Accéder au contenu principal

Unknown Mortal Orchestra (+Alex Cameron) - Paris, le Trabendo - 20 juin 2016


Bel enchaînement de concerts cette semaine : après Woods hier, Unknown Mortal Orchestra aujourd'hui. Un de mes disques préférés de 2015. Depuis le temps que j'attendais de voir ce groupe sur scène. L'année dernière, ils étaient venus au festival Pitchfork mais pas le même jour où nous y étions. En plus, il paraît que leur prestation n'avait pas emballé grand monde, à l'image de celle de Deerhunter. Mais à l'issue de cette soirée de veille d'été 2016, je sais que c'était forcément dû à l'ignoble acoustique de la Halle de la Villette. Au Trabendo, ce fut parfait. Il y eut d'abord une drôle de première partie. Un type tout seul, Alex Cameron (rien à voir avec David, le torpilleur de traité européen et James, le torpilleur de bateaux), sa musique pré-enregistrée et un pote saxophoniste viennent nous jouer une musique à nulle autre pareille. Le chanteur a des faux airs de Nick Cave dont il reprend même la gestuelle scénique. Mais Nick Cave qui ne se prendrait pas du tout au sérieux. Un Nick Cave de fin de soirée, sérieusement entamé. Un Nick Cave qui reprendrait du Future Islands : même kitsch assumé, même voix maniérée mais avec une musique réduite à sa plus simple expression. Et le plus étonnant, c'est que ça fonctionne ! Son premier album sorti en 2013 est réédité par Secretly Canadian en août prochain et c'est évident qu'il faudra suivre ce gars-là. 

Unknown Mortal Orchestra n'a cessé de monter en puissance au fil du concert pour finir par un mémorable rappel enchaînant deux versions parfaites - supérieures au disque - et incroyablement dansantes de "Necessary Evil" et "Can't Keep Checking My Phone". Pourtant, ce n'était pas super bien parti avec un solo de guitare technique, démonstratif et assez éprouvant - pour moi - à la fin de "From The Sun". Chaque musicien - hormis le bassiste - aura ainsi droit à son petit moment, à sa petite improvisation. C'est surtout le claviériste qui impressionnera le plus son monde par la maîtrise de son instrument. Unknown Mortal Orchestra montre qu'au-delà de l'aspect ludique et assez immédiat de leur musique se cachent d'excellents musiciens. La vraie fantaisie était donc beaucoup plus ce soir que la veille, lors du festival psychédélique. C'était aussi marrant de constater que le public était à l'inverse de la musique : plutôt excentrique hier, nettement plus sobre aujourd'hui. En tout cas, Unknown Mortal Orchestra confirme sur scène son statut de formation essentielle du moment. Et comme ils progressent de disque en disque, l'avenir leur appartient...

Commentaires

  1. Waouh la chance ! J'ai vu Ty Segall il y a deux semaines, ce fut génialissimement rock.
    J'ai un peu peur de la suite pour UMO, le dernier morceau sorti, plus électro, leur réussit moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit pour UMO, je préfère leurs derniers morceaux justement... Ty Segall, j'accroche pas trop : trop de technicité démonstrative pour moi.

      Supprimer
    2. On s'est ptet mal compris. J'adore Multi Love aussi, je parle de ça https://soundcloud.com/jagjaguwar/unknown-mortal-orchestra-first-world-problem Leur dernier single pas top.
      Ben franchement je trouve pas qu'il soit si technique que ça Ty, enfin il est doué techniquement mais c'est quand même fait avec un esprit punk.

      Supprimer
    3. Ouais, bah moi, j'aime bien le dernier single de UMO :-)

      Supprimer
    4. Ah au temps pour moi alors ^^
      Il est sympa mais me déçoit un peu... Comme le dernier Metronomy qui s'annonce un poil trop régressif.
      Mais bon là encore c'est affaire de goûts et de fines bouches, ça reste de la musique de qualité :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…