Accéder au contenu principal

Unknown Mortal Orchestra (+Alex Cameron) - Paris, le Trabendo - 20 juin 2016


Bel enchaînement de concerts cette semaine : après Woods hier, Unknown Mortal Orchestra aujourd'hui. Un de mes disques préférés de 2015. Depuis le temps que j'attendais de voir ce groupe sur scène. L'année dernière, ils étaient venus au festival Pitchfork mais pas le même jour où nous y étions. En plus, il paraît que leur prestation n'avait pas emballé grand monde, à l'image de celle de Deerhunter. Mais à l'issue de cette soirée de veille d'été 2016, je sais que c'était forcément dû à l'ignoble acoustique de la Halle de la Villette. Au Trabendo, ce fut parfait. Il y eut d'abord une drôle de première partie. Un type tout seul, Alex Cameron (rien à voir avec David, le torpilleur de traité européen et James, le torpilleur de bateaux), sa musique pré-enregistrée et un pote saxophoniste viennent nous jouer une musique à nulle autre pareille. Le chanteur a des faux airs de Nick Cave dont il reprend même la gestuelle scénique. Mais Nick Cave qui ne se prendrait pas du tout au sérieux. Un Nick Cave de fin de soirée, sérieusement entamé. Un Nick Cave qui reprendrait du Future Islands : même kitsch assumé, même voix maniérée mais avec une musique réduite à sa plus simple expression. Et le plus étonnant, c'est que ça fonctionne ! Son premier album sorti en 2013 est réédité par Secretly Canadian en août prochain et c'est évident qu'il faudra suivre ce gars-là. 

Unknown Mortal Orchestra n'a cessé de monter en puissance au fil du concert pour finir par un mémorable rappel enchaînant deux versions parfaites - supérieures au disque - et incroyablement dansantes de "Necessary Evil" et "Can't Keep Checking My Phone". Pourtant, ce n'était pas super bien parti avec un solo de guitare technique, démonstratif et assez éprouvant - pour moi - à la fin de "From The Sun". Chaque musicien - hormis le bassiste - aura ainsi droit à son petit moment, à sa petite improvisation. C'est surtout le claviériste qui impressionnera le plus son monde par la maîtrise de son instrument. Unknown Mortal Orchestra montre qu'au-delà de l'aspect ludique et assez immédiat de leur musique se cachent d'excellents musiciens. La vraie fantaisie était donc beaucoup plus ce soir que la veille, lors du festival psychédélique. C'était aussi marrant de constater que le public était à l'inverse de la musique : plutôt excentrique hier, nettement plus sobre aujourd'hui. En tout cas, Unknown Mortal Orchestra confirme sur scène son statut de formation essentielle du moment. Et comme ils progressent de disque en disque, l'avenir leur appartient...

Commentaires

  1. Waouh la chance ! J'ai vu Ty Segall il y a deux semaines, ce fut génialissimement rock.
    J'ai un peu peur de la suite pour UMO, le dernier morceau sorti, plus électro, leur réussit moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit pour UMO, je préfère leurs derniers morceaux justement... Ty Segall, j'accroche pas trop : trop de technicité démonstrative pour moi.

      Supprimer
    2. On s'est ptet mal compris. J'adore Multi Love aussi, je parle de ça https://soundcloud.com/jagjaguwar/unknown-mortal-orchestra-first-world-problem Leur dernier single pas top.
      Ben franchement je trouve pas qu'il soit si technique que ça Ty, enfin il est doué techniquement mais c'est quand même fait avec un esprit punk.

      Supprimer
    3. Ouais, bah moi, j'aime bien le dernier single de UMO :-)

      Supprimer
    4. Ah au temps pour moi alors ^^
      Il est sympa mais me déçoit un peu... Comme le dernier Metronomy qui s'annonce un poil trop régressif.
      Mais bon là encore c'est affaire de goûts et de fines bouches, ça reste de la musique de qualité :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…