Accéder au contenu principal

Top albums 1969

10- Serge Gainsbourg et Jane Birkin - Je t'aime moi, non plus
Gainsbourg, au sommet de son art pop, festival de ritournelles éternelles, souvent grivoises, où l'artiste n'a pas son pareil pour jouer avec les mots. On retrouve ici quelques chansons écrites pour d'autres que Gainsbourg se réapproprie, comme une compilation de ses plus grands succès populaires. La suite et "Melody Nelson" entre autres le verra essayer d'asseoir aussi son génie auprès des critiques. Transformation réussie à tous les niveaux, évidemment. 

9- The Kinks - Arthur or The Decline and Fall of the British Empire
Dernier grand disque du groupe de Ray Davies. La musique des Kinks ne supportera pas le changement de décennie. "Arthur" n'est déjà plus du niveau des précédents. Il est moins inspiré, les mélodies sont souvent moins aériennes. Mais il contient encore son lot de petites merveilles. 

8- Scott Walker - 4 
Pour la première fois, un album de Scott Walker ne contient pas une seule reprise (de Brel). Tout est fait maison et c'est sans doute ce que le chanteur a fait de mieux, de plus accessible, d'un kitsch assumé avec des arrangements beaucoup plus subtils qu'il n'y paraît. La suite de sa carrière sera nettement moins immédiate. 

7- The Stooges - The Stooges 
Premier disque de celui qu'on surnommera l'iguane et première claque. L'album est produit par l'ancien Velvet, John Cale. Le son est sale, même si d'aucuns trouveront qu'il est encore trop lisse par rapport à la sauvagerie des prestations live de la formation de Detroit. "I wanna be your dog", "No fun" deviendront entre autres des classiques, précurseurs du mouvement punk. 

6- Montage - Montage 
Michael Brown, après avoir sévi au sein des trop sous-estimés Left Banke décide de former Montage, pour un sublime premier et unique disque. La pop baroque à son sommet et une musique très peu copiée au final. Le chanteur et compositeur est décédé il y a quelques années dans un profond anonymat, alors qu'il mérite de figurer au rang des meilleurs auteurs pop des années 60, époque qui, pourtant ne manquait pas d'artistes majeurs du genre.

5- King Crimson - In The Court of The Crimson King
Premier album du groupe du célèbre guitariste Robert Fripp qu'on retrouvera derrière beaucoup de disques qui comptent dans la décennie suivante. La pochette, comme la musique restent marquantes, une pierre angulaire du psychédélisme anglais et précurseur du rock progressif. Comme souvent, les premières fois sont les plus mémorables. La suite sera moins passionnante... 

4- Kevin Ayers - Joy of a Toy 
Kevin Ayers aimait bien la France, il a vécu ses dernières années dans le village de Montolieu perdu au beau milieu de l'hexagone. Ayers, c'était une certaine idée du psychédélisme anglais, un de ses précurseurs au sein de Soft Machine avec entre autres Robert Wyatt et puis un curieux de tout, une musique ouverte aux quatre vents, ça s'entend déjà sur ce "Joy of a Toy", son premier album solo, toujours aussi pertinent près de cinquante ans plus tard.

3- The Beatles - Abbey Road 
On ne présente plus "Abbey Road", sa célébrissime pochette, ses non moins fameux tubes, "Come together", "Something", "Here Comes The Sun", "Octopus garden"... Et tout le monde de s'écharper pour savoir lequel des disques des Beatles serait le meilleur, celui qu'on voudrait emporter à tout prix sur une île déserte, s'il n'en fallait qu'un. Pourquoi pas "Abbey Road" justement, sorte de compilation du meilleur du savoir-faire des liverpudliens. Manque peut-être un peu de Lennon, pas de "A day In  A Life", ni de "Happiness is a warm gun" ici. Pour le reste, c'est parfait, notamment la deuxième partie où les titres courts et inspirés s'enchainent sans interruption. Ça se boit comme du petit lait. 
 
2- The Velvet Underground - The Velvet Underground 
John Cale est parti, le son se fait plus doux, moins expérimental. Restent les textes et le sens des mélodies de Lou Reed. Toutes les chansons sont mémorables, appelées à être maintes fois reprises. 

1- Nick Drake - Five Leaves Left 
Ce disque reste une énigme près de cinquante ans plus tard. Comment un jeune anglais timide d'a peine plus de vingt ans a-t-il pu produire une œuvre aussi riche et poétique ? En seulement trois albums, Nick Drake s'est positionné comme le chantre du folk anglais à la finesse supérieure. 


Commentaires

  1. Très beau top, pour une immense année ! Bravo d'y avoir placé le Montage, ultra sous-estimé comme tu le dis bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) Oui, le Montage est magnifique et trop méconnu.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…