Accéder au contenu principal

The Feelies - Raised Eyebrows (1979)

Quand j'ai dû choisir lors de ma sélection d'indispensables, un disque des Feelies, je n'ai pas hésité. A l'époque, "The Good Earth", le second du groupe, me paraissait le meilleur, celui qui condensait à merveille leur style, sorte de folk music jouée pieds au plancher. L'année dernière - et oui, on est maintenant en 2017 - nous sommes allés à New-York voir entre autres, la formation rock la plus casanière qui soit, chez elle, et pour préparer au mieux de cette rencontre, j'ai réécouté soigneusement chacun de leurs albums. "Crazy Rhythms", leur premier essai m'apparut alors comme le plus étrange, le plus novateur, avec ses percussions omniprésentes, sa science des silences, des accélérations soudaines. S'il ne fallait retenir qu'une seule chanson - même si elles sont toutes parfaites - dans ce chef d'oeuvre du rock, ce serait peut-être "Raised Eyebrows", plus encore que "Fa-Cé-La", pour son irrésistible montée en puissance qui finit dans un tourbillon de choeurs et de guitares. Je n'ai pas fait de classement de mes concerts préférés en 2016 mais il est évident que celui des Feelies restera comme le plus mémorable, pour plein de raisons : parce que tout simplement, c'était le meilleur, et puis parce que c'était à Central Park, à New-York, avec maman, et parce que je sais que c'est sans doute la seule fois que je les verrais en concert. En 2017, le groupe de la divine paire de guitares de Bill Million et Glenn Mercer revient aux affaires après un très bon dernier "Here Before" sorti en 2011. On a appris à attendre avec ceux-là. Et je me dis qu'une année qui commence avec les Feelies est forcément une bonne année. Mais je me rappelle avoir dit la même chose, il y an, avec la sortie du dernier Bowie. On connait la triste suite. Tant pis, il n'est jamais interdit de rêver de jours meilleurs, non ? Bonne et heureuse année 2017 à toutes et à tous !
He said oh
He said oh
He said oh
Some will make it and some won't make it oh-oh
Oh the glory glory and the glory glory oh-oh

Commentaires

  1. C'est très bien ce principe de sortir un titre de son contexte, je dis ça car ce n'est pas partagé par tout le monde, les arguments se valent Un album dans son entièreté cela donne aussi un bon moment. Mais parfois - et c'est vrai ici - ce sont d'autres titres, plus colorés, plus évidents, plue en hauteur? qui dominent. Ce titre je l'ai souvent entendu, c'est la première fois que je l'écoute.

    RépondreSupprimer
  2. Ce premier Feelies est en effet typiquement le genre de disques qui s'écoutent d'une traite car il est d'une parfaite homogénéité et c'est aussi ce qui en fait sa force. Mais "Raised Eyebrows" quand même, quel titre !

    RépondreSupprimer
  3. Quelle clairvoyance! Évidemment que cet album est grandiose, personnellement un de mes 5 albums de tous les temps. Je les ai ratés 2 fois, et effectivement je pense qu'il faut aller sur place...Tu l'as fait, je suis jaloux. Il faut qu'on se rencontre LMAP!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eheh merci ;-) Je ne regrette absolument d'avoir fait le déplacement. C'est assurément un de mes plus beaux souvenirs de concerts. Pour ton information, je crois qu'ils passent assez régulièrement en concert par chez eux...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…