Accéder au contenu principal

Unknown Mortal Orchestra (+Alex Cameron) - Paris, le Trabendo - 20 juin 2016


Bel enchaînement de concerts cette semaine : après Woods hier, Unknown Mortal Orchestra aujourd'hui. Un de mes disques préférés de 2015. Depuis le temps que j'attendais de voir ce groupe sur scène. L'année dernière, ils étaient venus au festival Pitchfork mais pas le même jour où nous y étions. En plus, il paraît que leur prestation n'avait pas emballé grand monde, à l'image de celle de Deerhunter. Mais à l'issue de cette soirée de veille d'été 2016, je sais que c'était forcément dû à l'ignoble acoustique de la Halle de la Villette. Au Trabendo, ce fut parfait. Il y eut d'abord une drôle de première partie. Un type tout seul, Alex Cameron (rien à voir avec David, le torpilleur de traité européen et James, le torpilleur de bateaux), sa musique pré-enregistrée et un pote saxophoniste viennent nous jouer une musique à nulle autre pareille. Le chanteur a des faux airs de Nick Cave dont il reprend même la gestuelle scénique. Mais Nick Cave qui ne se prendrait pas du tout au sérieux. Un Nick Cave de fin de soirée, sérieusement entamé. Un Nick Cave qui reprendrait du Future Islands : même kitsch assumé, même voix maniérée mais avec une musique réduite à sa plus simple expression. Et le plus étonnant, c'est que ça fonctionne ! Son premier album sorti en 2013 est réédité par Secretly Canadian en août prochain et c'est évident qu'il faudra suivre ce gars-là. 

Unknown Mortal Orchestra n'a cessé de monter en puissance au fil du concert pour finir par un mémorable rappel enchaînant deux versions parfaites - supérieures au disque - et incroyablement dansantes de "Necessary Evil" et "Can't Keep Checking My Phone". Pourtant, ce n'était pas super bien parti avec un solo de guitare technique, démonstratif et assez éprouvant - pour moi - à la fin de "From The Sun". Chaque musicien - hormis le bassiste - aura ainsi droit à son petit moment, à sa petite improvisation. C'est surtout le claviériste qui impressionnera le plus son monde par la maîtrise de son instrument. Unknown Mortal Orchestra montre qu'au-delà de l'aspect ludique et assez immédiat de leur musique se cachent d'excellents musiciens. La vraie fantaisie était donc beaucoup plus ce soir que la veille, lors du festival psychédélique. C'était aussi marrant de constater que le public était à l'inverse de la musique : plutôt excentrique hier, nettement plus sobre aujourd'hui. En tout cas, Unknown Mortal Orchestra confirme sur scène son statut de formation essentielle du moment. Et comme ils progressent de disque en disque, l'avenir leur appartient...

Commentaires

  1. Waouh la chance ! J'ai vu Ty Segall il y a deux semaines, ce fut génialissimement rock.
    J'ai un peu peur de la suite pour UMO, le dernier morceau sorti, plus électro, leur réussit moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit pour UMO, je préfère leurs derniers morceaux justement... Ty Segall, j'accroche pas trop : trop de technicité démonstrative pour moi.

      Supprimer
    2. On s'est ptet mal compris. J'adore Multi Love aussi, je parle de ça https://soundcloud.com/jagjaguwar/unknown-mortal-orchestra-first-world-problem Leur dernier single pas top.
      Ben franchement je trouve pas qu'il soit si technique que ça Ty, enfin il est doué techniquement mais c'est quand même fait avec un esprit punk.

      Supprimer
    3. Ouais, bah moi, j'aime bien le dernier single de UMO :-)

      Supprimer
    4. Ah au temps pour moi alors ^^
      Il est sympa mais me déçoit un peu... Comme le dernier Metronomy qui s'annonce un poil trop régressif.
      Mais bon là encore c'est affaire de goûts et de fines bouches, ça reste de la musique de qualité :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…