Accéder au contenu principal

Top albums 1969

10- Serge Gainsbourg et Jane Birkin - Je t'aime moi, non plus
Gainsbourg, au sommet de son art pop, festival de ritournelles éternelles, souvent grivoises, où l'artiste n'a pas son pareil pour jouer avec les mots. On retrouve ici quelques chansons écrites pour d'autres que Gainsbourg se réapproprie, comme une compilation de ses plus grands succès populaires. La suite et "Melody Nelson" entre autres le verra essayer d'asseoir aussi son génie auprès des critiques. Transformation réussie à tous les niveaux, évidemment. 

9- The Kinks - Arthur or The Decline and Fall of the British Empire
Dernier grand disque du groupe de Ray Davies. La musique des Kinks ne supportera pas le changement de décennie. "Arthur" n'est déjà plus du niveau des précédents. Il est moins inspiré, les mélodies sont souvent moins aériennes. Mais il contient encore son lot de petites merveilles. 

8- Scott Walker - 4 
Pour la première fois, un album de Scott Walker ne contient pas une seule reprise (de Brel). Tout est fait maison et c'est sans doute ce que le chanteur a fait de mieux, de plus accessible, d'un kitsch assumé avec des arrangements beaucoup plus subtils qu'il n'y paraît. La suite de sa carrière sera nettement moins immédiate. 

7- The Stooges - The Stooges 
Premier disque de celui qu'on surnommera l'iguane et première claque. L'album est produit par l'ancien Velvet, John Cale. Le son est sale, même si d'aucuns trouveront qu'il est encore trop lisse par rapport à la sauvagerie des prestations live de la formation de Detroit. "I wanna be your dog", "No fun" deviendront entre autres des classiques, précurseurs du mouvement punk. 

6- Montage - Montage 
Michael Brown, après avoir sévi au sein des trop sous-estimés Left Banke décide de former Montage, pour un sublime premier et unique disque. La pop baroque à son sommet et une musique très peu copiée au final. Le chanteur et compositeur est décédé il y a quelques années dans un profond anonymat, alors qu'il mérite de figurer au rang des meilleurs auteurs pop des années 60, époque qui, pourtant ne manquait pas d'artistes majeurs du genre.

5- King Crimson - In The Court of The Crimson King
Premier album du groupe du célèbre guitariste Robert Fripp qu'on retrouvera derrière beaucoup de disques qui comptent dans la décennie suivante. La pochette, comme la musique restent marquantes, une pierre angulaire du psychédélisme anglais et précurseur du rock progressif. Comme souvent, les premières fois sont les plus mémorables. La suite sera moins passionnante... 

4- Kevin Ayers - Joy of a Toy 
Kevin Ayers aimait bien la France, il a vécu ses dernières années dans le village de Montolieu perdu au beau milieu de l'hexagone. Ayers, c'était une certaine idée du psychédélisme anglais, un de ses précurseurs au sein de Soft Machine avec entre autres Robert Wyatt et puis un curieux de tout, une musique ouverte aux quatre vents, ça s'entend déjà sur ce "Joy of a Toy", son premier album solo, toujours aussi pertinent près de cinquante ans plus tard.

3- The Beatles - Abbey Road 
On ne présente plus "Abbey Road", sa célébrissime pochette, ses non moins fameux tubes, "Come together", "Something", "Here Comes The Sun", "Octopus garden"... Et tout le monde de s'écharper pour savoir lequel des disques des Beatles serait le meilleur, celui qu'on voudrait emporter à tout prix sur une île déserte, s'il n'en fallait qu'un. Pourquoi pas "Abbey Road" justement, sorte de compilation du meilleur du savoir-faire des liverpudliens. Manque peut-être un peu de Lennon, pas de "A day In  A Life", ni de "Happiness is a warm gun" ici. Pour le reste, c'est parfait, notamment la deuxième partie où les titres courts et inspirés s'enchainent sans interruption. Ça se boit comme du petit lait. 
 
2- The Velvet Underground - The Velvet Underground 
John Cale est parti, le son se fait plus doux, moins expérimental. Restent les textes et le sens des mélodies de Lou Reed. Toutes les chansons sont mémorables, appelées à être maintes fois reprises. 

1- Nick Drake - Five Leaves Left 
Ce disque reste une énigme près de cinquante ans plus tard. Comment un jeune anglais timide d'a peine plus de vingt ans a-t-il pu produire une œuvre aussi riche et poétique ? En seulement trois albums, Nick Drake s'est positionné comme le chantre du folk anglais à la finesse supérieure. 


Commentaires

  1. Très beau top, pour une immense année ! Bravo d'y avoir placé le Montage, ultra sous-estimé comme tu le dis bien !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu