels cités plus haut, tu peux foncer sur les albums de Sad Lovers & Giants, tu devrais te régaler.

    Cordialement,

    Dale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord avec "Outside", très bon disque mais quand même loin pour moi de sa période seventies jusqu'à ce "Scary Monsters" donc.
      Pas d'accord non plus pour "Remain In light", mon préféré. Selon moi, le moins bon des 4 premiers est "More songs about..." et de loin.
      Merci du conseil pour les Sad Lovers & Giants :-)

      Supprimer
  6. Merde dis donc.. cette décennie me fait horreur, et je connais 8 opus sur 10.. bon OK, 1980, c'est encore les 70's à bout de souffle..mais ça m'épate.
    Je connais pas Magazine et The Specials.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que c'est encore un peu les 70s. Joy Division, Talking Heads ou David Bowie pour ne citer qu'eux ne feront pas aussi bien par la suite alors qu'ils l'ont fait avant.
      Magazine, c'est vachement bien, surtout leur premier.

      Supprimer
  7. Ha Vincent Seventeen Seconds comment ne pas le mettre en N°1 ? ;-)
    Joy Division en 2 et Echo And the Bunnymen Crodiles en 3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé je préfère les Talking Heads aux Cure :-)
      Pour Echo and the Bunnymen, j'ai quand même du mal à écouter autre chose que leur magnifique "Ocean Rain".

      Supprimer
  8. Moi dans mon 1980"s best albums, y'aurais eu les trucs que j'ecoutais vraiment a cette epoque et que j'ecoute encore vraiment avec delice....Bon, il aurait fallu se serrer parce que cette liste bien que consensuelle est de fait tres bonne...mais bon j'aurais virer Magazine, Specials, Jam pour rajouter le crepusculaire premier Killing Joke, les Undertones (le groupe de mon adolescence), Siouxsie/kaleidoscope et puis comme je suis un tricheur, j'aurais glisser en outsider les Cramps/Songs the lord (parce que une fois de plus c'etait ca le rock, sale et dangereux...le contraire des Undertones). Bravo pour ta perseverance et le bon gout! Gwen epicier en galette chez melody Supreme, le plus francais des disquaires americains!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, cette liste est assez consensuelle mais vu le nombre de disques importants cette année-là, difficile de faire autrement, non ?
      Killing Joke et Siouxsie ne m'ont jamais emballé plus que ça. Je suis trop jeune sans doute :-) Merci pour le soutien. C'est vrai, je persévère. Pour continuer, il ne faut pas se poser la question de l'intérêt de la chose. Parce que sinon...

      Supprimer